Partagez | 
 

 Néo & Rose

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité


MessageSujet: Néo & Rose   Lun 23 Avr - 17:08

Le soleil commençait à se lever à l’horizon, les oiseaux se mettaient à chanter alors que mes yeux tentaient de s’ouvrir. Mon corps était fatigué par le travail qui m’accablait depuis plusieurs semaines. J’avais besoin de travailler, de gagner de quoi nourrir ma petite sœur et moi-même, depuis que ma mère était morte j’en avais la garde. M’étirant dans mon lit, je finis par mettre mes pieds sur le sol, essayant d’émerger de ce sommeil bien trop agité. Ma sœur me manquait, mais je la savait en sécurité avec Kévin, lui qui avait tenté de me dissuader de m’éloigner…Avait-il peur que quelque chose m’arrive? Sûrement, mais il fallait bien gagner sa vie, puisque je refusais obstinément qu’il survienne à nos besoins, je ne voulais pas qu’il pense que je profitais de son argent. Me lavant, je pris rapidement une douche et enfilais quelques habits de travail, ample et confortable, j’allais devoir tenir plusieurs heures. Alors que je m’observais dans la glace, quelque chose me frappa et me donna l’envie d’aller dans les champs…Néo, ce jeune homme avec qui je m’entendais très bien, même trop bien quelques fois. Nous n’avions pas besoin de parler, de mots, quelques regards et quelques sourires suffisaient amplement. Caressant l’idée d’un rapprochement, je pris la peine d’attacher mes longs cheveux en queux haute et parti vers mon lieu de travaille.

La route n’était pas fort longue, mais mes jambes semblaient lourdes et fatiguée. Heureusement, je n’en avais plus pour longtemps à travailler dans ce district, bientôt, je retournerais dans le deux pour y retrouver ma petite famille, mes amis et quelques connaissances que j’appréciais ou pas. Le soleil n’était pas fort haut, mais déjà, je pouvais sentir sa chaleur caresser ma peau blanche. Mes trais étaient tirés, la fatigue ainsi qu’une grande fragilité se lisait sur celui-ci, l’inquiétude également. La moisson allait bientôt avoir lieux et malheureusement, je faisais partie de ceux qui avaient l’âge pour y participer. Pourquoi remettre en scène ce jeu de massacre? Le capitole n’avait-il pas honte de sacrifier des enfants pour le bon plaisir d’un public malsain? Je savais que si jamais j’étais tirée au sort, je n’e sortirais pas vivante, je n’étais pas une combattante! Autrefois, mon district entraînait les jeunes pour la moisson, mais depuis l’arrêt des jeux, cela ne se faisait plus, nous n’étions plus préparés. Et si jamais je mourrais dans ce jeu? Et ma sœur que deviendrait-elle? Qui prendrait soin d’elle? Kévin? Sûrement, je savais qu’il ne la laisserait pas seule, pas si jeune, elle n’avait que deux ans. Marchant sur un petit sentier, j’arrive enfin aux champs ou quelques personnes étaient déjà là. J’avais quelques minutes devant moi avant le travaille, chose que j’appréciais, des minutes dont je profitais en allant m’assoir sous un arbre, le même depuis que je travaillais ici.

Alors que j’approchais de mon refuge, je remarque qu’une personne y était déjà. Alors que j’allais faire demi-tour, vexée de voir que mon lieu de prédilection m’avait été enlevée, je remarque que le jeune homme assit n’était autre que Néo. Un léger sourire s’afficha sur mes lèvres, lui seul avait le droit de me voler ma place, même si cet arbre ne m’appartenait pas…Je continue donc à avancer et m’assoie près de lui, gardant néanmoins une distance raisonnable, tout en lui lançant un « Bonjour » timide et assez faible. Le vent caressa nos visage, faisant ainsi bouger ma queux de cheval très légèrement, amenant avec lui quelques odeurs des plus agréables. La terre, l’herbe fraîche du matin, l’odeur des champs que nous allions dans plusieurs minutes commencer à travailler. Je ferme les yeux et appuie ma tête contre l’écorce de l’arbre, cherchant un peux de repos sans pour autant le trouver. La compagnie de Néo m’apaisait sans qu’il ne le sache, je le sentait non loin de moi et cela ne me dérangeait pas, tout du contraire. Le silence entre nous n’était pas lourd, juste agréable et normale. Finalement, je tourne la tête vers lui et ouvre les yeux doucement, replaçant une mèche de mes cheveux qui venait de se placer devant mes yeux. Ce jeune homme avait un certain charme. Il devait avoir le même âge que moi ou alors un peux plus vieux, je n’en avais aucune idée, je ne lui avait jamais posé la question. Ses sourires étaient francs et doux, des sourires que j’aimais apercevoir sur ses lèvres même quand ils ne m’étaient pas destiné.

