Partagez | 
 

 * La déesse de la forêt à mes côtes * Private> Sarah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

◭ SOS : 212
◭ District : 11, l'agriculture
◭ Arrivée à Panem : 17/04/2012
◭ Localisation : Caché dans les hautes herbes

MessageSujet: * La déesse de la forêt à mes côtes * Private> Sarah    Mar 17 Avr - 20:11





      Ma respiration s’arrêta.
      Je demeurais tapi ainsi pendant quelques secondes, mes jambes tremblaient, fatiguées par ma longue course. J’avais si faim, je ne voyais plus les animaux de la manière, je ne voyais que des steaks flottants sous mon nez. Je devais mon centrer, ne pas faire de bruit. Je passais ma main sur ma poche arrière de pantalon caressa le long couteau que mon père m’avait confectionné spécialement pour la chasse il y a bien des années. J’expirais la lame et manipulais entre mes doigts tout en guettant la biche qui broutait en face de moi. Je léchais mes lèvres, impossible de me défaire de se tic d’enfance, et comptais jusque trois dans ma tête. Un. Deux. Trois… A l’attaque ! Je bondis de mon buisson, l’arme levée et me rua sur l’animal qui prit les jambes à son cou pour la troisième fois de la journée. Dégoûté… Mais, étant tête de mule, je courrais derrière la biche, emboîtant mes pas dans les siens et elle m’emmena jusqu’au ruisseau. Je m’arrêtais bien avant, une centaine de mètre derrière elle et m’allongeai sur le sol, le couteau à la main et la sueur au front. Je devais recommencer toute cette pénible manœuvre. Je fermais mes yeux afin de faire corps avec la terre et posa mon visage sur celle-ci et attendis quelques minutes. C’était le moment, je le sentais, je pris une grande inspiration, je levai doucement et m’approchais lentement de la biche qui s’abreuvait. Elle releva sa tête et un frisson parcouru son pelage brun encore jeune. Je levai mon bras et envoyais mon couteau avec un geste vif et précis. En plein flanc ! Elle tomba à la renverse dans l’eau et j’accouru vers elle, je me mis à quatre pattes dessus et prit son tête entre mes mains. Elle avait un regard apeuré, mais avant que j’éprouve une certaine pitié pour elle je noyais sa tête dans l’eau et sentais son corps se débattre sous mes jambes bien que ce fût que quelques secousses. Lorsque que l’animal cessa de se mouvoir je regardais au alentours et sursautai lorsque je fis femme, debout, non loin de moi. Je tentais de camoufler instinctivement ma nourriture sous la flotte mais cessai lorsque je reconnus le visage angélique de Sarah et mon cœur tambourina dans ma poitrine. Je me levai brusquement, trébuchant sur ma bête et m’avança de quelque pas vers elle mais hésitais, j’étais beau avec ma boue de camouflage sur le visage, les mains pleine d’eau et mon pantalon ensanglanté. Je lui adressais un sourire et m’essuyais mes mains sur mon t-shirt.

      - Sarah …. murmurais-je simplement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Fondatrice - Let's play with the fireFondatrice - Let's play with the fire

◭ SOS : 424
◭ District : District 11 l'agriculture
◭ Arrivée à Panem : 24/03/2012
◭ Localisation : Avec Sean dans la forêt

MessageSujet: Re: * La déesse de la forêt à mes côtes * Private> Sarah    Mer 18 Avr - 18:50



* La déesse de la forêt à mes côtes * Private> Sarah






Nous étions désormais le matin, j'étais allongé dans mon lit, regardant le plafond. Il était peut-être dix heures du matin. Je tournais la tête, pensant à lui. Je fermais les yeux, soupirant, passant mes bras sous ma tête. Trop de questions se bousculaient sans que je ne puisse me raisonnée. Les minutes s'écoulèrent et je restais planté là, rêvant à ce que je souhaiterai changer dans ma vie pour la rendre plus agréable à vivre, tandis que Sean lui devait sans doute chasser dans la forêt pour nourrir sa famille.

Que je le veuille ou non. Il me manquait terriblement, j'avais beau tenté de me maintenir à l'écart, c'était de plus en plus dure. Je prenais mon courage à deux mains, m'étirant de tout mon long, pour soulager mes muscles endoloris par le matelas improvisé de mon frère. Il avait toujours de bonnes idées. Je me redressais, me dirigeant vers un semblant de miroir accroché au mur de ma chambre. Je regardais mon reflet. J'avais de fine cernes violette, j'étais blanche, mes yeux étaient fatigués, mon corps tout entier était endoloris à cause de l'entrainement intensif que mon frère m'avait fait subir la veille pour me préparer aux jeux de la faim.

