Partagez | 
 

 INTRIGUE ◭ Bal de la parade & défilé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage

◭ SOS : 209
◭ District : District 11 Ҩ L'agriculture
◭ Arrivée à Panem : 19/04/2012
◭ Double compte : Adam R. Blackson

MessageSujet: Re: INTRIGUE ◭ Bal de la parade & défilé   Dim 1 Juil - 23:38


LA PARADE



« Je n’ai pas peur de mourir.
J’ai peur de ne pas avoir assez vécu. »
[Mr Nobody]


Je parvenais presque à faire taire ces voix qui me hantaient, à marcher la tête haute sans voir les visages qui m’entouraient. Je voulais les oublier, rester seule dans ce vaste espace. Mes yeux ne voyaient plus que le char au milieu de la foule, mes pas m’éloignant du regard d’Andreas. Je n’avais plus envie de l’affronter, comme je n’avais plus envie d’affronter ceux des autres. Pourquoi je n’arrivais pas à prendre conscience ? Prendre conscience que ma vie n’irait pas plus loin qu’ici ? Je n’ai jamais su ce que je voulais, m’éloignant chaque fois plus du bonheur que je pouvais attendre. Pourtant aujourd’hui c’était ce bonheur que je voulais pouvoir attraper, emprisonner encore quelques secondes au creux de ma main, pour qu’il réchauffe mon cœur et sèche ses larmes que je retenais silencieusement.

La main se Sean me sortit de mes songes, mes yeux hagards le détaillant étrangement. La réalité était bien trop rude pour que j’en prenne conscience. C’était ça se bercer d’illusions… Ne plus voir que la vie qui m’entourait, et éloigner comme je le pouvais les mains des stylistes du capitole qui cherchaient encore et encore à ajuster mes vêtements. Je prenais place avec grâce dans le Char, lâchant la main de Sean sans lui adresser un regard, celui-ci s’attardant sur les lumières qui éclairaient l’espace, se brulant à chaque battement de cils contre l’aveuglante luminosité. J’avais envie de le regarder, de laisser échapper n’importes quels mots tant qu’ils rompaient ce silence, mais j’en étais incapable.

Je sentis alors une pression sur ma main, celle d’Andreas. Je me résignais à l’ôter, la contentant d’un sourire pour la rassurer et inverser les rôles. Je ne voulais pas qu’elle me rassure… Que quiconque le fasse… C’était comme dévoiler une faiblesse de ma part, comme si j’allais me retrouver ridicule en face de ses regards pleins de compassion que je détestais. Je savais que c’était stupide, mais peut-être qu’en n’avouant pas ce que je pouvais ressentir, ces sentiments finiraient par disparaître. Seulement ils restaient présents, chaque fois un peu plus implorant. La silhouette d’Andréas disparaissait au loin, les battements de mon cœur s’accélérant alors. Le compte à rebours était désormais lancé… Les chevaux semblant déjà prêts à entrer sur la piste. Une fraction de seconde, je cru que le temps s’était arrêté, mes paupières dorées se fermant sur cette peur qui ne me quittait plus.

D’un mouvement brusque l’attelage s’engagea sur le chemin qui le mènerait à la piste, silencieux et pourtant si bruyant. Des frissons m’envahissaient, mes mains crispées sur la barrière que j’agrippais. Mes yeux se noyaient dans des larmes que je retenais toujours. J’observais rapidement Sean du coin de l’œil, baissant ceux-ci sur sa main avant de venir la caresser de la mienne. Y avait-il quelque chose qui en valait désormais la peine ?

Il n’y eu alors plus que les cris trahissant la peur,
Les hommes et les femmes courant à en perdre haleine.


« Qu’est-ce qui se passe ?! »

Je m’adressai à Sean d’une voix faussement calme, observant un instant la panique qui prenait part du capitole et de ses invités avant de me laisser glisser dans le char, passant mes mains autour de mes jambes que je resserrais contre ma poitrine dans l’espoir de faire taire ce cœur et ses battements qui résonnaient dans mes tempes. Je ne pouvais plus me redresser, immobile à garder le regard rivé sur le sol. J’en avais oublié ma question, n’ayant pas laissé le temps à Sean de répondre avant de m’affaler comme une lâche entre les trois planches du char. Je ne souhaitais pas voir ce spectacle, plongée dans mes pensées pendant qu’Andréas faisant son apparition face à moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

◭ Age du joueur : 23
◭ SOS : 235
◭ District : 10
◭ Arrivée à Panem : 12/04/2012
◭ Double compte : Kefka H. Azurette
◭ Localisation : je viens du Suuuuuud

MessageSujet: Re: INTRIGUE ◭ Bal de la parade & défilé   Mar 3 Juil - 21:04


LA PARADE



Le voyage en train avait été incroyablement rapide et silencieux. Ces engins allaient plus vite que j’aurais pu l’penser, vraiment. Je n’avais pas ouvert la bouche une seule fois, même quand mon styliste était venu se présenter, un hochement de tête lui avait suffit, tant mieux d’ailleurs, je n’avais aucune envie de me "battre" avec lui si tôt. Même s’il était en quelque sorte dans mon camp, je n’étais pas d’humeur à porter un masque, et prétendre que j’étais heureux de le connaître aurait été un mensonge énorme. Surtout que ma camarade n’avait pas non plus l’air très heureuse à l’idée de rejoindre les Hunger Games. Je la connaissais de vue, et m’imaginer que, peut-être, je devrais la tuer, me donner un mal de tête affreux. Ce genre de mal de tête que j’avais souvent ces derniers temps, mais là, en y pensant, c’était comme un bouton « ON » pour ma souffrance.