« J’ai faillis ne pas venir en te voyant contre l’arbre, tu as volé mon lieu de prédilection, mais à toi je peux le pardonner… » Mon sourire disait bien sûr que ma phrase était une plaisanterie, des paroles pour amener à un début de discution entre nous. Je ne savais pas si cela allait marcher, mais j’avais envie de plus que nos regards, de plus que nos sourire, j’avais envie que nous nous parlions simplement. Mon regard était calme, posé mais en même temps brisé. Quelque chose en moi puait la fragilité excessive, mon corps en lui-même n’était pas musclé, juste frêle mais beau. Je faisais mon âge sans soucis, mais mes traits étaient matures et quelques peux désorientés. J’étais cette fragile rose aux épines douces, qui néanmoins se fane dés l’hiver apparu…
Revenir en haut Aller en bas

◭ Age du joueur : 24
◭ SOS : 235
◭ District : 10
◭ Arrivée à Panem : 12/04/2012
◭ Double compte : Kefka H. Azurette
◭ Localisation : je viens du Suuuuuud

MessageSujet: Re: Néo & Rose   Mer 25 Avr - 18:13

    Je courrais, encore et encore. Je n’savais même pas pour quoi, mais je courrais. Je me sentais libre, comme si rien ne barrait ma route, comme si l’attraction n’était qu’un mythe, je volais. Le sol n’existait pas, ou du moins je ne le sentais pas, ne le voyais pas. Puis d’un coup, ce qui m’entourait prenait feu. Le vide s’enflammait, et venait peindre mes joues d’intenses lumières rouges, puis de gouttes de sueurs. Je commençais à paniquer, je me mettais à courir plus vite, mon souffle s’emballais, le feu se rapprochait, et alors qu’une flamme moins timide que les autres venait me caresser le bras, je me réveillais.

    Ce n’était qu’un rêve, et pourtant, je me sentais réellement épuisée par ma course onirique. Mon front était mouillé d’épuisement, alors que mes jambes tremblaient comme après l’effort. Je me levais de ma couchette avec difficulté, et regardais l’heure d’un coup d’œil rapide sur l’horloge. 6h10. J’avais largement le temps avant le début de la journée de travail, mais impossible de me rendormir, du moins, impensable après un cauchemar qui m’avait tant chamboulé. Je me dirigeais donc d’un pas lent vers la salle de douches, pour m’aider à émerger. Une fois propre, j’enfilais un pantalon en toile couleur blanc cassé, ainsi qu’une chemise d’un bleu gris un peu fade. De toute façon, je ne me rendais ni au bal, ni à un quelconque évènement du Capitole, donc bon. Je finissais ensuite d’essuyer mes cheveux mal coiffé, et me dirigeais vers la sortie. J’avais encore une vingtaine de minutes avant que les autres ne se réveillent s’ils conservaient leurs habitudes, ce que je pensais fortement qu’ils allaient faire. Que faire donc de vingt minutes de solitude ?

    Je ne savais pas vraiment, alors pour ne pas rester bêtement planter là, je sortais prendre l’air. Le vent était frais à cette heure de la matinée, c’était agréable. Je repensais à tout ce qui s’était passé récemment, et qui avait entrainé mon arrivé dans le District de l’agriculture. Le décès de ma sœur, la fonte aussi astronomique que rapide des économies de ma famille, la mort des derniers bovins de notre ferme, puis la vente des poules encore vivantes… Ma mère avait eu à ce moment l’idée de m’envoyer travailler dans le 11, c’était son dernier recours, nous étions sur la paille, au sens propre comme au figuré. Heureusement, je n’étais pas le stéréotype du fils ingrat, et avait accepté de quitter l’école pour partir sans rechigner. Cela faisait maintenant un peu plus de deux semaines que j’étais arrivé dans les champs, et mon boulot m’épuisait apparemment plus que je n’aurais pu le penser en atterrissant dans ce District. Je chassais ses pensées négatives de mon esprit, et respirai un grand coup les yeux fermés.

