Partagez | 
 

 Tout commence par les mots ft. Milan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

ADMIN - Burn out

◭ Age du joueur : 23
◭ SOS : 467
◭ District : Un
◭ Arrivée à Panem : 12/04/2012
◭ Double compte : Amelya L. Kennedy
◭ Localisation : Je ne sais plus trop où je suis...

MessageSujet: Tout commence par les mots ft. Milan   Jeu 19 Avr - 1:23

« tout commence par les mots »

Quelques mois plus tôt, j’ai reçu une lettre venant d’un tout autre district, le neuf. Oui, ça peut paraître étrange quand même. Je me rappelle de cette journée comme si c’était hier. J’étais assise sur la pelouse qui se tenait devant la nouvelle demeure de mon frère et aussi la mienne. Je ne faisais rien en particulier, sauf peut-être arracher l’herbe. Et c’est là qu’un petit oiseau est venu se poser devant moi. Il avait un petit papier entre les griffes, mais quand il vu que je m’approchai, il repartit en laissant la lettre me semblera-t-il. Je l’ouvrai, pour lire ce qui était écrit. Je ne savais pas à quoi m’attendre, mais je me demandais ce que c’était. Après avoir lu la lettre, je fus un peu déconcerter. Je n’en croyais pas mes yeux. Un certain Milan demandait de l’aide au district un de l’aider à protéger sa petite-sœur. Je me suis dit que s’il avait tombé sur un autre habitant de mon district, il n’aurait même pas eu la chance de se faire répondre. Mais moi, j’allais lui faire une réponse. Lui poser des questions et l’aider bien sur. Je passai presque qu’une journée entière à façonner ma réponse à cette lettre. Je n’avais jamais pris autant de temps pour répondre. Quand je voulu l’envoyer, je pris un oiseau moi aussi. C’est ainsi que nous restèrent en contacte pendant des mois et des mois. Mais la dernière fois que j’envoyai une lettre, je lui demandai de le rencontrer, pour pouvoir parler à vive voix. Je lui dis un lieu, une heure et tout en lui demandant s’il était d’accord. Sa dernière réponse fut la plus longue d’attente. Mais je le comprenais parfaitement. Moi, Heaven Kate Wolling, lui demandait de le rencontrer pour la première fois. Je fus si heureuse quand il accepta. Je me levai donc de très bonne humeur. Je pris un petit déjeuner, un pain avec de l’eau et c’est tout et parti m’habiller. Je mis quelque chose de fort simple. Un pantalon bleu un peu vieux avec un chandail blanc. Je mis aussi une petite veste, car il faisait froid à l’extérieur. Je lui avais dit treize heures et il était à peine neuf heures. Je devais donc patienter un peu. Et puis, je voulais arriver avant lui, car je ne savais pas s’il était déjà venu ici. C’était pour ne pas qu’il se perde, bien sur. Je ne l’avais jamais mentionné à mon frère avant aujourd’hui. Ça allait être le moment de vérité. Pendant tous ces mois, je craignais qu’il réagisse mal, mais je savais que mon frère me faisait toujours confiance. Et si je pensais que c’était une bonne idée de rencontrer quelqu’un du district neuf, il accepterait mon choix. J’arrivai donc dans la cuisine en souriant. Il venait à peine de se lever le pauvre. Il se douta de quelque chose car il me lança un de ses regards. Ça me fis rire enfaite. Il était si drôle ! Il réussissait toujours à me décrocher un sourire avec tout ce qu’il faisait. Surtout quand il essayait quelque chose de nouveau et qu’il ne réussissait pas. Mais là je devais lui dire ce que j’allais faire aujourd’hui, pour ne pas qu’il s’inquiète. Je commençai donc, encore avec un grand sourire collé aux lèvres :

