Partagez | 
 

 I never thought I'll see you again Ҩ Randolf

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité


MessageSujet: I never thought I'll see you again Ҩ Randolf    Mer 25 Avr - 20:08


Randolf Ҩ Evelyn
« There's no remedy for memory, your face is like a melody, it won't leave my head. Whatever I do you're always there, somewhere around.. My thoughts don't leave you. You haunt me & I don't know who you are or where you came from.. Tell me where to go, where to look & please, just let me know you. »


Une belle journée s'annonçait, le ciel était dégagé et la bonne humeur habitait la jeune fille depuis le matin. Le petit-déjeuner, un peu de ménage et à nouveau le déjeuner, des corvées qui étaient devenues une routine pour Evelyn qui s'accordait ensuite tout l'après-midi, ailleurs et dans son petit monde à elle. Comme à ses habitudes elle irait perdre son temps dans les paysages verdoyants du district ou autrement appelé les collines.. Un endroit à la fois tranquille et magnifique où elle aimait se reposer, quelque part loin du bruit et des gens, isolée. Elle n'était pas sur-place depuis longtemps et s'était allongée sur l'herbe sous ce soleil tapant.. Il y avait des jours où elle admirait les nuages et d'autres où elle s'endormait une heure ou deux. Mais aujourd'hui en fermant les yeux elle vit ce qu'elle avait trop longtemps mit de côté, elle vit ce visage à la fois doux et dur qu'elle pensait avoir rêvé, elle vit celui qu'elle avait cru irréel jusqu'à ce que son coeur ne lui ait soufflé le contraire.. Elle ne connaissait rien de lui, pas même son nom et dans la pénombre, elle n'avait pas su distinguer grand chose. Tout ce qu'elle avait retenu ce soir-là était ses yeux.. Leur regard s'étaient croisés et... c'était difficile à expliquer, mais elle avait su que quelque chose s'était produit sans réellement le comprendre. C'était il y a bien longtemps, ou peut-être pas, elle n'avait plus tellement la notion du temps depuis l'annonce du nouveau président.. Les jeux de la faim, elle avait encore du mal à réaliser qu'ils allaient recommencer, elle avait encore du mal à réaliser qu'elle pourrait très bien être choisie.. Et en un sens, penser à lui l'avait dès lors rassuré. Ses yeux, son regard était tout ce qu'elle avait de lui et comme une chose précieuse à laquelle on tenait, Evelyn s'efforçait de garder son image en tête. Elle les avait longtemps cherché, ces yeux, durant ses longues balades dans les contrées voisines.. ! Mais c'était comme chercher une aiguille dans une botte de foin, une peine perdue. Et lui, pensait-il à elle de la même façon ? L'avait-elle, ne serait-ce qu'un peu, intrigué ? Elle en était persuadée ! Mais peut-être que cela n'avait duré qu'un soir, ou quelques jours et qu'elle n'était plus qu'un vague souvenir.

Elle crut sentir une pression sur le bras et elle se redressa avec brusquerie, assise dans l'herbe et les mains plaquées sur son front, pourquoi se torturer l'esprit avec ce genre de pensées ? Elle avait une chance sur des millions de recroiser ce jeune homme, alors à quoi bon se poser toutes ces questions qui, de toutes les façons, finissaient toujours sans réponses ? Elle voulut se rallonger pour ne plus y penser, mais à chaque fois qu'elle fermait les yeux ça recommençait, alors elle se redressa définitivement et alla faire quelques pas au milieu des arbres. Il n'y en avait pas beaucoup ici, ce n'était pas une forêt, mais il y avait de quoi faire pour les plus téméraires ! Evelyn s'arrêta devant un arbre au hasard et alors qu'elle s'apprêtait à chercher des prises pour y grimper, elle vit quelque chose qui l'arrêta dans son élan et même tout court, la jeune fille était figée comme si elle ne voulait ni être vue, ni entendue... Il y avait quelque chose derrière cet arbre, ou plutôt quelqu'un appuyé sur le tronc.. Alors qu'elle pensait être seule depuis le début, voilà qu'un inconnu dormait paisiblement, là.. tout seul, au milieu de nulle part. Isolé. La curiosité poussa la brune à contourner l'arbre pour découvrir cette mystérieuse personne, mais alors elle se figea à nouveau et même son coeur s'ajouta à la fête en comprimant sa poitrine tandis qu'elle reculait, incrédule. C'était le même visage, du moins elle le pensait.. était-ce son esprit qui lui jouait des tours ? S'était-elle finalement endormie sur l'herbe, était-ce un rêve ? Elle ne savait pas combien de temps elle était restée immobile, juste à le fixer en silence, mais elle reprit bien vite ses esprits et décida de partir. Ce n'était pas possible, pas alors qu'elle y avait pensé juste cinq minutes avant.. Y avait-elle pensé si fort que cela pour qu'il apparaisse ? Elle s'arrêta puis fit demi-tour, après tout elle devait en avoir le coeur net. Si cela se trouvait, elle se trompait.. peut-être qu'il ne faisait que lui ressembler. Mais ses yeux, ils ne pourraient pas la tromper. Si c'était lui, elle le saurait. Mais.. elle était hésitante, timide, beaucoup moins sûre d'elle qu'elle l'aurait pensé. Elle avait peur, pas vraiment du fait de le réveiller ou de ne pas savoir quoi lui dire, mais peur qu'il l'ait oubliée. Elle s'accroupit face à lui et posa une main sur son épaule pour le secouer doucement. Elle était peut-être stupide et irrespectueuse de réveiller quelqu'un pour si peu, mais elle se fichait bien de l'image qu'elle donnerait.. elle ne pouvait pas fuir une seconde fois, elle devait savoir si leur "rencontre" était vraiment arrivée, si ça n'avait pas été le fruit de son imagination..
fiche par century sex.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: I never thought I'll see you again Ҩ Randolf    Jeu 26 Avr - 8:53