On arrivait donc assez vite, notre hôtesse, qui avait trouvé le temps de se changer et opter pour une tenue encore plus hideuse que celle de la moisson, nous fit visiter nos appartements assez rapidement, et nous amena ensuite dans une sorte de "centre de beauté". Notre styliste ordonna de nous « rendre humain » ce que je trouvais assez ironique, dans la mesure où c’était le Capitole qui organisait des jeux où l’on verrait 24 adolescents s’entretuer… M’enfin, l’expression n’était finalement pas si mal choisie, car lorsqu’un miroir croisa furtivement mon regard, je n’arrivai même pas à me reconnaître. Nouvelle coupe de cheveux, une peau plus claire, plus lisse, plus parfaite, même mon corps avait l’air plus musclé en fait. Une fois propre et beau, on le fit enfiler un costume entre le ridicule et le majestueux. Mais plus proche du ridicule en fait, clairement. Ceci dit, côté mode, mon expérience se limitait à une robe que ma sœur avait reçu une fois en provenance du Capitole, mon père lui avait fait faire sur-mesure…

Une fois sur le char, on ne peut plus reculer. Je regarde Cassandre, et si en temps normal j’aurais laissé échapper un gloussement immonde à la vue de sa tenue, les bruits de la foule qui m’attendait alors que les premiers districts entraient dans le stade me tordait littéralement l’estomac et m’asséchait totalement la gorge. Je n’arrivais pls trop à respirer, mais gradé la tête haute, et quand le char se mit à avancer, mes poumons reprirent finalement du service, et je vis apparaitre sur les écrans ma tète, mon visage clos et presque agressif. C’était une bonne image à donner, le garçon qui s’est porté volontaire dans un District pauvre et qui joue maintenant les durs. Eut-être qu’un sourire en coin pour me donner un air malfaisant l’aurais encore plus fait, mais à cet instant, j’étais pétrifié, donc il n’en fut rien. Alors que notre char avait parcouru la moitié du chemin, un grondement se fit entendre dans la foule, les spectateurs ne regarder plus la parade, mais semblaient agités, inquiets… que se passait-il ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

◭ SOS : 12
◭ District : Capitole - styliste du 12
◭ Arrivée à Panem : 29/04/2012
◭ Double compte : Neo A. White

MessageSujet: Re: INTRIGUE ◭ Bal de la parade & défilé   Mar 3 Juil - 22:55


LA PARADE



Kefka était ce qu’on appelle une opportuniste. L’inspiration lui veniat ou ne lui venait pas, mais jamais elle ne travaillait en se forçant. Avant de voir ses tributs, la styliste ne se sentait pas très inspiré, mais là, elle nageait dans le bassin de la créativité en compagnie des 9 muses, littéralement. C’est donc dans le train que la grosse dame passa tout un tas de coup d’fil, pour les matériaux dont elle aurait besoin, et les premières coupes. Les deux dessins furent terminés très vite ; aspect ange déchu du charbon pour la jeune fille, et démon séculaire libéré pour le garçon. Dès que Kefka posa un pied à terre, elle se rendit au centre pour préparer les tenues. Le Distrct 12 serait gâté en cette première année ! La styliste commença par le plus dur, les ailes solaire de lame du garçon. En effet, et lui avait prévu une tenue très allégorique de sa condition. Le pagne de chaines lourdes tâché de traces de charbon fut facile à faire, et les ailes en sabre, eh bien elle avait déjà prévu un prototype pour un de ces défilés, donc même s’il n’était pas vraiment au point, ça irait pour une parade aussi courte que celle-là. Elle l'a réajusta un peu (pour l'adapter au distrcit 12, elle plaça 12 paire lames au lieu de 10) Au pire, il finirait découper avant la fin du défilé, ça marquerait les esprits au moins ! Une fois ceci fait, la grosse dame prépara la crème fondante de tissu pour la tribut. Elle lui avait prévu une tenue de ruban noir, qui cacherait sa poitrine uniquement, et viendrait s’enrouler gracieusement autour de ses bras, pour qu’ensuite, les bouts du ruban se fondent dans les mains de la jeune fille. En gros, elle prendrait le milieu du long ruban, le poserait au-dessus du nombril de son modèle, enroulerait les deux moitié du ruban à part égale jusqu’à ne laisser qu’un cœur de biche presque vulgaire, ferait passer le reste de longueur dans le dos, pour se croiser et remonter sur son cou, où les deux bouts s’enrouleraient une fois encore , pour retomber sur les épaules, s’enrouler sur ses bras, puis fondre dans ses mains, peintes en noires pour l’effet. En bas, le même artifice serait utilisé, sauf que ce serait une sorte de short, et que les deux bouts fondraient dans ses pieds noirs. Magnifique, se dit Kefka en terminant d’appliquer la crème sur les extrémités de son cobaye. La jeune tribut était vraiment splendide déjà, il ne lui manquait plus que son maquillage, mais ça, c’était Damra de s’en charger. D’un cri strident, la styliste appela le préparateur qui se mit dès lors au travail. Ils finiraient à temps, dieu merci.

Profitant de ce moment de répit, la grosse dame alla vérifier l’avancement de la tenue du garçon. C‘était pratiquement terminé lui aussi, la préparatrice qui s’occupait de son cas achevait les dernières retouches de son tatouage sur le torse. En effet, ce tribut serait torse nu avec son pagne de chaines, mais serait tout de même habillé d’un tatouage de bonne augure, puisqu’il représentait tout de noir, une silhouette d’homme debout sur un tas de cadavre, brandissant tel un trophée sa pioche ensanglantée. De quoi faire comprendre aux autres tributs qu’ils auraient de la concurrence… Sous ce tatouage, son corps était peint d’un gris mat violacé pour donner un côté ancien au personnage, et il porterait une sorte de chapeau en forme de croissant de lune taché de charbon aussi, qui évoquait étrangement plutôt deux cornes… Alors que la styliste contemplait sa réussite, Damra lui signala qu’il venait de terminer. Elle était parfaite. Son corps était peint entièrement d’une couche d’argent clair matifié, avec quelques traces noirs évoquant la mine, ses paupières recouverts par une bande noire qui allait jusqu’aux oreilles, en laissant le nez vierge, alors que ses lèvres n’était peinte que verticalement de noir que sur une largeur de 3 centimètres, quand le reste était de la même couleur que sa peau grise. Ses yeux, quant à eux était habillé d’une coque opaque blanche pour un effet fantomatique flippant.Le tribut mâle portait les mêmes, mais en noir, pour garder l’aspect démon. La jeune fille et lui pouvaient voir normalement, mais leurs yeux paraissaient intégralement blancs (noirs pour lui) avec ces coques. Elle faisait un ange déchu presqu’entier, en effet, il leur manquait tout deux leurs ailes. Kefka accrocha celles de la jeune fille elle-même,
ailes de Helo vu de dos:
 