« Je dois te parler sérieusement, Calhoun. Donc je me lance. Quelques mois plutôt, j’ai reçu une lettre du district Neuf. Au début je ne savais pas trop quoi faire avec. Et puis, j’ai décidé de lire. C’était un garçon qui m’écrivait. Il demandait de l’aide pour protéger sa petite-sœur. Je lui ai répondu et encore et encore. Et puis, je lui ai proposé de se rencontrer, aujourd’hui. Je vais le voir tout à l’heure près de la limite du district. J’ai vraiment envie d’en savoir plus sur lui. Tu sais très bien que même si tu ne veux pas que j’y aille, j’irai quand même. Mais je voulais t’avertir. »

Il semblait abasourdit. Je décidai donc de lui laisse un peu de temps pour réfléchir. Je devais m’y attendre. Je voulais continuer de parler, mais je ne le fis pas. Il me regardait d’un air surpris, mais il n’avait pas l’air fâché. Une chance, je détestais être en rogne avec lui. Il finit donc par parler. Une chance, je ne voulais pas qu’il soit rendu muet quand même !

« Bon et bien Heaven, ton choix est déjà fait. Ça ne me dérange pas, bien sur, car c’est pour être libre que tu es venue habiter avec moi. Si tu veux, tu peux ramener ton ami à la maison. Je n’y vois aucun inconvénient et peut-être lui offrir quelque chose, c’est à toi de voir. »

Ouf, il n’était pas fâché ! J’étais vraiment contente. Je déposai un baisé sur sa joue et souriant toujours et me rendis au cœur du district. Je saluai plusieurs personnes en les voyants. Il restait deux bonnes heures, je me suis donc dit que je pourrais aller faire coucou à mon père. Je savais que depuis que j’étais partie, ma mère était en dépression. Mon père s’en fichait un peu enfaite. Je pourrai donc lui parlé sans avoir à revoir maman. Je cognai à la porte deux fois avant qu’on m’ouvre. En me voyant,. Mon père me serra fort dans ses bras. J’étais si contente de le voir. Ça faisait une éternité que je ne l’avais pas pris dans mes bras. Et puis nous discutâmes pendant une bonne heure avant que je lui dise que je devais partir. J’arriverais à peine une demi-heure à l’avance. Je le saluai une dernière fois avant de partir direction limite du district un. Le voyage fut assez long, mais pas pénible. Ce n’était pas la première fois que je faisais le voyage. Non, je le faisais à tous les jours avec mon père quand j’étais petite. Ça faisait du bien de se rappeler les bons souvenir. Arriver où je voulais être, je pris place par terre et commença à regarder le néant. Je ne voyais rien, c’était normal. Mais après quelques temps je pus distinguer quelqu’un au loin, à environ un demi-kilomètre. Je restai là à regardé tout droit.

___________________________________________________________

♠️♠️♠️
Ce qui me touche, c'est toi, et le bruit de tes pas, ce qui fait mal, c'est toi, quand tu es loin de moi. C'est pour ça que tu dois partir. Me laisser seule. Car je suis forte et ma vie n'a point d'importance à comparer à la tienne. Cours cours ! Va ! Et je m'attends pas. Car je serai à jamais loin de toi. Mais avant je dois te dire quelque chose... Je t'aime.

♠️♠️♠️


Dernière édition par Heaven K. Wooling le Lun 7 Mai - 19:14, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ADMIN - Burn out

◭ SOS : 1092
◭ District : Neuf.
◭ Arrivée à Panem : 27/03/2012
◭ Double compte : Alayna Tomàs

MessageSujet: Re: Tout commence par les mots ft. Milan   Sam 21 Avr - 11:02


Assis sur un rocher. Je songe à la stupide péripétie que je suis en train de réaliser. Quel con je fais. Voilà un jour et demi que j'avais quitté mon district pour aller voir Heaven. Je ne suis même pas certain que cette fille existe. Je me suis pourtant accroché à cet espoir de toutes mes forces. Je laisse derrière moi le travail, ma petite sœur et mon vieux père. Avoir pris des tesserae, ne leur suffira sans doute pas durant mon absence. Je ne dois pas traîner. Revenir le plus vite possible. Pour pouvoir trimer deux fois plus au champ. Histoire de rattraper mon retard. Je souhaite désespérément que ça en vaut la peine. Il faut que ce plan, aussi ridicule soit-il, aboutisse enfin. Pour Alannis. Pour ce petit ange qui va devoir apprendre à tuer. La culpabilité me ronge, me souffle que je vais trop loin. Que je dois cesser de la protéger à tout prix. J'allais commettre l'irréparable à force. La rendre en proie à des crises de violences. A la priver de toute innocence. Déjà que je lui retire indécemment le droit de vivre sa vie d'enfant avec ces entraînements absurdes. L'apparence du frère modèle flanche, s'efface. Ce n'est plus qu'une pâle illusion.