Randolf Ҩ Evelyn
« La peur de perdre l'autre est parfois si forte, que l'esprit semble s'accrocher à elle comme à une bouée de sauvetage»


Elle hantait mes pensées jours et nuits, surtout depuis que les Hunger Games avaient été annoncés. J’avais peur pour elle, ne me demandez pas pourquoi, je n’en avais pas la moindre idée. Nous nous étions rencontré qu’une seule fois, pas un mot, pas un geste, juste nos regards qui c’étaient croisés et pourtant, quelque chose c’était passé ce jour-là. Couché dans l’herbe, je cherchais désespérément à trouver une réponse, j’attendais qu’elle apparaisse devant moi comme par magie. C’était ici que je l’avais croisé la première fois, ici que mon cœur c’était emballé pour la première fois de ma vie. Oui, généralement, toutes les filles qui croisaient mon chemin n’étaient rien d’autre que des jouets, pas elle. En un seul regard, elle avait réussi à m’hypnotiser, à faire de moi cet homme que je refusais d’être. Plongé dans mes pensées, je tentais de me souvenir de son visage, de ses trais, mais la mémoire m’était défaillante à cause de l’alcool que je buvais jours et nuits depuis la mort de ma mère. Je ferme les yeux en espérant la retrouver dans mes songes, peine perdue car je savais déjà que mes rêves se transformeraient rapidement en cauchemars. Je ne sais pas combien de temps je fus endormi, mais ce sommeil était léger et horrible, comme si je tentais de m’éveiller sans y arriver.

Alors que je me débattais contre mes songes, je me sentis légèrement secoué, quelqu’un venait à mon aide, je lui en étais reconnaissant. Je me réveille en sursaut au départ, cherchant du regard une silhouette familière que je ne trouve pas. C’est alors que mon regard croise le sien et je me fige. Etais-je encore en train de rêver ? Je devais en avoir le cœur net. Posant une main sur le visage de la jeune fille, je sentis sa peau sous mes doigts, elle était bien réelle. Mon dieu, elle était aussi belle que dans mes souvenirs, son regard était le même, celui qui m’avait fait chavirer. Je ne souriais pas, je n’en avais plus l’habitude, mais mon regard pétillait de cette même flamme que lors de notre première rencontre. « J’avais peur de ne plus te revoir avant le commencement des jeux. » Il n’était pas très logique que je m’entiche d’une fille hors de mon district, sachant que je risquais peut-être de devoir la tuer plus tard, mais c’était plus fort que moi. Je réalise enfin que ma main est toujours posée sur son visage, je la retenir alors avec une grande douceur, sans la quitter du regard. Non, je ne voulais pas qu’elle parte, pas maintenant que je l’avais retrouvé.

Je me redresse doucement, prudemment, comme si chaque mouvement risquait de la faire disparaitre. Je ne disais plus un mot, je ne la connaissais pas et pourtant je venais de lui avouer que je la cherchais en quelque sorte. Je ne souriais toujours pas, mais je n’avais pas un visage froid, juste un regard anxieux et quelque peu brisé. « Je…je suis Randolf district 8 » Oui, il était temps qu’elle sache mon nom et moi le sien, je devais savoir qui elle était avant peut-être de perdre la vie devant des millions de spectateurs.

fiche par century sex.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: I never thought I'll see you again Ҩ Randolf    Jeu 26 Avr - 13:41



La situation devenait étrange.. C’était pourtant un moment qu’elle attendait depuis longtemps, depuis la première fois et elle n’avait qu’une envie: courir loin d’ici, loin de ce songe qui n’avait l’air que trop vrai. En scrutant les alentours elle se rendit compte que c’était le même endroit… ses pas l’avaient menés ici comme à chaque fois qu’elle pensait à cette rencontre. Tout était confus, elle ne saurait mettre un nom sur ce qu’elle ressentait, mais elle avait de nombreuses fois douté de la réalité de tout cela. Après tout, ils n’avaient échangés aucune parole, ne s’étaient même pas approchés l’un de l’autre, il n’y avait rien eu de concret si ce n’était ce regard intense qui l’avait traversée de toutes parts.. Chamboulée était le mot juste pour définir ce qu’elle ressentait depuis ce jour-là. Et se retrouver face à lui aujourd’hui la chamboulait toujours autant. Il se réveilla brusquement et elle sursauta avec lui, à la limite de se confondre en excuses quand finalement elle croisa ses yeux à nouveau. Oui à nouveau, c’était bien lui… elle ne pouvait pas se tromper, mais elle pouvait encore rêver. Le blond avait dû se faire la même réflexion, car il la devança de peu en posant ses doigts sur sa joue. Ils étaient froids.. mais quelle importance, elle ne rêvait pas. Il était bien là et il l’avait reconnue. « J’avais peur de ne plus te revoir avant le commencement des jeux. » Ces quelques mots la surprirent et elle resta sans voix, réalisant qu’elle n’avait pas été la seule à penser à lui et chercher à le revoir. Elle en fut rassurée et sourit, la tension qui l’habitait jusque là s’était relâchée et elle n’avait plus aucune raison d’avoir peur à présent.