puisqu’elles étaient assez complexes à brancher dans les nerfs de la colonne vertébrale, et expliqua le principe de contrôle des ailes aux deux tributs. Celles de la fille pouvaient se déplier dès que son porteur envoyer ses épaules en arrière et laisser échapper une fumée noire très dense derrière elle (quelle chance que le district 12 soit le dernier hein…) alors que celles du garçon
ailes de Naït vu de dos:
 
pouvaient se mettre tournoyer sur commande, par simple pensée, et, en théorie, le porteur pouvait même contrôler la vitesse de rotation, mais Kefka n’avait pas vraiment tester cette capacité pour le moment, donc suggéra au garçon de penser à la faire tourner le plus vite possible au début, puis de l’arrêter lorsqu’ils seraient à mi-chemin (on n’sait jamais). Toute émue finalement, Kefka s’applaudit elle-même en voyant monter ses deux poulains sur leur char, et courut se placer dans les gradins en attendant le départ.

Dans ses gradins, il y avait tous ceux qu’elle ne pouvait pas voir. Les stylistes les plus célèbres, hypocrites et crétins du Capitole. De toute façon, elle savait que ses tributs seraient les plus marquants de cette édition, elle seule avait cette touche de folie qu’il manquait cruellement au Hunger Games et que seule la Parade pouvait afficher éventuellement. La grosse dame savourait sa victoire lorsque tous retinrent leur souffle ne voyant ses tributs, quand soudain, un grondement léger se fit entendre. Kefka ne quittait pas des yeux ses spots publicitaires vivants du Distrcit 12, alors que tous commençaient à chuchoter, à savoir ce qui perturber ainsi le défilé...
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

◭ SOS : 212
◭ District : 11, l'agriculture
◭ Arrivée à Panem : 17/04/2012
◭ Localisation : Caché dans les hautes herbes

MessageSujet: Re: INTRIGUE ◭ Bal de la parade & défilé   Mer 4 Juil - 14:24


LA PARADE








    « Je pressai ma main sur celle d’Hécate, sentant son pouls battre entre mes doigts emmêlés dans les siens. La lumière m’éblouissait mais je la fixai, elle m’apportait en même temps un sentiment de peur et de réconfort, elle me rappelait la chaleur du feu en hiver mais aussi la fraicheur de la neige. Au moment où mon cœur ralentissait ses pulsions ma main retomba dans le vide, Hécate venait de la lâcher, et je perdis mon sang-froid, il ne me restai plus que la poudre dorée qu’elle avait pu laissé entre des doigts. Je venais de perdre la seule présence humaine qui pouvait se rattacher à moi. Le char avançait, mon regard était perdu dans la foule en furie. J’arborais un magnifique faux sourire à cette foule. Tout ce passa si vite, quelque chose explosa, des gens hurlaient et mon cœur s’emballa. Je ne bougeais pas, j’entendis Hécate me poser une question mais je n’entendais que les cris de paniques. Si seulement je leurs avaient accordé un peu plus de ma confiance, les rebelles avaient prévus leur coup depuis bien longtemps, j’étais même pour au départ, mais c’était avant que je sois nommé tribut. Hécate plongea sur les planches du char en tremblant, je voyais notre mentor venir vers nous. Au diable les protocoles et les bonnes manières, adieu les actions héroïques ainsi que l’honneur, il s’agit de sauver sa peau.
    Je me penchais et tendis ma main à Hécate en essayant tant bien que mal de lui faire comprendre que j’allais la sortir de là, j’ignore si elle m’a entendu par-dessus tout ce bruit. Je ne savais pas si Andréas voulait nous suivre où participer à cette splendide extermination mais en tout cas moi je compte bien mettre Hécate en lieux surs avant de jouer mon petit guerrier des ténèbres. Je voyais la peur dans son regard, l’aidai à sortir de ce maudit char et la tirai parmi la foule. Je poussai des gens, marchai sur d’autres, je regardai derrière moi, vérifiant qu’elle me suivait bien même si je sentais sa main bien attachée à la mienne. Courir et regarder derrière sois ne font pas vraiment bon ménage, je fonçais dans le gens, la panique commençai à monter en moi mais je ne perdais pas de vu mon objectif. Je connaissais cette salle, toutes ses cachettes, être un rebelle a parfois ses avantages. Après quelques chutes, le nez en sang et le souffle coupé nous atteignîmes enfin la rue. Il n’y avait personne dehors, pour l’instant, tout était calme. Je continuai ma course effrénée et emmenait ma protégée jusqu’à une bouche d’égout à moitié ouverte, assez grande pour laisser entrer quelqu’un mais trop petite pour laisser entre les Pacificateurs. Je pris son visage entre mes mains et lui murmura rapidement... »

    - Cache-toi là, je reviendrais te chercher après.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

◭ SOS : 248
◭ District : District 12 - Le charbon
◭ Arrivée à Panem : 26/04/2012
◭ Double compte : Loucian Caldin
◭ Localisation : Quelque part au Capitole