Un coup d'oeil me suffis pour réaliser qu'il était presque dix heures et demie, prise de panique je me retournais, boudant ainsi mon reflet avant de rassembler mes cheveux en une natte improvisée. Une fois finis je prenais quelques vêtements ainsi qu'une paire de botte que j'enfilais très rapidement pour finir par sortir rapidement de chez moi.

La route fut longue et sinueuse, mais j'arrivais enfin à la limite du district et cette fois-ci je fis attention de ne pas me faire surprendre par un des pacificateurs grouillant de part et d'autre de la clôture. Un fin sourire se dessina sur mes lèvres alors que je me trouvais à présent de l'autre côté. A cet instant j'eus l'impression d'être libre, invincible. Les battements de mon coeur était devenu lent, j'avais, l'espace d'un instant oublié toute source de problème, d'ennuie. Je n'avais qu'une hâte passé du temps avec mon meilleur ami. Sean.

Je m'engouffrais alors dans la forêt verdoyante de conifère avec un large sourire, jetant un coup d'oeil aux alentours, écoutant le chant des oiseaux, le ruissellement de l'eau contre les parois de la roche. C'était comme si je redécouvrais cet endroit paradisiaque. Cinq minutes s'étaient écoulées alors que j'arrivais au bord du ruisseau et c'est là que je le vis camouflant instinctivement la bête qu'il venait de chasser, couvert de boue. Il s'était relevé avec hâte mais, trébuchait aussitôt. Je pouffais de rire alors qu'il s'était approché de moi, me murmurant mon prénom.

- Sarah .... murmurait-il simplement. Mon coeur s'emballait et j'eus soudain l'impression que les environs étaient devenus plus "chaud". " Sean" Murmurais-je à mon tour, ne pouvant m'empêcher de plongé mes yeux dans les siens. c'était quelque chose entre nous que nous ne pouvions expliquer. Nous n'avions pas besoin de parler, seulement des gestes, des sourires suffisait pour se comprendre. " C'est ta mère qui va être heureuse... tu es couvert de boue de la tête aux pieds ! " dit-je en rigolant avant de reprendre plus sérieusement " Tu m'as manqué...."





___________________________________________________________




    La mort n'est que le commencement. La liberté vient après.
    Entre tous mes tourments entre la mort et moi, Entre mon désespoir et la raison de vivre, Il y a l’injustice et ce malheur des hommes, La lumière toujours est tout près de s’éteindre, La vie toujours s’apprête à devenir fumier, Mais le printemps renaît qui n’en a pas fini, Un bourgeon sort du noir et la chaleur s’installe, Que je ne peux admettre il y a ma colère, Toi qui fus de ma chair la conscience sensible, Toi que j’aime à jamais toi qui m’as inventé, Tu ne supportais pas l’oppression ni l’injure, Tu chantais en rêvant le bonheur sur la terre, Tu rêvais d’être libre et je te continue à croire en la liberté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hunger-games.frenchboard.com

◭ SOS : 212
◭ District : 11, l'agriculture
◭ Arrivée à Panem : 17/04/2012
◭ Localisation : Caché dans les hautes herbes

MessageSujet: Re: * La déesse de la forêt à mes côtes * Private> Sarah    Mer 18 Avr - 19:14







      Elle murmura mon prénom un frisson me parcouru. Je passais machinalement ma main dans mes cheveu et affichai sur mon visage un bêta lorsqu’elle me dit ma mère serait heureuse de me voir ainsi ; a mon avis je vais devoir me laver dans la rivière avant de rentrer. Je contemplai la jeune femme et regardant ses cernes ainsi que son visage pâle et exténué même si je percevais une légère rougeur au niveau de ses pommettes. Pour moi elle était belle dans tous les états. Je réfléchissais rapidement à ce que je pourrais lui dire mais mon cerveau s’arrêta subitement.