Comme la première fois elle ne quitta pas son regard une seule fois, la seule différence était qu’aujourd’hui seuls une dizaine de centimètres les séparaient. Le contact froid quitta sa joue et elle se redressa avec lui, le silence ne la gênait pas plus que cela au contraire, c’était dans ce même silence qu’ils s’étaient vus la première fois. Si bien qu’elle ne savait pas vraiment par où commencer, heureusement qu’il prit l’initiative de se présenter le premier. « Je…je suis Randolf district 8. » Elle recula d’un petit pas avant d’en faire autant. « Evelyn, district 5. » Fit-elle en désignant les alentours. Certes, il était logique qu’elle vienne d’ici, mais ça pouvait ne pas être le cas. Le district huit… c’était donc là-bas qu’il se cachait ? Si elle l’avait su plus tôt.. Elle perçut une once d’anxiété dans ses yeux, preuve qu’il ne mentait pas lorsqu’il disait avoir eu peur. Comment pouvait-elle se sentir si proche d’une personne qu’elle n’avait revu que dans ses songes ? « J'ai eu la même peur quand les jeux ont été annoncés.. » Elle se trouvait bien sentimentale, décidément, alors qu’elle ne connaissait vraisemblablement rien de lui. Mais elle ne pouvait pas rester indifférente à ces mots qu'il avait eu pour elle, car elle en avait pour lui aussi. Elle aurait pu se contenter de lui demander son nom, après tout n’était-ce pas ce qui l’avait rendue folle tout ce temps ? Ne pas connaître son nom ? Mais il s’était lui aussi souvenu et il avait eu peur pour elle.. C’était vraiment irréel, mais tellement rassurant de savoir que l’on pouvait avoir de l’importance pour quelqu’un.. Même si tout cela avait commencé avec un regard.

« Je t’ai longtemps cherché.. Je voulais te revoir, savoir si tu étais réel et si, et si… » « si je t’avais fait le même effet. » Mais il avait déjà répondu à cela, en quelques sortes. Elle avait beau sourire, ce n’était qu’à cause d’une certaine gêne. Non pas qu’elle soit de nature timide, mais il l’impressionnait et elle ne savait pas vraiment comment agir maintenant qu’ils s’étaient adressés la parole. Maintenant qu’elle l’avait trouvé, elle ne voulait plus qu’une chose et ce fut presque naturellement que les sons franchirent ses lèvres. « J‘ai envie de te connaître. Tu m’intrigues, j’aimerais tout savoir de toi. Pas seulement ton nom, ni d’où tu viens.. Mais par où commencer ? Tout ça me semble tellement irréel… » Elle avait tourné la tête vers le ciel quand elle regretta soudain d’avoir pensé à voix haute, elle n’arrivait même plus à faire la différence entre ses pensées et ses paroles. Alors elle se racla la gorge pour essayer de se redonner contenance et tenta une dernière chose avant de se taire pour de bon. « Tu es de passage ici ? » Elle se pinça les lèvres en cherchant à nouveau ses yeux, elle parlait un peu trop quand les choses étaient trop confuses. Et c’était le cas ici. Elles étaient beaucoup trop confuses.
fiche par century sex.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: I never thought I'll see you again Ҩ Randolf    Jeu 26 Avr - 15:33



E « velyn, district 5. » Evelyn…Son prénom me fit sourire, je savais enfin d’où elle venait mais également son prénom, que demander de plus. Je trouvais d’ailleurs celui-ci magnifique, je me trouvais stupide. Je n’étais pas le genre de mec à être sentimental, à m’accrocher à une fille comme je l’avais fait avec elle d’un simple regard. Justement, dès que je sentais qu’une autre émotion plus forte se faufilait en moi, je prenais directement la fuite. J’abandonnais sur place la fille et je ne me retournais pas, bref, un vrai salopard dans un sens. Cela ne m’avais jamais dérangé, mais cette fois, c’était différent, Evelyn avait sur moi une emprise que je n’expliquais pas. « J'ai eu la même peur quand les jeux ont été annoncés.. » Ainsi, elle avait eu peur également, je me sentais moins stupide d’un coup. J’avais eu peur d’être le seul à ressentir ça, cela aurait été assez dur à encaisser, surtout pour un mec comme moi. Je souris légèrement, n’aillant pas l’habitude d’offrir mes sourires, je pensais que c’était un signe de faiblesse. Mais qu’importe, elle méritait mes sourires, je l’avais trop longtemps cherché pour ne pas profiter !

« Je t’ai longtemps cherché.. Je voulais te revoir, savoir si tu étais réel et si, et si… » Oui j’étais réel, j’étais bien là avec elle, dans ce district dans lequel je ne venais pratiquement jamais. Bientôt, je savais que les déplacements seraient interdits, j’étais fou de vouloir la connaître, de tomber dans le piège des sentiments. Je souris de nouveau et passe une main dans mes cheveux, pour une fois, j’étais sobre ce qui était vraiment rare je peux vous l’avouer…Heureusement, je n’avais pas bu, sinon, elle m’aurait vu dans une situation des plus pathétique. « Je savais que tu étais réelle, mais je ne te trouvais plus…Les hunger Games ont déclenchés cette sensation de devoir te retrouver à tout prix, voir si tu allais bien…je sais c’est stupide surtout avec les jeux qui se préparent. » J’avais dit les dernières paroles avec une certaine rancune. Maintenant que je l’avais retrouvé, j’allais devoir l’abandonner, peut-être la regarder se faire tuer sans pouvoir intervenir…ou le contraire. La pire des situations auraient été de nous retrouver tous les deux dans l’arène, non, je ne devais pas y penser. « J‘ai envie de te connaître. Tu m’intrigues, j’aimerais tout savoir de toi. Pas seulement ton nom, ni d’où tu viens.. Mais par où commencer ? Tout ça me semble tellement irréel… »

J’étais du même avis qu’elle, je voulais tout savoir d’elle, je voulais également me dévoiler à elle comme je ne l’avais jamais fait avec personne. Evelyn avait un beau sourire, j’aimais déjà la regarder, j’aurais pu y passer des heures, des heures à la contempler. Elle avait reculée pour mon plus grand malheur, d’ailleurs, étant quelqu’un de direct et qui ne réfléchit pas beaucoup, je fais un pas en avant pour minimiser l’écart entre nous. Je l’écoutais parler sans l’interrompre, comment allait-elle réagir en sachant qui je suis réellement ? Cet homme alcoolique, qui c’est tapé pratiquement toutes les filles de son district et dans d’autres encore…Je n’étais pas un exemple à suivre, pas un bon petit ami, j’étais juste une âme en peine. Je baisse les yeux, le cœur serré. Allait-elle s’enfuir quand je lui aurais tout révélé ? « Tu es de passage ici ? » Je lève les yeux vers elle calmement, aillant une sensation étrange dans l’estomac, de l’appréhension… « Oui, je viens quelques fois ici en espérant te rencontrer, aujourd’hui c’est mon jour de chance… »De la chance, je n’en avais jamais eu dans ma vie.