Je me remet sur pieds. Je suis presque arrivé à destination. Après avoir traversé la forêt dense et escaladé une petite partie des Rocheuses, et non sans difficulté, le district 1 se dessine devant mes yeux. Rien avoir avec le mien. D'ici, les maisons semblent déjà plus luxueuses. Une véritable ville s'étale devant mes opales cannelles. Mon foyer semble encore plus vulgaire à côté d'eux qu'il ne le paraît déjà en réalité. Un grognement intérieur s'élève face à cette inégalité. Cette injustice. Juste parce que ces gens sont nés dans un endroit proche du Capitole, ils ont le droit à un traitement de faveur. Tout en glissant avec prudence sur la pente rocheuse, mes mirettes ébahies scrutent l'agglomération aisée où doivent s'écouler des jours paisibles. La peur qui s'était répandue au district 9 après l'annonce de la remise en place des Jeux de la Faim, ne devait pas les avoir touché. L'angoisse. Le désarroi. La crainte. La détresse. Tout ça n'est bon que pour les pauvres, non ? Comment ces riches habitants bercés par la tradition des carrières pourraient éprouver quoi que ce soit de négatif ? Je suppose que eux non plus, ça ne les enchante pas des masses de perdre leurs enfants. Mais ils ont plus de chances quoi qu'on en dise. Ce doit même être un honneur de participer à ce show télévisé. Ça me dégoûte.

Je m'approche de plus en plus, leur luxe m'immerge déjà. J'ai l'impression d'être dans un autre monde. On est loin de nos champs de blés, de nos petites maisonnettes, certaines encore en bois. Je ne suis pas encore en plein cœur de la ville pourtant, de toute façon, ce n'est pas là qu'est mon rendez-vous, mais je sens d'ici une atmosphère sereine qui pu le confort et le superflu.

J'aperçois au loin une blonde. Avec Heaven on s'était décrit notre physique, qu'on puisse se reconnaître, au cas où. Si j'en crois ses mots, c'est bien elle, plantée sur le sol, droite comme un piquet. Je lève les yeux au ciel. J'espère que ce n'est pas le stéréotype de la fille du district 1, hautaine et méprisable. Mais je dois lui accorder sa gentillesse et sa bonté. Qui d'autre aurait pu accepter ma demande incongrue et ridicule ? Une fois face à elle, mes pupilles acajous fixe avec douceur son visage au teint de pêche. Elle paraît presque fragile. Innocente. Comment une fille avec ce physique peut savoir se battre ? Ça semble presque irréaliste. « Heaven ? »

___________________________________________________________



    I lost my invitation to the funeral of love

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ADMIN - Burn out

◭ Age du joueur : 23
◭ SOS : 467
◭ District : Un
◭ Arrivée à Panem : 12/04/2012
◭ Double compte : Amelya L. Kennedy
◭ Localisation : Je ne sais plus trop où je suis...

MessageSujet: Re: Tout commence par les mots ft. Milan   Sam 28 Avr - 19:15

« tout commence par les mots »

Je le regardais arrive de loin. J’étais sure maintenant que c’était Milan. Je me rappelais qu’il m’avait dit que ses cheveux étaient bruns et assez courts. Peut-être que ce n’était pas lui, mais bon, ce n’est pas grave. Il arriva lentement, le chemin avait du être long, très long. Nos districts étaient assez éloignés. J’aurais pu aller chez lui mais je ne voulais pas m’invité comme ça. Je lui souris contente que le voir, il n’avait pas l’air d’être sur que je sois vraiment moi, c’était normal, car nous nous ne connaissions pas personnellement avant aujourd’hui. Il me regarda quelques instants avant de me poser cette question. Elle n’était pas longue, mais c’était un début.