MessageSujet: Re: INTRIGUE ◭ Bal de la parade & défilé   Mer 4 Juil - 17:44


LA PARADE



Je ne cesse de me dire que notre tenu est splendide. Elle me ressemble énormément, du moins de mon point de vue. Je devenais sous les doigts de notre styliste, une créature divine très dangereuse, quelqu’un qui pourra devenir très vite, leurs pires cauchemars. Moi qui avais peur de finir nu, je me demande si je n’ai jamais été aussi habillé de toute ma vie. Certes je suis torse nu, mais recouvert de tatouages, et les ailes dans mon dos… Bon sang, cette tenue est véritablement magnifique. Je suis plus menaçant que jamais et la petite touche final, mes yeux d’un sombre total, ne me montre que plus dangereux. Moi qui d’habitude ai des yeux bleu clair, cela change radicalement. Mais je me calme assez vite, je ne sourirais pas à ces personnes du Capitole qui me vole mon futur avec celle que j’aime… Avec notre enfant… Non, je reste exactement dans mon rôle, quelqu’un de sombre à qui on a tous retiré. Nous avons tout donné pour le Capitole, ils nous ont déchus… Nous sommes en quelque sorte les rebus de la société, mais nous n’avons pas dit notre dernier mot.
Les ailes pèsent un peu lourd sur mon dos, mais j’arrive rester droit, gardant ainsi toute ma dignité.
La musique démarre, et les premiers chars commencent à partir. Soudain, je sens comme de l’agitation dans mon dos, je me retourne et vois des Pacificateurs tenter de contenir quelque personne, bon sang, mais qu’est-ce qu’ils font là ?
Je me retourne, me disant qu’il faut que je me concentre sur ce qui va suivre. Je regarde droit devant moi, plus sérieux que jamais lorsqu’une voix me ramène à la réalité. Ce n’est pas n’importe quelle voix qui hurle mon nom, c’est sa voix.
Avery.
Je me retourne vivement, me moquant de ce qu’il y a autour de moi, descend du char et commence à marcher. Je suis totalement paniqué, que fait-elle ici, dans la pagaille qui se trame ici… Soudain, alors qu’elle me cherche du regard, je la remarque alors qu’un Pacificateur la plaque contre un mur, je commence à courir, mais un homme la défend en assommant le Pacificateur, il ne reste pas longtemps là et commence à repartir afin d’aller attaquer un autre Pacificateur.
Je cours vers elle et elle semble paniquée, il est vrai que je dois être méconnaissable, totalement tatoué et les yeux totalement sombre.
- C’est moi, c’est moi, je murmure en posant ma main sur sa joue et en la caressant délicatement.
Les larmes me montent aux yeux alors que je n’arrive pas à croire que j’ai la possibilité de la voir une dernière fois avant de vivre l’horreur et de peux être mourir.
Sans attendre, je me penche et l’embrasse, longtemps, on peut sentir le goût de mes larmes, de ma frustration. Je ne veux pas la lâcher, non je ne veux pas…
Je cesse notre baiser mais laisse mon front contre le sien.
- Avery, je murmure… Tu es magnifique ce soir, cette robe est absolument merveilleuse.
Je rigole, souris alors que mes larmes de joie continue de couler doucement, je n’arrive pas à les arrêter mais qu’importe, elle est auprès de moi. Je pose ma main contre sa hanche et la serre un peu plus contre moi alors que mes lèvres se reposent contre les siennes. Mon autre main se pose doucement sur son ventre rebondis ou notre enfant grandit tranquillement, ou il ne subit pas encore toute la pression de ce monde de discorde et de chaos.
- Il devient grand et fort chaque jour, je souris en la regardant dans les yeux, puis je reprends mon sérieux. Tu dois rester forte hein, tu dois rester la Avery dont je suis tombé amoureux, têtu, ne suivant que son propre cœur… Celle dont je suis toujours amoureux…
Je l’embrasse à nouveau, me rendant compte que le temps presse et que c’est peut-être la dernière fois que je la vois… Cela me fait tellement mal.
Tout s’agite autours de nous et alors que je la serre quelqu’un d’autre me prend par les épaules.
Kieran, mon mentor.
- Garçon, tu dois vite retourner sur les chars sinon tu seras en danger, et elle aussi.
Je le regarde sérieusement et sait qu’il a totalement raison. Je la serre fort dans mes bras une dernière fois :
- Je t’aime, tu le sais hein, je t’aime plus que tout…
Je l’embrasse longuement, une dernière fois, encadrant son visage entre mes mains et c’est à contrecœur que je romps notre baiser et m’éloigne d’elle pour arriver juste à temps sur notre char qui commençait déjà à partir.
J’essuie les larmes de mes joues et reprend mon regard menaçant.
Je hais le Capitole de nous faire cela, de me faire cela. Mais je ferais tout pour gagner et pour la revoir, ma femme… Et pour revoir notre enfant afin qu’il ne grandisse pas sans moi, non je me le refuse. Je ferais tout pour gagner les Hunger Games.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

◭ SOS : 116
◭ District : 11
◭ Arrivée à Panem : 01/05/2012
◭ Double compte : Aucun
◭ Localisation : Le 11, comme toujours.

MessageSujet: Re: INTRIGUE ◭ Bal de la parade & défilé   Jeu 5 Juil - 16:20


LE BAL



Naït était là, à sa portée et les mouvements rebelles lui permettaient d’aller le rejoindre. Une fois en direction de l’endroit où se trouvaient les chars, elle eut à se débattre contre un pacificateur qui la plaquait contre un mur. Il était fort et rapidement, elle se demanda si sans l’aide de cet inconnu, elle aurait pu s’en débarrasser. Qu’importe, elle avait hoché la tête en signe de remerciement puis avait repris on chemin vers le douzième char, vers Naït. En le voyant venir vers elle, elle put se rendre compte qu’il l’avait entendu mais si près de lui, elle se figea comme effrayée par la vision de son mari. Ses yeux… C’était le changement le plus radical. Si sombres qu’elle n’arrivait plus à reconnaître les beaux yeux bleus dans lesquels elle aimait se perdre si souvent, si longtemps. Il était torse nu, douze ailes dans son dos… Il n’était plus le Naït qu’elle connaissait. Non, il était menaçant. Il était celui qui souhaitait crier sur tous les dos qu’il gagnerait les jeux…

Naït !