Je repense à cette phrase ou elle veut tout savoir de moi, je préférais aller droit au but, comme si au fond, je savais qu’elle allait fuir le sale type que j’étais. « Tu…tu veux me connaître…alors je vais te dire qui je suis même si je n’en suis pas fière. » Je m’éloigne et m’appuie de nouveau contre l’arbre, restant debout, évitant son regard en aillant peur d’y voir de la peur, de l’amertume ou encore de la honte. « Ma mère est morte quand j’avais quinze ans, face à cette perte, je me suis mis à boire. Aujourd’hui, tu as de la chance de me voir sobre, généralement, je ne le suis pas. Je suis le genre de garçon à chercher les emmerdes, les médecins disent que je cherche une échappatoire à la souffrance que je ne cesse d’avoir depuis que ma mère est partie. Mon frère a honte de moi, je ne suis pas très fière de ma personne non plus. Si tu vas dans mon district et que tu dis mon nom, la plupart des filles te diront que je suis un salop qui couchent avec tout le monde…une fois encore elles n’ont pas tort. » Pourquoi je lui déballais ma vie ainsi ? Beaucoup avaient tentés de me faire parler, personne n’y était arrivé sauf elle… « Mais…depuis que j’ai croisé ton regard, va savoir pourquoi j’arrête pas de penser à toi, de vouloir te revoir, comme si ma vie en dépendait. Pourtant, je ne suis pas le genre de mec à fréquenter. » Toutes mes quatre vérités en pleine face, je ne lui dit néanmoins pas que j’étais légèrement étrange par moment, si pas fou.
fiche par century sex.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: I never thought I'll see you again Ҩ Randolf    Jeu 26 Avr - 20:03



« Je savais que tu étais réelle, mais je ne te trouvais plus…Les Hunger Games ont déclenchés cette sensation de devoir te retrouver à tout prix, voir si tu allais bien…je sais c’est stupide surtout avec les jeux qui se préparent. » Stupide, sûrement… Elle qui adorait cette liberté qu’elle avait de pouvoir se déplacer comme bon lui semblait, bientôt elle serait limitée à son district ou envoyée dans l’arène, qui sait. Elle qui préférait fuir cette nouvelle réalité, venait tout juste de se la prendre en pleine face. Elle était stupide de croire aux miracles, après la moisson sa vie ne serait plus jamais la même, qu’elle échappe au tirage au sort ou pas. Tout changerait et finalement, peut-être aurait-elle dû se contenter de ses songes. Car d’ici peu, elle ne pourrait certainement plus le revoir pour de bon, ou avant très longtemps. Avait-il l’âge de participer aux jeux ? Au final elle n’en savait rien et elle s’inquiétait quand même… elle ne voulait pas le voir dans l’arène. Quitte à ne plus le voir du tout, et bien elle préférait cela que de le savoir mort. Elle ne voulait voir personne mourir d’ailleurs, elle trouvait les Hunger Games bien trop cruels et savait d’avance qu’elle ne les regarderait pas. Randolf s’avança d’un pas et ils retrouvèrent leur proximité d’origine, elle dût lever les yeux pour le regarder, mais elle ne bougea pas d’un centimètre. Reculer encore serait fuir et elle ne le voulait pas, elle commençait seulement à prendre conscience de la force de ses sentiments et que la curiosité n’était en fait que de l’attirance. Quand un visage vous hante, occupe vos pensées et qu’en plus de cela vous faites tout pour ne pas l’oublier, ce n’est plus de la curiosité n’est-ce pas ? Mais elle n’était pas ce genre de filles naïves, non elle ne tomberait pas dans le panneau d’un beau parleur. Cependant… un beau parleur serait venu la voir ce jour-là et l’aurait certainement oubliée, comment expliquer ce qu’il se passait avec Randolf ? « Oui, je viens quelques fois ici en espérant te rencontrer, aujourd’hui c’est mon jour de chance… » Elle ne put s’empêcher de rire, mais elle en était très flattée. Elle venait souvent passer son temps ici, mais elle n’y était pas tous les jours et ils devaient se rater à chaque fois… aujourd’hui encore, si elle n’avait pas choisi cet arbre, elle ne l’aurait jamais trouvé. Elle ne pouvait pas croire que cela se jouait à si peu. Et elle était vraiment contente qu’aujourd’hui soit le bon jour.