« Heaven ? »

Je lui souris de plus belle. Il faisait beau et le Soleil plombait sur nos petites têtes. Je me sentais vivante en ce moment là. Serait-ce une bonne idée de lui répondre en disant oui, c’est bien moi. Tu ne te trompes pas. Peut-être devrais-je le faire, ou pas. Je n’en sais trop rien. C’est me semblait plus polie. Je me rendis compte que j’étais dans la lune et que Milan me regardait d’un air interrogateur. Je me mis à rire.

« Je suis désolée. Oui, je suis bien Heaven. Tu dois être Milan. Heureuse de faire ta connaissance, je veux dire te voir en personne. Désolée je ne suis pas habituée à ce genre de situation. Alors ta sœur va bien ? »

Je lui tendis la main en souriant toujours. Si je continuais comme ça j’allais rester figé ainsi pour le restant de ma vie. Ce n’était pas ce que je souhaitais, à vrai dire. Je me mordis les joues pour arrêter de sourire, mais en vain. Pourquoi n’arrivais-je pas à arrêter de sourire ? Ça me fis encore plus rire. Il devait me prendre pour une vraie folle.

« Je suis désolée d’être ainsi, je ne sais pas ce que j’ai aujourd’hui. Je suis surement fatiguée, très fatiguée. Tu veux voir quelque chose dans le district ou tu préfères rester ici ? »



___________________________________________________________

♠️♠️♠️
Ce qui me touche, c'est toi, et le bruit de tes pas, ce qui fait mal, c'est toi, quand tu es loin de moi. C'est pour ça que tu dois partir. Me laisser seule. Car je suis forte et ma vie n'a point d'importance à comparer à la tienne. Cours cours ! Va ! Et je m'attends pas. Car je serai à jamais loin de toi. Mais avant je dois te dire quelque chose... Je t'aime.

♠️♠️♠️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ADMIN - Burn out

◭ SOS : 1092
◭ District : Neuf.
◭ Arrivée à Panem : 27/03/2012
◭ Double compte : Alayna Tomàs

MessageSujet: Re: Tout commence par les mots ft. Milan   Sam 14 Juil - 13:21


« Je suis désolée. » Désolée ? De quoi s'excuse-t-elle ? Elle n'est pas celle que je crois alors ? C'est bien ma chance. Me taper tout ce chemin pour rien. Je devais bien me douter que les habitants du district un se moquait bien des plus pauvres. « Oui, je suis bien Heaven. Tu dois être Milan. Heureuse de faire ta connaissance, je veux dire te voir en personne. Désolée je ne suis pas habituée à ce genre de situation. Alors ta sœur va bien ? » Soulagé, je serre la main qu'elle me tend. « Oui, ma sœur va bien. » Qu'est ce que ça pouvait bien lui faire de toute façon ? Si Alannis est moissonnée avec elle, elle n'hésitera sans doute pas à la tuer. Pour gagner. Qu'elle aille bien ou pas à cet instant. « Je suis désolée d’être ainsi, je ne sais pas ce que j’ai aujourd’hui. Je suis surement fatiguée, très fatiguée. Tu veux voir quelque chose dans le district ou tu préfères rester ici ? » « Je préfères commencer ce pour quoi je suis venu si ça ne te dérange pas. La route a été longue, elle le sera tout autant au retour. Je dois retourner au travail avant que ma famille ait des ennuis. » A cause de moi. En plus de perdre de l'argent pour nous nourrir, avec mon absence je risque de leur apporter des problèmes. Je ne suis pas censé être là. Au district un. A deux jours de marche de chez moi. Pour m'entraîner qui plus est. Chose que le gouvernement à formellement interdit. Les carrières ne s'en privent pas. On ne leur dit rien. Mais je ne suis pas certain qu'un habitant d'un district plus effacé bénéficie de la même clémence. Ma présence ici est tout ce qu'il y a plus d'illégal. L'activité qu'on va y faire l'est aussi. Je ne me suis jamais sentit autant en sécurité dans mon pauvre district. « Merci encore d'avoir accepté ma proposition. » Mon remerciement paraît froid. Distant. Malgré la gentillesse que dégage Heaven, je n'arriverai jamais à l'apprécier complètement. Tout ça pour son appartenance au district du luxe. Elle représente qu'une machine à tuer à mes yeux. Rien de plus. « On s'y met ? » J'ignore ce qu'elle compte m'apprendre. Et la façon dont elle va s'y prendre. Mais je suis pressé. Elle l'a sans doute remarqué. J'espère que ça ne la rendra pas réticente. Au point de refuser notre accord. D'annuler ce qu'on avait prévu.