      - Tu m’as manqué… me dit-elle

      Mon regard s’attendrit et je crus que mon cœur allait cesser de battre, pour moi chaque seconde passée sans elle est une torture, or je remarque qu’elle m’évite depuis que les jeux ont été annoncés. Les mots ne voulaient plus sortir de ma bouche, en réalité je ne savais pas trop quoi dire sans me faire passer pour un idiot bégayant. Alors je m’approchai à grand pas et attrapa ma meilleure amie avec une force incontrôlée pour la serrer dans mes bras. Je penchais ma tête en avant de manière à ce que le bout de mon nez touche son épaule et serrais presque le plus fort possible, peut-être pour s’assurer que cette fois-ci elle ne m’échappera pas. Sans faire exprès j’humai son parfum qui rappelait la cerise. Mes yeux étaient clos, je priais pour rester ainsi, pour ne plus jamais bouger. Je glissai ma main gauche sur sa hanche et laissai l’autre sur son dos, relâchant quelque peu notre étreinte afin de pouvoir respirer correctement. Je sentais que mon cœur battait à vive allure dans ma poitrine, la chaleur s’était éprise de mon corps et j’avais l’impression que ma respiration c’était accéléré. Afin de n’éveiller aucuns soupçon je me détachai à contre cœur de mon amie en décollant mon torse de sa poitrine afin de prendre son visage entre mes mains et plonger mon regard dans le sien. Elle devait sûrement percevoir mon inquiétude même si je tentais de la dissimuler derrière mon immense joie de la retrouver. Je passai mon pouce sous son œil, suivant la ligne bleutée de la cerne.

      - Comment vas-tu ? me contentais-je de lui demander.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Fondatrice - Let's play with the fireFondatrice - Let's play with the fire

◭ SOS : 424
◭ District : District 11 l'agriculture
◭ Arrivée à Panem : 24/03/2012
◭ Localisation : Avec Sean dans la forêt

MessageSujet: Re: * La déesse de la forêt à mes côtes * Private> Sarah    Mer 18 Avr - 20:19



* La déesse de la forêt à mes côtes * Private> Sarah





il me prit dans ses bras, me serrant fort contre lui, penchant sa tête en avant de man!re à pouvoir touché du bout de son nez mon épaule. Je me mis à sourire. Puis doucement il glissait sa main gauche sur ma hanche et l'autre la déposant sur mon dos. Un moment d'égarement et je frissonnais. La douce chaleur m'envahis. Je n'était bien que dans ses bras, et petit à petit je m'en rendais compte. J'avais beau faire semblant, outre-passé l'envie d'être dans ses bras à longueur de journée, feindre de ressentir seulement de l'amitié pour lui, j'en venais toujours plus ou moins à la même conclusion. J'étais peut-être amoureuse de lui. A cette pensée je fronçais les sourcils. A la fois frustré de ne pouvoir assouvir mon envie d'être avec lui et à la fois…furieusement en colère après moi. Je devais faire face, lui tenir tête, tenir tête à mon coeur qui n'en faisait qu'à sa tête. Oui, je devais trouvé une solution. Il s'éloignai de moi, emprisonnant mon visage dans ses mains, me forçant à le regarder droit dans les yeux. Il passait lentement son pouce le long de la ligne bleuté avant de me demandé - Comment vas-tu ? Je lui adressai un sourire timide." fatigué…" puis je m'éloignais de cette étreinte à contre coeur afin de m'asseoir un peu plus loin dans l'herbe."Mon frère me fait suivre un entrainement intensif." Je regardais alors le sol avant de continué " A cause des jeux." Je relevais la tête affrontant le regard inquiet de mon ami " Il à peur que je sois choisie lors de la Moisson. Et je dois t'avouer que j'en arrive à ne plus pouvoir dormir." Voilà qui était dit. Depuis le temps que je rêvais d'en parler à quelqu'un, de me confier sur mes tourments et mes peines. Sean tombé à pique. "Toi…tu n'as pas peur ?" Question idiote que je poursuivis, tant je voulais voir sa réaction " Imagine que l'on soient choisis pour représenté notre district ? Tout les deux ?" finis-je par lui dire avec mon habituel regard insistant." L'un de nous deux devra tuer l'autre….Sean…tu t'en rends compte ? Parce que moi… j'ai encore du mal à assimilé la notion de "tuer"