« Tu…tu veux me connaître…alors je vais te dire qui je suis même si je n’en suis pas fière. » Il prit ses distances et alla s’installer contre l’arbre, le visage à la fois songeur et sérieux. Elle décida alors de s’approcher à son tour pour combler l’espace trop grand qui les séparait. Il lui déballerait tout comme ça ? Comment pouvait-il avoir confiance en une personne dont il ne connaissait que le nom ? Il fuyait son regard et cela la peinait un peu, c’était ce qui les avait rapproché, autant que ça continue. Mais elle ne le coupa pas une seule fois et l’écouta avec la plus grande des attentions. Une qualité qu’on ne pouvait pas lui reprocher. « Ma mère est morte quand j’avais quinze ans, face à cette perte, je me suis mis à boire. Aujourd’hui, tu as de la chance de me voir sobre, généralement, je ne le suis pas. » Elle ne s’était pas attendue à ce qu’il lui dise qu’il était un gentil fils modèle et à vrai dire elle s’était préparée à tout entendre, sauf ça. Lui aussi avait perdu sa mère ? Son cœur se serra à cette pensée et elle baissa un instant les yeux. « Je suis le genre de garçon à chercher les emmerdes, les médecins disent que je cherche une échappatoire à la souffrance que je ne cesse d’avoir depuis que ma mère est partie. Mon frère a honte de moi, je ne suis pas très fière de ma personne non plus. Si tu vas dans mon district et que tu dis mon nom, la plupart des filles te diront que je suis un salop qui couchent avec tout le monde…une fois encore elles n’ont pas tort. » Qui était-elle pour le juger ? Elle resta silencieuse, car elle sentait qu’il avait autre chose sur le cœur, qu’il avait encore à dire et en première réponse, elle s’approcha encore un peu, mais pas trop. Ne rien brusquer et rester prudente. Elle avait cherché à nouveau ses yeux qui la fuyaient toujours, était-elle si impressionnante que cela ? « Mais…depuis que j’ai croisé ton regard, va savoir pourquoi j’arrête pas de penser à toi, de vouloir te revoir, comme si ma vie en dépendait. Pourtant, je ne suis pas le genre de mec à fréquenter. » Elle pencha la tête sur le côté, comme un animal curieux dont on aurait attiré l’attention, puis las de le voir fuir elle attrapa le menton du jeune homme et l’obligea à tourner la tête pour la regarder. Elle était toujours là, elle n’avait pas l’air contrariée non plus, ni même dégoûtée. Elle n’était pas là pour le juger, elle n’était pas non plus ce genre de personne… et puis, même si leur vie était bien différentes, au moins avait-elle une fois partagé la même douleur que lui.

« J’avais quatorze ans quand j’ai perdu la mienne. Tout le monde ne gère pas la douleur de la même façon Randolf…même si on ne fait pas toujours le meilleur choix. » Elle ne pouvait pas sourire, elle n’en avait pas le cœur, mais son visage était resté doux et son regard brillait d’une chaleur réconfortante. « C’est drôle, mais j’ai l’impression de te connaître depuis toujours. Tu me fais confiance, tu te confies à moi alors que je ne le mérite peut-être pas… et pour ça, j’ai envie de te faire confiance aussi. » Elle fit quelques pas sur le côté et vint s’adosser contre le tronc d’arbre, à côté du blond et leva les yeux vers le ciel. « C’est grâce à mes frères si je n’ai pas sombré lorsque je l’ai perdue, quoique j’aie pu faire, ils ne m’ont jamais blâmé. On ne devrait pas te blâmer non plus. » Personne n’était parfait et Randolf était sans doute l’un des pires qu’elle avait pu rencontrer niveau perfection, mais cela ne la dérangeait en aucun point. Parce qu’elle était comme ça, toujours prête à aider ceux qui en avaient le plus besoin. Il lui semblait à la fois dur et fragile, comme son regard… « Je suis triste… triste parce qu’on te laisse sombrer.. » Sa main glissa le long de l’écorce pour aller trouver celle du blond, mais elle ne fit que frôler sa peau sans oser la toucher et posa sa main contre l’écorce. « Tu serais prêt à me laisser te relever ? Juste pour aujourd’hui, si c’est la dernière fois qu’on peut se voir.. On ne sait jamais de quoi demain est fait et même si la Moisson m’épargne, on sera toujours trop loin… » Elle avait déjà fait le chemin une fois pour savoir que le district huit n’était pas la porte à côté, et avec les interdictions qui se profileraient bientôt, elle doutait de pouvoir un jour traverser plus de deux districts sans se faire attraper… après tout, elle n’avait jamais eu à être discrète et c’était là tout le problème. Ce n’était pourtant pas l’envie de le revoir qui lui manquait et maintenant qu’elle en savait beaucoup plus sur sa vie, elle aurait voulu se montrer présente pour lui.
fiche par century sex.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: I never thought I'll see you again Ҩ Randolf    Ven 27 Avr - 5:29



« JJe fuyais lâchement son regard, comme si j’allais être jugé en ce moment précis par la destinée et les erreurs de mon passé. Qui voudrait rester avec un mec comme moi, elle qui ne me connaissait pas et qui pourtant, étant déjà si proche. Je sentis ses doigts attraper mon menton pour plonger mes yeux dans les siens, je ne résiste pas, ce contacte était bien trop agréable.« J’avais quatorze ans quand j’ai perdu la mienne. Tout le monde ne gère pas la douleur de la même façon Randolf…même si on ne fait pas toujours le meilleur choix. » Je ne souriais plus, je n’en avais plus l’envie mais mon regard était doux et dur, calme et brisé. Je ne dégageais pas mon regard du sien, comme emprisonné par celui-ci, je me laissais sombrer dans l’océan noisette qu’était son regard.« C’est drôle, mais j’ai l’impression de te connaître depuis toujours. Tu me fais confiance, tu te confies à moi alors que je ne le mérite peut-être pas… et pour ça, j’ai envie de te faire confiance aussi. » Elle me lâche et fait un pas de côté, venant se poser près de moi contre l’arbre. Je ne dis pas un mot, je savais à quel point elle avait raison, je lui faisais confiance, peut-être trop. Perdre un être cher était difficile, cela ne devrait pas arriver si jeune et nous en étions des témoins. Malheureusement, j’avais choisi la pire des solutions pour tenir debout, la boisson. Elle leva les yeux vers le ciel, je fis de même, déçu de m’être arraché à elle.« C’est grâce à mes frères si je n’ai pas sombré lorsque je l’ai perdue, quoique j’aie pu faire, ils ne m’ont jamais blâmé. On ne devrait pas te blâmer non plus. »