Pourquoi criait-elle encore son nom même s’il était près d’elle ? Il courait vers elle, arrivant rapidement tout près, si près que sa main se posa délicatement sur sa joue, la caressant doucement. Sous cette caresse, Avery trembla en tentant de retenir ses larmes. Elle était si heureuse de le revoir au moins une fois avant les jeux… Dans sa tête, tout tournait vite. Comment pourrait-elle l’emmener avec elle pour lui faire éviter l’arène ? Ils pourraient s’enfuir, aller ailleurs… Ils le pourraient… Elle posa ses deux mains sur son torse tatoué lorsqu’il se pencha pour l’embrasser longtemps et avec tendresse. Dans leur baiser se mêlaient larmes et amour, duo qu’elle avait si souvent connu avec lui… Alors qu’il cessa le baiser, gardant toutefois son front contre le sien, elle murmura un « non » d’une voix brisée. Ce non, il pouvait bien l’interpréter comme il le voulait. Non, ne me quitte pas. Non, ne cesse pas de m’embrasser… Il murmura alors son nom, lui disant qu’elle était magnifique, que sa robe était merveilleuse. Elle secoua la tête en souriant, lui rigolant.

Chut… Entre nous deux c’est bien toi le plus magnifique….

Mais qu’importe, elle s’en fichait. Tout ce qu’elle voulait c’était de sentir les lèvres de Naït contre les siennes encore une fois, ce qu’il fit sans hésiter en la serrant contre lui. Sa main libre se posa sur son ventre rebondis. Avery y baissa les yeux, frissonna à l’idée que cet enfant risquait de perdre son père. Sa mâchoire trembla et elle ne put retenir ses larmes plus longtemps.

Il devient grand et fort chaque jour… Tu dois rester forte hein, tu dois rester la Avery dont je suis tombé amoureux, têtu, ne suivant que son propre cœur… Celle dont je suis toujours amoureux…

Je te le promet…

Elle avait du mal à parler plus que cela tant les sanglots bloquaient sa voix, elle se leva sur la pointe des pieds pour l’embrasser à nouveau. Elle ne prenait plus conscience de ce qu’il se déroulait autour d’eux, les mouvements rebelles, les combats entre pacificateurs et habitants de districts… Les chars qui partaient… Naït la serrait contre lui mais cette étreinte fut interrompue par un homme, qu’Avery jugea être le mentor de son mari. Il lui proposait de retourner sur les chars… Disant que tous les deux étaient en danger. Mais s’il savait à quel point elle s’en fichait et que tous les dangers du monde valaient ce moment. Lorsque Naït se retourna vers elle, son visage se décomposa en voyant dans ses yeux qu’il allait réellement la quitter pour retourner sur ce char de malheur.

Je t’aime, tu le sais hein, je t’aime plus que tout…

Une dernière étreinte, un dernier baiser… Lorsqu’il s’éloigna d’elle, elle se retint de ne pas s’écrouler en larmes mais ne savait contrôler ces perles salées qui coulaient sur ses joues. Elle fusilla le mentor du regard puis reposa ses yeux sur son mari qui montait dans son char. Forte… Il fallait qu’elle reste forte. Elle posa ses deux mains sur son ventre en tentant de contrôler ses sanglots et se retourna, cherchant de l’aide. Il fallait stopper ces chars, il ne fallait pas les envoyer dans l’arène… Pas le père de son enfant….
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://coup-interdit.forumactif.com

◭ SOS : 118
◭ Arrivée à Panem : 02/04/2012

MessageSujet: Re: INTRIGUE ◭ Bal de la parade & défilé   Mer 11 Juil - 22:30







INTRIGUE
TROISIÈME PARTIE




Des cris. Des explosions. Le défilé s'écroule. La panique. La peur. L'angoisse. Le chaos s'empare de la fête. La grande porte, celle qui donne sur la piste, n'est plus qu'un tas de cendres et de débris carbonisés. La foule s'anime. D'épouvante. Les hurlements des spectateur trahissent leur désorganisation. Leur stupeur. Leur incompréhension. Au milieu de la piste, les tributes aussi désemparés que les capitoliens, se font rejoindre par des rebelles. Ils ont réussis à repousser les pacificateurs. Ils ont réussis. Ils sont là. Pour les sauver. Alors que certains s'occupent d’évacuer les adolescents, d'autres se dirigent vers leur cible. Leur proie. Ce dictateur qu'il faut à tout prix éliminé. Mais de nouveaux pacificateurs arrivent. Ils encadrent toutes les issues possibles. Voilà les habitants des districts pris au piège. Au milieu de capitoliens ingérables. Au milieu des cris, des attaques, du cirque qui s'embrase. Emprisonnés dans leur confinement. Ils réalisent. Le dirigeant avait déjà tout prévu. Depuis le début. Comme si c'était lui qui avait dirigé l'opération des rebelles.






A SAVOIR



Aucun ordre de passage.

8 lignes minimum. Plus d'entête imposée.

C'est le moment où les tributes peuvent enfin voir les invités au bal.

C'est le chaos totale. Prenez en compte. N'hésitez pas à vous faire blesser par un pacificateur ou bousculer par la foule.

Un dernier message de Soraya clôtura ce sujet en faisant le bilan des évènements.




___________________________________________________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ADMIN - Burn out

◭ SOS : 1092
◭ District : Neuf.
◭ Arrivée à Panem : 27/03/2012
◭ Double compte : Alayna Tomàs

MessageSujet: Re: INTRIGUE ◭ Bal de la parade & défilé   Jeu 12 Juil - 3:23


Debout sur le char, devant l'exaltation de la foule, j'ai du mal à sourire. De moins en moins à l'aise, les traits de mon visage se fendent en un rictus. J'ai besoin d'Eurydice. De mon nouvel équilibre. Ici, au Capitole. Mais mon désir le plus violent, celui qui m'embrase le cœur, qui incendie mon être tout entier, celui de rentrer chez moi. Dans mon district. Près de ma famille. De ma meilleure amie. Malgré nos conditions de vie, je ne pourrais me sentir plus heureux et apaisé à cet instant que là bas.