Tuer, verbe transitif et pronominal - Oter la vie d'une manière violente. Faire périr, détruire. Que de mots qui avaient le don de me faire frissonner de terreur. J'étais incapable de tuer, d'ôter la vie à quelqu'un, le détruire à jamais. Mon frère en avait connaissance et pourtant il tenté de m'entraîner, de me donné des astuces. Il m'apprenait à survivre dans un milieu hostile. Alors que pendant des heures je recevais des leçons de tactiques et de stratégie avec ma soeur cadette, mon frère, lui m'enseigner l'art et la manière de me battre, de tiré à l'arc, de donné le coup fatal à mon adversaire. En l'espace de quelques jours j'en avait tellement apprit que mon cerveau était en ébullition, il était en constante éveille, à l'affut de la moindre chose qui clochait. " Tu nous vois ôté la vie à quelqu'un ? C'est tellement horrible... barbare et... Nous deux ...si je te perdais..." Un flux de parole incessantes sortait de ma bouche, mes yeux rivés à présent au sol je déblatérais tout et n'importe quoi. C'était çà oui. J'étais entrain de paniqué. Et souvent je m'emporter.... " Pardon...désolé, je parle trop ?" lui demandai-je en affichant une mine de déterré " Pas la peine de répondre, je sais que rien n'est fait encore, mais j'ai un mauvais pressentiment et puis mince il y à plein de choses dont il faut que je te parle et...ET je sais pas à qui en parler..." Comment aborder le sujet de Randolf. Du baiser. Fallait-il oui ou non que je lui en parle ? Allait-il bien le prendre ? Après tout nous étions amis non ? Trop de question sans réponse. Ma vie était devenue un véritable champs de bataille en l'espace de quelques semaine et je n'en pouvais définitivement plus. J'étais aux bords de la crise de nerfs.




___________________________________________________________




    La mort n'est que le commencement. La liberté vient après.
    Entre tous mes tourments entre la mort et moi, Entre mon désespoir et la raison de vivre, Il y a l’injustice et ce malheur des hommes, La lumière toujours est tout près de s’éteindre, La vie toujours s’apprête à devenir fumier, Mais le printemps renaît qui n’en a pas fini, Un bourgeon sort du noir et la chaleur s’installe, Que je ne peux admettre il y a ma colère, Toi qui fus de ma chair la conscience sensible, Toi que j’aime à jamais toi qui m’as inventé, Tu ne supportais pas l’oppression ni l’injure, Tu chantais en rêvant le bonheur sur la terre, Tu rêvais d’être libre et je te continue à croire en la liberté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hunger-games.frenchboard.com

◭ SOS : 212
◭ District : 11, l'agriculture
◭ Arrivée à Panem : 17/04/2012
◭ Localisation : Caché dans les hautes herbes

MessageSujet: Re: * La déesse de la forêt à mes côtes * Private> Sarah    Mer 18 Avr - 21:14







      Elle me répondit simplement qu’elle était fatiguée et je lui souris, parce que je m’en doutais, mais mon sourire disparu aussitôt lorsque la jeune fille parti s’assoire sur l’herbe et je sentais la fraîcheur du vent sur mon torse à présent totalement nu. Je me précipitai pour aller m’asseoir à ses côtés et jetais un coup d’œil rapide à ma biche qui gisait sur la bord de l’eau, on ne sait jamais, des fois que quelqu’un me la vole. Elle brisa le silence en m’avouant que c’était son frère qui l’entraînait pour les jeux et me fit par de ses craintes

      - Il à peur que je sois choisie lors de la Moisson. Et je dois t'avouer que j'en arrive à ne plus pouvoir dormir. Toi…tu n'as pas peur ? Imagine que l'on soient choisis pour représenté notre district ? Tout les deux ? L'un de nous deux devra tuer l'autre….Sean…tu t'en rends compte ? Parce que moi… j'ai encore du mal à assimilé la notion de "tuer"

      Je n’avais eu le temps de lui répondre et attendais qu’elle termine. J’avais également pensé à cette possibilité, se retrouvé tous les deux dans les jeux, devoir se tuer, c’est déjà arrivé et ça arrivera de nouveau. Je ne supporterais pas le fait de voir Sarah partir aux jeux, je me porterais volontaire pour elle comme je me porterais volontaire pour mes frères. « Tuer » Sa voix avait tremblé lorsqu’elle prononça ce mot. Pour moi ce n’était pas la même chose, je songeai à la biche que j’avais tué il y a encore quelques minutes. J’étais habitué, j’étais un peu comme … un meurtrier.

      - Tu nous vois ôté la vie à quelqu'un ? C'est tellement horrible... barbare et... Nous deux ...si je te perdais..