Non, personne ne devait blâmer personne, mais les gens étaient ainsi fait et c’était une évidence. J’étais le mauvais garçon de la famille, j’étais celui que l’on regardait de travers dans la rue, mais au fond, je l’avais quand même cherché. J’avais brisé des cœurs, brisé des vies quelques fois sans aucun remords, je me vengeais sur les autres alors que j’étais responsable de mes propres actes.« Je suis triste… triste parce qu’on te laisse sombrer.. » Je sentis sa main frôler la mienne et je me crispe, pas par peur, mais plutôt par envie de prendre celle-ci. Je savais qu’il y avait plus que de la curiosité entre nous, mais je ne voulais pas m’y résoudre, j’avais peur de paraitre trop brusque, trop direct. Généralement, cela ne me faisais pas peur mais avec elle, tout était tellement différent, tellement étrange. « Tu serais prêt à me laisser te relever ? Juste pour aujourd’hui, si c’est la dernière fois qu’on peut se voir.. On ne sait jamais de quoi demain est fait et même si la Moisson m’épargne, on sera toujours trop loin… » Je tourne les yeux vers elle calmement, beaucoup de choses nous séparaient et cela me donnais envie d’hurler. Pour une fois que j’avais cette relation étrange, merveilleuse et qui me faisait peur, je devais me résoudre à l’abandonner. Je plonge de nouveau mes yeux dans les siens, cette fois, mon regard était brisé comme si elle venait de faire éclater la vérité. Oui, même sans la moisson nous serions trop loin l’un de l’autre, mais je ne voulais pas y penser, pas aujourd’hui. « Alors relèves moi, car une fois que je t’aurais quitté, je sombrerais de plus belle si pas plus profondément à cause de ta perte… » J’avais dit cela naturellement, comme si c’était une évidence pour nous deux, mais que je ne pouvais me résoudre à accepter.

Je ne pouvais pas l’imaginer dans cette arène en train de lutter pour sa vie, Moisson de merde, si seulement je pouvais empêcher le sort de me la prendre. Je préférais encore mourir plutôt que de la savoir là-bas, seule. Puis, si jamais nous y étions tous les deux, j’accepterais la mort de ses mains et seulement des siennes. Le vent vient caresser nos visages alors que je l’observais, je ne pouvais que la contempler, je n’osais pas la toucher, je n’avais pas envie qu’elle prenne peur. « Viens… » Je lui fais signe de m’accompagner dans une petite marche à deux, histoire de se dérouiller les jambes. Le soleil était haut dans le ciel, mais sa chaleur était à peine perceptible, mais il ne faisait pas froid pour autant. « C’est étrange, je t’ai trouvé au moment où l’angoisse de te perdre est la plus présente…Je sais que finalement, la distance qui nous sépare est extrêmement grande, mais je ne peux me résoudre à t’abandonner…crois-moi que c’est une grande première pour moi. » Je parlais doucement tout en jetant quelques fois des regards vers elle, je lui parlais comme si je la connaissais depuis des années. « C’est comme si…comme si je t’avais attendu depuis des années. »
fiche par century sex.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: I never thought I'll see you again Ҩ Randolf    Ven 27 Avr - 16:15



Plus le temps passait et moins elle ne trouvait de sens à tout ceci, sa rencontre avait été un pur hasard et pourtant, il n’avait suffi que d’un regard pour tout bouleverser. Elle ne savait pas dans quoi elle se lançait, ni pourquoi elle voulait à tout prix s’y accrocher, mais elle l’acceptait à bras ouvert. Elle parlait tout en ayant conscience que ses mots n’auraient pas une grande répercussion dans le futur, mais il l’avait écouté en silence… les regards furtifs qu’ils se lançaient étaient presque devenus un jeu, mais elle sentait comme si c’était la seule façon qu’ils avaient de communiquer, comme si ce qu’ils s’efforçaient de taire se cachaient dans leurs yeux. Les siens n’avaient rien d’extraordinaire, mais elle pourrait s’y perdre pendant des heures. « Alors relèves moi, car une fois que je t’aurais quitté, je sombrerais de plus belle si pas plus profondément à cause de ta perte… » Elle n’avait pas détourné les yeux et cherchait dans les siens une once de mensonge, mais il n’y en avait point. C’était bien la première fois qu’une autre personne que ses frères avait ces mots pour elle.. Mais de la part de Randolf, elle devait avouer que ça lui était à la fois agréable et douloureux, parce qu’elle repenserait sans doute à lui encore et encore.. Connaître tout de lui n’était pas mieux que de ne rien savoir finalement, car désormais elle aimerait entrer dans sa vie et …ce n’était pas possible. Plus possible, si seulement Panem pouvait rester libre ! Mais il ne l’était plus pour très longtemps.

« Viens… » Elle qui rêvassait s’éloigna alors de l’arbre et s’empressa de rejoindre le jeune homme pour ce qui semblait être une ballade. Elle connaissait bien ce coin et par chance, il n’était pas beaucoup fréquenté surtout à ces heures où la plupart des habitants travaillaient. Si son frère pouvait la voir en ce moment… elle ne paierait pas cher de sa peau ! Suivre un inconnu sans une once de méfiance ? Ce n’était pas ce qu’on lui avait apprit, mais elle se sentait en sécurité. Elle n’avait aucune raison de douter de lui. « C’est étrange, je t’ai trouvé au moment où l’angoisse de te perdre est la plus présente…Je sais que finalement, la distance qui nous sépare est extrêmement grande, mais je ne peux me résoudre à t’abandonner…crois-moi que c’est une grande première pour moi. » Elle tourna la tête vers lui tout en luttant contre ses cheveux qui venaient barrer sa vue à chaque coup de vent, satanée météo. « C’est comme si…comme si je t’avais attendu depuis des années. » Des mots pareils ne devaient laisser personne indifférent et ils avaient eu sur Evelyn l’effet escompté. Il n’avait pas l’air à l’aise avec les mots et pourtant, il l’avait convaincu en peu de temps. « Je vais finir par croire que tu lis mes pensées ! » Elle lui adressa un sourire des plus grand alors qu’elle écartait une nouvelle fois ses cheveux, mieux valait rire que pleurer non ?