Crispé, paralysé, je me contente de balayer le cirque du regard. Très vite, les cris des spectateurs cessent. Un bref silence. Et une explosion me brise les tympans. Mes opales virent dans la direction par où nous sommes entrés. De la fumée s'y échappe. Elle s'envole vers nous. Prête à noircir nos poumons. La fête se transforme en un désordre le plus totale. Je n'ai pas le temps de comprendre ce qu'il se passe par moi-même. Des gens viennent nous rejoindre. Ils nous expliquent brièvement la situation. Un bal. Des rebelles. Du moins c'est ce qu'il me semble entendre. Impossible de comprendre une phrase en entier avec le vacarme qui règne. Ils veulent nous évacuer. Nous sauver. J'étouffe un hurlement. Quelle bande d'insconscients. Personne ne peut plus rien pour nous. Tout ce qu'ils réussiront à faire, c'est d'augmenter le nombre de morts. Je n'ai jamais pu supporter ces frimeurs qui se pensent capable de sauver le monde. Peut-être qu'ils me rappelent tous Cameron. Le danger que leurs opinion représentent. Pour nous tous. Même ceux qui n'ont rien demandé. Un autre homme se réunit autour du char du district neuf. Ils hurlent à ses camarades que les pacificateurs encadrent chaque sortie. Evidemment. C'est déjà un miracle qu'ils soient parvenus jusqu'ici. Le dictateur ne peut pas ne pas être prêt pour ce genre d'opération. Pas après deux grosses révoltes survenues à Panem.

J'attrappe le poignet de Léandre et la fait descendre du char. « Faut pas qu'on reste au milieu de ce merdier. » Avec sa longue robe, on n'avancera pas vite. On se mêle à la foule, on se fait bousculer de tous les côtés. Je vois le respect qu'on nous porte. La vie des si admirés tributes passent quand même après celle des capitoliens. Malgré ça, mes doigts ne lâchent pas prises. Ils se ressèrent sur le maigre poignet de Léandre. Quitte à lui faire mal. Je ne peux pas la perdre au milieu de tout ça. Hors de question.

On arrive à rejoindre les gradins, isolés, dans un coin, on observe un instant le triste tableau qui s'offre à nous. Emprisonnée, la foule court dans tous les sens. Sans aucun but. Sans possibilité de s'échapper. Des cris. Des pleurs. De la colère. C'est tout ce que mes oreilles réussissent à distinguer. Mais au sein de la panique, une poupée blonde. Une seconde plus tard, elle disparaît. Aucun moyen de savoir si j'ai rêvé. Si elle est le fruit de mon imagination. Le désir de la revoir me pousse à voir par moi-même. A la chercher. A la retrouver. Mais la présence de Léandre calme mon ardeur. Alors au lieu de voler au secours de ma belle, je reste là. Immobile. Les phalanges qui emprisonne son poignet.

___________________________________________________________



    I lost my invitation to the funeral of love

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

◭ Age du joueur : 26
◭ SOS : 259
◭ District : neuf | les céréales
◭ Arrivée à Panem : 18/04/2012

MessageSujet: Re: INTRIGUE ◭ Bal de la parade & défilé   Ven 13 Juil - 10:50

On m'avait forcé à monter sur le char. Je ne voulais pas monter sur ce putain de char. Je voulais juste partir en courant. J'avais la nausée et du mal à respirer. Si je me voyais, je me foutrais ouvertement de ma gueule. Et puis j'ai tourné la tête vers Milan. Il se forçait à sourire, je le voyais bien. Il n'avait pas plus envie d'être là que moi, c'était évident. Et puis, il ne faut pas se mentir, être ici tous les deux, ça n'arrangeait rien. J'aurais tout donné pour apercevoir le visage de Raphaël. J'aurais donné ma vie pour le revoir encore une fois et savoir que je ne serais jamais seule. J'avais besoin de lui à côté de moi pour me tenir la main et me dire que tout ira bien. Et puis, je me suis souvenue de ces trois petits mots qu'il avait prononcé pendant nos adieux. Je me battrais pour lui, pour pouvoir toucher du bout des doigts l'espoir de revenir. Je sais déjà que je ne reviendrais pas, quoi qu'il puisse arriver, mais je me plais à penser que je pourrais le faire, pour lui, pour nous. Finalement, un sourire se dessine sur mes lèvres alors que je balaye la foule du regard, un regard vide et perdu dans mes pensées. Un silence gênant s'installe soudainement. Que se passe-t-il ? Une explosion. Instinctivement, je me baisse légèrement et couvre mes oreilles. Comme si ça allait changer quelque chose. Milan se retourne et je fais de même. Eurydice, Avalon. Elles étaient encore là-bas, elles étaient encore dans l'espèce de hangar d'où nous venions de sortir. J'ai fermé les yeux brièvement. Je ne pouvais pas laisser aller mes pensées vers ce côté sombre. Je n'avais pas le droit de penser à ça, je me l'interdisais. Les gens nous rejoignaient près du char. Je ne comprenais plus rien, si ce n'est qu'il y avait un bal et que les rebelles étaient dans le coin. Pas grand chose en somme. Mon regard restait rivé vers ce hangar vers l'endroit où nous avions quitté Eurydice et Avalon. Je ne voulais pas entendre le reste. J'en faisais totalement abstraction. Je n'entendais plus rien, je ne pensais qu'à elles. Et puis, on m'a saisit par le poignet et je suis sortie de ma torpeur. « Faut pas qu'on reste au milieu de ce merdier. » C'était Milan. Je le regardais avec mes grands yeux ronds, incapable de dire quoi que ce soit. Il me fait descendre du char et on se mêle à la foule. Il ressert son étreinte autour de mon poignet, je retiens un cri de douleur. Je ne sais pas pourquoi il fait ça, pourquoi il ne me laisse pas me débrouiller. Il devrait pourtant. Je serre les dents le plus fort possible pour ne pas montrer ma douleur. Finalement, on se trouve un coin isolé dans les gradins. Mon regard retrouve le hangar et je me pose tout un tas de questions. La foule est prise au piège comme les animaux que l'on emmène à l’abattoir. Sauf que le bétail était censé être nous, les tributs. Quelque part, je suis contente que Milan ne m'ait pas lâché. Mes yeux parcours le cirque et je m'arrête sur ce visage vu de profil. Mes yeux s'écarquillent, mon coeur s'emballe, je sais que c'est lui. « RAPHAEL ! » hurlais-je en me levant avec hardeur. Les doigts de Milan n'ont toujours pas quitté mon poignet. Je lâche un cri de douleur que je n'ai pas pu retenir. Son étreinte me brise les os. Raphaël est là, j'en suis persuadée, c'est lui, je le sais. Les larmes perlent sur mes joues. Je n'arrive plus à retenir ma tristesse, ma colère et ma douleur. Je sais que c'est lui, je le sais.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