      Elle semblait si bouleversée. Je n’osais pas lui donner mon avis, parce que pour moi tuer ce n’est plus qu’un fait, un moyen comme un autre de survivre et de protéger sa famille ; certes je m’imagine mal tuer une fillette de douze ans mais je n’hésiterais pas si ma vie était en danger. Je murmurais un léger « chuut » pour la rassurer, la calmer, et posai ma main sur son épaule. Elle me semblait si paniquée, tellement perdue. Elle avait envie de m’avouer quelque chose, je le sentais dans sa voix qui avait changée d’intonation. Je me décalai légèrement sur la gauche, ôtant ainsi la désagréable sensation que me procurait mon couteau qui rentrait dans la fesse. J’hésitais, devais-je changer de sujet afin qu’elle oublier ses tourments ou remuer le couteau dans la plaie ? Je choisis la deuxième solutions et lui dis.

      - Raconte moi tout, tu peux tout me dire tu sais, tu es ma meilleure amie et quoi que tu puisses dire rien ne changera notre amitié.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Fondatrice - Let's play with the fireFondatrice - Let's play with the fire

◭ SOS : 424
◭ District : District 11 l'agriculture
◭ Arrivée à Panem : 24/03/2012
◭ Localisation : Avec Sean dans la forêt

MessageSujet: Re: * La déesse de la forêt à mes côtes * Private> Sarah    Dim 22 Avr - 20:37



* La déesse de la forêt à mes côtes * Private> Sarah





- Raconte moi tout, tu peux tout me dire tu sais, tu es ma meilleure amie et quoi que tu puisses dire rien ne changera notre amitié.

Je levais la tête vers lui, croisant son regard. Sean avait l'air fatigué et inquiet, tout comme moi d'ailleurs. Depuis quelques jours j'avais de plus en plus de mal à fermer l'oeil, sans parler des entrainements incessant que je devais avoir avec mon frère. "Je sais pas à qui en parler…tu es le seul. Ma soeur, je ne pense pas qu'elle comprendrais et encore moins mon frère" J'étais tiraillé entre lui raconté ce qui m'étais arrivé, lui demandé conseil et à la fois…. le lui caché. Mais à quoi bon de toute façon nous étions seulement amis, je n'avais pas besoin de me stresser ainsi. " On m'as embrasser et…. c'est compliqué, parce que je crois être amoureuse de quelqu'un d'autre…fin je ne sais pas". Voilà qui était dit, au moins je me sentais mieux, à moitié en faîte car désormais un malaise me rongé de l'intérieur. Lui ressentait-il les mêmes sentiments que moi ? Non, c'était tout à fait ridicule d'y penser, qui voudrais de moi ? Une fille arrogante au possible, menteuse et pénible ? C'était les paroles de ma soeur Shan', celles qui m'avait fait sans doute le plus de mal, c'est également celles qui avaient mit le feu aux poudres entre notre relation.

"Je dois faire quoi ? Je ne sais plus ou j'en suis…sans parler que dans moins d'une semaine c'est le jour de la moisson…"La moisson. Le jour tant redouté de tous, et encore plus du mien, j'avais terriblement peur d'être tiré aux sorts. Mon frère l'était encore plus que moi visiblement. " Tu sais quoi ? laisse tomber, oublie ce que je viens de dire, on va plutôt chasser ou faire autre chose, je ne sais pas…."


Qui à dit que "la vie était un long fleuve tranquille que je lui explique ma façon de pensée, plus les jours pensés, plus j'angoissée. La tension était palpable au sein de notre district, beaucoup de personne se préparé aussi physiquement que mentalement à perdre un de leurs proche, jeunes enfants et moi…je pensais à mes problème de coeur ? J'étais décidément idiote. " Ho j'oubliai..je tes pris quelques pommes hier aux marché noir. J'ai pensé à tes frères qui adores les pommes." Je plongeai ma main aussitôt dans mon sac à bandoulière ressortant cinq pommes bien rouge que je lui tendis avec mon plus beau sourire dans l'espoir de lui faire oublié ce que je venais de lui dire, et surtout pour avoir meilleur conscience. " Et….comment réagissent tes frères pour…la moisson ?"