Avant de poursuivre elle leva une main vers lui et frappa délicatement sur son torse, à l’emplacement du cœur et retira aussitôt sa main. « Tant que j’aurais une place ici, ou même là. » Elle désigna sa propre tempe, pour illustrer ses pensées. « Alors tu ne m’auras pas totalement abandonnée. » Une manière indirecte de lui dire qu’elle garderait une place pour lui, quoiqu’il se passe dans l’avenir. Et puis il y avait toujours l’espoir, lui faisait vivre.. même si l’attente faisait mourir, comme le disait si bien le proverbe. Mais il n’y avait pas de place pour le futur ici, juste pour l’instant présent ! Il fallait qu’ils profitent de maintenant et tant pis pour le reste, elle ne voulait pas y penser tout de suite, elle aurait tout le temps pour ça ensuite. « On pourrait juste … s’amuser ? Profiter du soleil ? Se rouler dans l’herbe ou …grimper aux arbres ? » Au diable ses défauts, au diable sa dépendance et au diable le reste ! Si elle en avait la capacité, elle le ferait sourire et lui apprendrait à saisir l’instant présent. Elle aimerait pouvoir le sortir de sa mauvaise passe, le soutenir, ne pas le laisser seul.. Et si elle ne pouvait pas le sauver, alors pouvait-elle au moins tout faire pour qu‘il n‘oublie pas cette journée. Et qu’il sourie à chaque fois qu’il y repenserait. C’était son objectif du jour, réussir à le relever… juste pour aujourd’hui. « Tu l’as déjà fait ? Grimper aux arbres ? Ce n’est qu’une question. » Précisa-t-elle avec un petit sourire alors qu’ils marchaient toujours, à leur rythme et dans une direction suivie au hasard. Elle supposait qu’ils avaient quelques heures devant eux, peut-être même tout l’après-midi et chaque seconde partagée avec lui était précieuse.
fiche par century sex.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: I never thought I'll see you again Ҩ Randolf    Lun 30 Avr - 19:34



Peut-être que finalement, c’est ça l’amour, le coup de foudre que je m’étais juré de ne jamais ressentir…Je caressais du regard son visage, je sentais son parfum léger comme un matin d’hiver que j’appréciais tans. Je ne sais pas pourquoi cela nous étais arrivés, mais en tout cas, c’était la plus belle chose qui se soit passé dans ma vie depuis bien longtemps. J’aurais aimé caresser sa peau du bout des doigts, sentir sa peau sous mes lèvres, protéger son âme comme je n’avais pas pu protéger la mienne. Je voulais profiter de cette journée comme si c’était la dernière que je passais sur cette terre, comme si demain n’existait pas. Evelyn était mon futur, mais un futur que je ne pouvais malheureusement pas voir ou même toucher. Je marchais, je lui déballais ce que j’avais sur le cœur sans honte, sans tabou, comme si elle était capable de tout entendre. Ma vie n’avait été qu’un tissus de mensonges, de blessures qui ne se refermaient pas, mais en sa présence tout allait tellement mieux. Je n’avais plus besoin de boire avec elle, elle était mon remède, mon médicament, ma dépendance. « Je vais finir par croire que tu lis mes pensées ! »Je souris à ses paroles, si seulement je pouvais lire en elle comme dans un livre ouvert, je ferais tout pour la rendre heureuse et faire d’elle celle qui comblerait l’homme que je suis. Elle tapota délicatement mon torse pour enlever sa main, ce contacte me fit frissonner, elle venait de désigner mon cœur.

« Tant que j’aurais une place ici, ou même là. » Elle désigna alors sa tempe « Alors tu ne m’auras pas totalement abandonnée. » Oui, elle aurait toujours une place dans mon cœur ainsi que dans ma tête, chose qu’elle avait déjà totalement envahi depuis notre première rencontre. Je l’observe délicatement, un regard doux et simple en même temps, mais cette souffrance y était décidément bien ancrée car elle ne cessait de briller au fond de mes yeux. La vie semblait s’acharner sur moi, sur elle, sur nous…Elle allait m’être arrachée et je savais qu’une fois loin d’elle, je ne me sentirais plus la force de combattre mes démons. « On pourrait juste … s’amuser ? Profiter du soleil ? Se rouler dans l’herbe ou …grimper aux arbres ? » Se rouler dans l’herbe ? Grimper aux arbres ? C’était des choses que j’avais arrêté de faire depuis bien longtemps, depuis mes quinze ans d’ailleurs. Je tourne les yeux vers elle en souriant légèrement, j’allais retomber en enfance avec elle je le sentais bien, même si ce n’était pas mon truc de faire le pitre, je ne pouvais rien lui refuser…non, surtout pas à elle. « Tu l’as déjà fait ? Grimper aux arbres ? Ce n’est qu’une question. » Je la regarde avec étonnement et lui fait signe de venir tout en disant. « Moi grimpé aux arbres ? » Je m’approche de l’arbre et me met à grimper avec une aise étonnante, je n’avais vraiment pas perdu la main. J’arrive au milieu de l’arbre et baisse les yeux vers le sol. « Tu viens princesse ? » J’attends qu’elle me rejoigne et me pose contre le tronc, de façon à être quand même très proche d’Evelyn.