◭ SOS : 293
◭ District : Deux.
◭ Arrivée à Panem : 12/04/2012
◭ Localisation : Dans ton c.. (:

MessageSujet: Re: INTRIGUE ◭ Bal de la parade & défilé   Ven 13 Juil - 11:23


Tu achèves de donner des conseils à tes tributs avant de les accompagner jusqu'au char. La tenue n'est pas trop mal, mais tu estimes qu'elle aurait pu être beaucoup mieux. Si Alayna avait choisi ton district, et pas celui du cinq. Tu es légèrement déçu, mais tu ne la connaissais même pas à ce moment-là. Quel dommage. Tu ne lâches pas Milicen du regard, tandis qu'elle avance vers son char. Dans sa tenue gris foncé, sans manche, elle ressemble presque à une guerrière. Une guerrière prête à massacrer ses ennemis. Mais les talons cassent cette image, et lui donnent un air presque féminin. Presque. Personne ne peut être totalement féminin au moment de participer aux Jeux de la Faim. Immobile, tu as le regard dans le vide. Il ne reste plus que quelques minutes avant le début du défilé. Quelques jours avant le véritable début des Jeux. Tu as hâte. Tu trépignes d'impatience. Si seulement tu pouvais être à leur place... Tu paierais cher pour ça. Mais tu n'en as pas la possibilité. Tu es bien trop vieux. Tu es né vingt-ans trop tôt...

Une femme vient te voir, et te demande de la suivre jusqu'au lieu du bal. Tu y es invité, grâce à ta situation de mentor. Mais tu n'es pas tellement fan de l'idée de danser. Tu n'aimes pas ça. Tu es un rabat-joie de profession. Mais ça fait partie de ton boulot. Pour avoir les sponsors, tu dois toi aussi te montrer sous ton meilleur jour. Ce que tu fera bien mieux que les autres mentors, évidemment. Alors que la capitolienne te donne des indications, une explosion lui coupe la parole. Quelque chose vient de se passer aux hangars d'où partent les tributs. Tes tributs. Tu fais rapidement demi-tour et part en direction du hangar. De la fumée s'en échappe, des Pacificateurs arrivent en masse. Les tributs sont encerclés et emmenés ailleurs. Des rebelles. Une nouvelle révolte. Tu restes calme. Au milieu de tous ces cris. De toute cette terreur. Un homme tente de te pousser, pour s'échapper. Tu évites sa main et le rejette. Il tombe au sol. Un tribut. Tu pourrais le tuer. Et quand tout redeviendra calme, il y aura un ennemi de moins pour tes gosses. Mais tu ne le fais pas, un concurrent de moins ferait du spectacle en moins. Alors tu fixes la scène, stupéfait. Saloperie de rebelles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

◭ Age du joueur : 29
◭ SOS : 100
◭ District : Neuf
◭ Arrivée à Panem : 12/04/2012
◭ Double compte : Aucun
◭ Localisation : District 9.

MessageSujet: Re: INTRIGUE ◭ Bal de la parade & défilé   Sam 14 Juil - 9:18

Tout se bousculait, d’un coup. Nous avions fait une incursion parmi la foule, et déjà, je pouvais sentir la victoire proche. A un détail près : le visage de notre dictateur. Pourquoi, alors qu’il allait peut-être mourir, souriait-il autant, du haut de sa tribune ? Mon sang se glaça, alors que je comprenais enfin. Il avait tout prévu. Il savait que nous allions intervenir ce soir. Peut-être parce qu’il s’agissait de la dernière occasion de sauver nos frères. Je m’arrêtai de courir. A présent, je savais que tout était perdu. Même moi, chef des rebelles du neuf, et voix puissante dans cette révolte que nous portions en nous, je savais qu’il n’y avait plus d’espoir. Nous pouvions prendre les tributs avec nous, bien sûr. Mais ils les retrouveraient, et les tueraient tous. Aucun n’aurait la possibilité de s’en sortir. Je me retournai. Les pacificateurs avaient envahi la salle, bloquant toutes les issues. Nous étions faits comme des rats. Nous allions mourir ici, ou être emprisonnés. D’un seul coup, je pensai à Adrastée. Je fis demi-tour dans la foule, la cherchant du regard, humant chaque odeur en essayant de trouver la sienne.

- Adrastée !

Si je devais être fait prisonnier, je voulais la revoir, l’embrasser. Elle surgit soudain devant mes yeux, et mon visage s’éclaira. Je la serrai dans mes bras, aussi fort que je le pouvais, et elle me rendit mon étreinte. Et puis, j’embrassai ses lèvres, pas une mais plusieurs fois, répétées, comme si c’était la dernière fois que nous nous voyions. On ne pouvait pas savoir, après tout. Quand bien même le Capitole me laisserait vivant en cas de capture, les tortures qu’il m’infligerait pourraient bien me faire perdre la tête. Je ne serais plus jamais le même. Je hochai la tête rapidement, et criai presque, paniqué.

- Ça ne marchera pas. Nous allons perdre.