___________________________________________________________



    I lost my invitation to the funeral of love

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ADMIN - Burn out

◭ Age du joueur : 23
◭ SOS : 467
◭ District : Un
◭ Arrivée à Panem : 12/04/2012
◭ Double compte : Amelya L. Kennedy
◭ Localisation : Je ne sais plus trop où je suis...

MessageSujet: Re: Tout commence par les mots ft. Milan   Jeu 19 Juil - 20:37

« tout commence par les mots »
« Je préfères commencer ce pour quoi je suis venu si ça ne te dérange pas. La route a été longue, elle le sera tout autant au retour. Je dois retourner au travail avant que ma famille ait des ennuis. »

Il semblait froid, mais je le comprends. Il me connait à peine, et puis c’est vrai que j’aurais dû me rendre au district neuf. Ça lui aurait évité de devoir faire tout ce chemin et de laisser sa petite sœur et son père seul. Et hop ! Je culpabilise encore un fois ! C’est une manie chez moi, je ne sais pas pourquoi.

« Oui bien sur, je comprend tout à fait. J’aurais pensé qu’on aurait pu faire ça au centre d’entrainement, mais c’est bon on fait ça ici. »

Il me remercia d’avoir accepté sa proposition, j’acquiesçai d’un signe de tête. Bien sur, ça me faisait un grand plaisir de l’aider. Je me demande bien si je serais capable de le tuer, s’il venait avec moi dans l’arène. Surement pas… Il me tira de mes pensées en me demandant si on commençait.

« Oui, on commence. Je vais te montrer une base pour se défendre. Oui d’accord, il y a toujours le corps à corps, mais ce n’est pas pour t’insulter, mais je ne crois pas que tu sois assez fort pour vaincre qui que ce soit… Donc j’ai opté pour quelque chose que tu veux faire de loin. Un lancé de couteau. »

Je sortis de mon sac, trois couteaux, très pointu et une cible. Je déposai les armes dans les mains de Milan et je me dirigeai vers un arbre, où j’accrochai la cible. J’étais maintenant à une bonne dizaine de mètres de lui. Je le regardais. Je lui dis, assez fort pour qu’il puisse m’entendre, cette phrase.

« Bon, maintenant tu vas lancer les couteaux sur la cible. Je ne te montre rien. Pour voir comment tu vas te débrouiller et ensuite, je te dirai ce que tu dois modifier, c’est d’accord ? »


___________________________________________________________

♠️♠️♠️
Ce qui me touche, c'est toi, et le bruit de tes pas, ce qui fait mal, c'est toi, quand tu es loin de moi. C'est pour ça que tu dois partir. Me laisser seule. Car je suis forte et ma vie n'a point d'importance à comparer à la tienne. Cours cours ! Va ! Et je m'attends pas. Car je serai à jamais loin de toi. Mais avant je dois te dire quelque chose... Je t'aime.

♠️♠️♠️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Tout commence par les mots ft. Milan   

Revenir en haut Aller en bas
 

Tout commence par les mots ft. Milan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» L'IDENTITE de Milan Kundera
» Livres d'école
» Les dix mots du printemps
» jeu de mots
» Les mots basques les plus vieux
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HUNGER GAMES — REAPER :: 
Panem - Côté Ouest
 :: DISTRICT UN :: Limite du district
-