Je tourne la tête vers la jeune demoiselle, avançant calmement ma main vers elle, je déplace une mèche de ses cheveux qui cachait son si beau visage. Mes doigts frôlèrent sa peau, un contacte des plus agréables que je fis durer le plus longtemps possible. Finalement, je dis dans un murmure, comme si mes paroles ne devaient être entendues que par elle. « Si je dois profiter de ma journée, je dois au moins faire une chose, une chose que je n’aurais peut-être plus l’occasion de faire après… » Oui, après je ne la reverrais plus ou alors, dans des conditions autres comme dans les Hungers Games ou nos vies ne tiendrons cas un fil. J’approche mon visage du sien et pose un léger baiser sur ses lèvres, comme si j’avais peur de la briser ou encore qu’elle s’envole à mon contacte.
fiche par century sex.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité


MessageSujet: Re: I never thought I'll see you again Ҩ Randolf    Mar 1 Mai - 12:12



Il souriait, elle le faisait sourire et c‘était tout ce qui comptait. « Moi grimpé aux arbres ? » Il partit aussitôt devant le premier arbre qu’ils croisèrent et la brune le suivit en rigolant, il allait vraiment le faire ? Elle l’observa grimper sans rien dire, il était plutôt doué alors il l’avait déjà fait ! Et il n’avait pas l’air de trouver cela trop enfantin, ça l’avait rassuré.. Parce qu’elle devait sûrement être encore un peu enfant. « Tu viens princesse ? » Elle se plaça à son tour devant l’arbre et attrapa une première branche. « J’arrive ! » Elle l’avait fait pas plus tard que la veille, parce que c’était un peu comme son passe-temps et qu’elle s’entraînait juste à grimper plus vite chaque jour, de ce fait elle ne mit pas longtemps avant de rejoindre le blond. Ils ne s’étaient pas arrêtés trop haut, mais les branches étaient solides et la vue était dégagée, c’était suffisant. Une fois installée Evelyn se rapprocha du blond au maximum en lui souriant, toujours. « Je suis bien ici, je grimpe depuis toujours. » S’il y avait un domaine pour lequel elle était vraiment douée, c’était celui-ci. Au moins, si elle avait le malheur d’être moissonnée, elle ne partirait pas sans rien..

Il s'approcha et décala une mèche de son visage en frôlant un instant sa peau, mais un instant qui dura finalement un peu plus longtemps.. C’était agréable et elle en frissonnait, un contact aussi délicat que la caresse d’un papillon et aussi doux que celle d’une plume, tant de douceur.. Pourquoi faisait-il cela ? Pourquoi rendait-il les choses plus difficiles ? Et pourquoi elle ne l’arrêtait pas.. « Si je dois profiter de ma journée, je dois au moins faire une chose, une chose que je n’aurais peut-être plus l’occasion de faire après… » Ces quelques mots lui déchirèrent le cœur, elle ne savait pas vraiment à quel moment c’était arrivé, mais elle tenait à lui. Peut-être depuis leur première rencontre.. C’était cela, un coup de foudre ? Elle qui trouvait ça absurde et irréaliste, elle était forcée d’y croire à présent. Elle ne le quittait pas des yeux alors qu’il avançait dangereusement son visage du sien. Elle ne voulait pas se dérober quand bien même cela aurait été plus raisonnable, son cœur battait si fort qu’elle craignait qu’il ne l’entende à cette distance.. Qu’importait, au fond, elle n’avait pas honte de ses sentiments. Même si cela n’aboutirait à rien. Elle fit le vide et baissa les yeux sur ses lèvres avant de fermer les yeux à leur contact. Un premier baiser. Il avait été léger, délicat et bien trop court… lorsqu’ils se séparèrent, Evelyn préserva cette proximité entre eux pour lui murmurer à son tour. « Tu es cruel… tu le sais ? » Elle sourit, parce qu’elle devait l’être autant que lui. Cette journée était décidément la plus belle qu’elle avait passé depuis des années, mais aussi la plus douloureuse. Elle s’attachait à quelqu’un à qui elle devrait dire adieu et elle ne le concevait plus.

Elle posa une main sur son torse et resta silencieuse un bon moment, jusqu’à ce qu’elle trouve la force de le regarder dans les yeux. « Je ne veux pas que tu t’en ailles. » Une journée c’était vraiment trop court, ce n’était pas juste.. Elle avait peur qu’avec le temps il l’oublie ou pire, qu’elle ne devienne finalement qu’un flirt. Elle se mordit la lèvre inférieure et se détourna, elle quitta ses yeux et son torse et s’éloigna même de lui. Elle laissa ses jambes pendre dans le vide tandis qu’elle regardait vers le sol. « … on redescend ? » Elle était absolument et terriblement gênée de lui avoir avoué tout haut ce qu’elle pensait tout bas.. Puisque de toutes les façons il s’en irait, alors à quoi bon se faire du mal ? Elle se redressa et lui tira la langue avant de commencer à descendre, elle fut donc la première à rejoindre le sol. Arrivée en bas, elle leva les yeux vers Randolf et lui adressa un nouveau sourire avant de s’éloigner. Il devrait se dépêcher s’il ne voulait pas la perdre de vue, grimper aux arbres n’avait été qu’un échauffement. Même si elle aimait tout aussi bien l’idée de s’installer dans un coin tranquille et de bavarder, ou profiter de la présence de l’autre tant qu’ils le pouvaient encore.. mais qui les empêchait de faire tout cela à la fois, après tout ? « Randolf ? »
fiche par century sex.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: I never thought I'll see you again Ҩ Randolf    

Revenir en haut Aller en bas
 

I never thought I'll see you again Ҩ Randolf

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Thought of the day.
» (M/LIBRE) JOSEPH MORGAN ⚓︎ Never thought I would meet someone like you
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HUNGER GAMES — REAPER :: 
Hors Jeu - Détente
 :: RELIQUES DE PANEM :: Anciens sujets :: Abandonnés
-