___________________________________________________________




    La mort n'est que le commencement. La liberté vient après.
    Entre tous mes tourments entre la mort et moi, Entre mon désespoir et la raison de vivre, Il y a l’injustice et ce malheur des hommes, La lumière toujours est tout près de s’éteindre, La vie toujours s’apprête à devenir fumier, Mais le printemps renaît qui n’en a pas fini, Un bourgeon sort du noir et la chaleur s’installe, Que je ne peux admettre il y a ma colère, Toi qui fus de ma chair la conscience sensible, Toi que j’aime à jamais toi qui m’as inventé, Tu ne supportais pas l’oppression ni l’injure, Tu chantais en rêvant le bonheur sur la terre, Tu rêvais d’être libre et je te continue à croire en la liberté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hunger-games.frenchboard.com

◭ SOS : 212
◭ District : 11, l'agriculture
◭ Arrivée à Panem : 17/04/2012
◭ Localisation : Caché dans les hautes herbes

MessageSujet: Re: * La déesse de la forêt à mes côtes * Private> Sarah    Mer 25 Avr - 11:52







      Au début elle semblait hésitante, comme si elle voulait m’avouer qu’elle avait fait le pêché le suprême ; s’en était peut-être pas loin. Elle cracha le morceau rapidement et mon cœur manqua un battement. Un abruti des buissons l’avait embrassé et le summum de la chose, elle était amoureuse de quelqu’un. Je restai bouche bée, cherchant quelque chose à dire qui ne soit pas trop stupide et qui ne révèle pas mes sentiments. Sans vous mentir, je n’ai pas réellement écouté la suite de son récit, lui conseillant simplement d’oublier ce gars, pare que je crevais de jalousie. Qui était-ce ? Du même district ? Quand ? Où ? Je n’avais qu’une envie, étriper celui qui a osé faire ça. Mais avant même que je continue mon explication, Sarah me conseilla d’oublier et me proposa d’aller chasser en se levant. Je regarder ma biche qui gisait plus loin et me leva à mon tour. Pendant que j’hissai difficilement l’animal sur mes épaules pour accompagner Sarah à la chasse elle me tendit cinq pommes aussi rouges que ses lèvres lorsqu’elles gercent en hiver. Je le remerciai avec un grand sourire, embrassai sa joue et fourrai les pommes dans mes nombreuses poches. Mais vint la question tant redouté, comment réagisse mes frère fasse à la moisson ? Je marchai d’un pas en me mordant la lèvre et répondis.

      - Ils sont inquiets, Hunter ne sait pas allumer un feu, avec Sacha qui est asthmatique et Landz est aussi discret qu’un éléphant. Mais, ne leur dit pas s’il te plait, je pense que je me porterais volontaire si jamais leurs noms sortaient. Je suis le plus vieux et je pense pouvoir m’en sortir, finir peut-être dans les sept derniers …

      Je baissai la tête, je n’aurais peut-être pas dû lui dire, mais au moins elle le sait, elle ne sera pas choquée le jour de la Moisson. En plus je m’étais donné un bon chiffre, tout le monde sait que je vais mourir dans les dix premiers, mais je ne jugeais pas utile de le dire et préférai lui mentir. Je restais muette, la main posée sur ma poche arrière de pantalon, frôlant la bosse de mon couteau, près à l’envoyer dès que je voyais un animal. Et jamais c’était Sarah qui était choisie pour la Moisson avec un inconnu, peut-être même avec l’abruti des buissons, je redoutais que son nom sorte, je pourrais sauver mes frères, mais elle je ne pourrais pas la sauver. Je tournai ma tête, je regardai son visage avec admiration puis regardai mes pieds ; pour n’éveiller aucun soupçons


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

◭ SOS : 212
◭ District : 11, l'agriculture
◭ Arrivée à Panem : 17/04/2012
◭ Localisation : Caché dans les hautes herbes

MessageSujet: Re: * La déesse de la forêt à mes côtes * Private> Sarah    Ven 13 Juil - 17:46

[ UP (; ♥ ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: * La déesse de la forêt à mes côtes * Private> Sarah    

Revenir en haut Aller en bas
 

* La déesse de la forêt à mes côtes * Private> Sarah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Déesse du Printemps ou Reine des enfers
» [soom cass]Hecate, déesse de la lune noire
» Quand la déesse de l'amour s'ennuie, elle n'a qu'une chose à faire ... [Pv : Arès]
» Travis Charest à Paris auyx Editions Déesse
» M et Déesse sont-il une seule et même personne ??
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HUNGER GAMES — REAPER :: 
Panem - Côté Est
 :: DISTRICT ONZE :: Forêt & Ruisseau
-