    Une fois les poumons pleins, j’avais l’impression de revivre le rêve de la nuit dernière. Une envie irrépressible de courir se fit sentir. Je sentais une violente chaleur venir me caresser le bras à nouveau, et il n’en fallut pas plus pour me faire démarrer. Je fonçais en effet tout droit, à froid, à toute vitesse, et la flamme imaginaire disparut. Au cas où, je faisais une centaines de mètres supplémentaires, elle ne revenait pas, je pouvais me poser, mais je n’en avais pas envie. Je continuais à courir, comme ça, juste pour… courir. Ce ne fut que lorsque je me trouvais à bout de souffle que je ralentissais mon rythme, et faisait demi-tour en marchant. Au bout de trente minutes, j’étais de retour vers les champs, et je décidais de m’assoir contre l’arbre. L’arbre où une fille du District 2 se posait tout le temps, Rose. Cet endroit était apaisant, il m’aidait à réfléchir. Je comprenais facilement pourquoi Rose avait pris pour habitude de s’y réfugier. Il y avait comme… une sorte d’aura au pied de cet arbre, une présence ou quelque chose dans l’style.

    J’y passais quelques minutes à regarder le ciel et à réfléchir à tout comme n’importe quoi, lorsque les premiers ouvriers s’échappèrent de la petite caserne qui nous servait de dortoir. Ils étaient tous d’un autre District, allez savoir pourquoi ! Le patron avait peut-être du mal avec ses concitoyens ? Très possible, il n’était pas des plus aimables après tout. C’est cette pensée qu’une voix féminine vint alors troubler. Mais pas n’importe quelle voix, c’était celle de Rose. "Bonjour " tenta-t-elle de sa voix si tendre et hésitante. Dans un sens, j’avais appris à me trouver pas mal de points communs avec elle. Nous étions tous deux peu introvertie, on avait aussi tous les deux beaucoup trop de responsabilités par rapport à notre âge. Qui aujourd’hui, à 16 ans, pourraient prendre en charge toute une famille ? Eh bien il y avait nous déjà à cette époque, et nous n’étions pas des exceptions, c’est une certitude, notamment quand on sait que le District le plus pauvre n’est ni le 10, ni le 2, mais le 12. J’avais moi-même du mal à imaginer comment o pouvait être encore plus pauvre que moi, et d’ailleurs, je ne cherchais pas spécialement de preuves finalement, la pauvreté, c’est pas ma passion contrairement à ce qu’on pourrait croire. Je n’imaginais donc pas tout simplement, je le savais, mais je n’avais aucune envie d’entrer dans les détails… "J’ai faillis ne pas venir en te voyant contre l’arbre, tu as volé mon lieu de prédilection, mais à toi je peux le pardonner… " enchaina Rose alors que je m’égarais dans des songes aussi divers que pratiquement hors-sujet. Cette fois-ci, allez savoir pourquoi, je sortais de mon mutisme. Son sourire chaleureux, peut-être, éveillait-il mes cordes vocales ? " Salut, et merci aussi " répondis-je avec un sursaut de rire discret. Etrangement, sa présence venait de renverser mon humeur. Moi qui était parti pour être silencieux et/ou grognon après cette nuit fâcheusement agitée, je me prenais à esquisser un sourire et à fermer les yeux, pour savourer les premières lueurs du soleil qui réchauffait avec délicatesse mon visage au teint un peu trop blême ces derniers temps. " T’as bien dormi ? " continuai-je sans rouvrir les yeux.

    Je me sentais bien à cet instant, je respirais calmement, mon cœur ayant retrouvé un rythme reposant, un parfum de terre humide et de fleurs mouillées dans les narines, quand ma peau se couvrait d’un voile de chaleur agréable, et mes yeux clos me permettaient en quelque sorte d’échappait à la réalité, comme pour m’imaginer chez moi dans le 10…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Néo & Rose

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Rose des sables
» Panthère Rose
» La Caverne de la Rose d'Or
» Mary C. Jane, auteur de la série Secret (Bibliothèque Rose)
» Une petite fleur rose au 50 mm
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HUNGER GAMES — REAPER :: 
Hors Jeu - Détente
 :: RELIQUES DE PANEM :: Anciens sujets :: Abandonnés
-