Je fermai un instant les yeux. À cet instant, j’aurais aimé qu’elle porte mon enfant. Qu’elle ait un souvenir de moi. Natalee avait beau pleurer la perte de Milan, elle avait quelque chose qui le raccrochait à lui, quelque chose qui valait la peine qu’elle se batte encore. Adrastée baisserait les bras s’il m’arrivait quelque chose. Elle ne survivrait pas. Mes paupières se fermaient de plus en plus, comme pour échapper à la dure réalité. Et puis, alors que la foule en panique laissait éclater sa peur, un cri surpassa les autres. Je rouvris les yeux et scrutai la foule. Il apparut à quelques mètres de moi, en sang, sur le sol. Ce ne fut pas moi, mais Adrastée qui hurla son prénom. Jonas, rebelle, ami, gisait aux pieds du pacificateur. Je ravalai ma salive. Quelque chose me disait que je ne devais pas intervenir. Que je devais être aussi tranquille que possible, car j’aurai peut-être une chance, dans ce cas, de m’en tirer vivant. Mais cette voix qui résonnait dans ma tête était contrée par une autre, encore plus forte. Sans réfléchir, je m’élançai en avant, traversant la foule agglutinée, et dans un cri, je portai un coup au ventre du pacificateur. Je me moquais qu’il soit bien plus grand ou plus fort que moi. Je voulais sa mort. Il m’attrapa par le bras. J’avais l’impression que mes os se brisaient sous son emprise. De sa main libre, il me porta un coup au thorax. Je criai, plus fort que je n’avais jamais crié. La douleur était insoutenable. Des larmes coulaient le long de mes joues. Affaibli, j’essayai de lui saisir le cou, dans une tentative désespérée pour prendre le dessus sur lui. Je sentis une lame transpercer ma chair au niveau du bras. C’était donc ça. Les pacificateurs envoyés par notre dirigeant étaient là dans un seul but : éliminer les rebelles. Et ils savaient très bien quelles étaient leurs cibles. Il lâcha enfin mon bras, me laissant tomber au sol. Je n’avais plus la force de me relever. Je restai inerte, laissant penser à qui voudrait bien le croire que j’étais à l’agonie. C’était bien pire que cela, en réalité. Car je savais maintenant qu’il n’y avait aucun moyen que notre plan fonctionne. Cette salle serait le tombeau de beaucoup d’entre nous.


Dernière édition par Cameron Huggins le Mer 18 Juil - 21:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ADMIN - Burn out

◭ Age du joueur : 29
◭ SOS : 863
◭ District : Neuf
◭ Arrivée à Panem : 31/03/2012
◭ Double compte : aucun
◭ Localisation : D9

MessageSujet: Re: INTRIGUE ◭ Bal de la parade & défilé   Sam 14 Juil - 11:20

Tout était allé si vite. Il y a encore quelques minutes, je me trouvais en compagnie de mon époux et la seconde suivante, je me retrouvais seule dans cette foule. Mais je ne pouvais pas l'abandonner. Même si Cameron pensait que tout mènerait à la victoire, je sentais que quelque chose ne tournait pas rond. Le danger était proche et je me refusais à regarder mourir toutes ces personnes que j'aimais. Non. Impossible ! J'avançai donc parmi les individus qui refusaient de se pousser, qui m'empêchaient de voir à plus de deux mètres. Mais je m'en fichais en réalité. Je n'avais pas besoin de voir mais surtout de bousculer. Mon rythme cardiaque s'accélérait alors que j'appelais son nom. Aucune réponse. Où était-il ? Les larmes commençaient déjà à couler sur mes joues alors que j'entendis quelqu'un prononcer mon nom. Je l'entendais mais je ne pouvais le voir. Je me sentais perdue, encerclée. Les hurlements de la foule se faisaient plus intense et nombreux étaient ceux qui cherchaient à s'échapper. Ils n'avaient pas encore compris que nous n'avions aucun moyen de fuir. Nous étions pris au piège. Comme nous avions été idiots de croire qu'une attaque était possible ! Il n'y avait aucun moyen de vaincre le dictateur. Aucun. Nous allions mourir. Certains ensemble, en couple, entre amis, mais moi seule. Malgré tout, je fis quelques pas en avant et c'est alors que je sentis une main m'entraîner. Cameron, enfin ! Il se trouvait devant moi alors que je ne m'y attendais plus. Il me serra contre lui et je laissais aller ma peine. Il embrassa mes lèvres, une fois puis plusieurs. En cette seconde, le monde s'était arrêté de tourner. Nous étions tous les deux, dans notre petite maison, dans notre district. Comme j'aurais aimé qu'il en soit ainsi. Tout mieux qu'ici.

CAMERON : Ça ne marchera pas. Nous allons perdre.

Il semblait paniqué. Il comprenait que tout cela n'avait été qu'une illusion. La bataille était perdue d'avance. Je déglutis, serrant sa main dans la mienne. Nous n'avions plus d'autre choix maintenant. Ma voix s'éleva soudain.

ADRASTÉE : Il faut nous enfuir ! Il doit bien y avoir un moyen !

Je parlais vite, comme si nous n'avions plus le temps. Mais d'un côté, telle était la triste vérité. Nous savions que nous avions de grandes chances de mourir ici. Et cela me laissait de marbre. Non, nous ne pouvions pas mourir maintenant. Pourquoi nous ? Les larmes coulaient toujours sur mes joues, comme si la réalité me percutait. Je tournais les yeux et c'est là que je le vis. Un cri s'échappa de mes lèvres alors que Jonas s'écrasait sur le sol. Il faisait partie des rebelles de notre district. Je repensais à sa famille, à ses proches qui allaient être anéantis par son départ ... Puis, Cameron lâcha ma main. Il s'élança en direction du combat.

ADRASTÉE : Cameron ! Cameron, reviens !

Le pacificateur était un homme entraîné. Il était plus grand que mon mari également. Il frappa Cameron une première fois, de ses mains nues et lorsque je le vis sortir sa lame, je m'élançai à mon tour dans leur direction. Trop tard, le couteau s'enfonça dans le bras de mon cher & tendre. Mon cri de rage retentit. Pourquoi le gouvernement faisait-il une chose pareille ? Quel était le but ? Nous étions tous semblables, nous voulions simplement vivre libres. Dans un geste désespéré, je me plaçai entre le pacificateur et Cameron qui était déjà tombé sur le sol.

PACIFICATEUR : Ecarte-toi !
ADRASTÉE : Non, vous devrez d'abord me tuer !
PACIFICATEUR : Si tu y tiens.

Il leva sa main vers moi. Mes paupières se fermèrent, j'étais bien incapable d'en supporter davantage. Pourtant, le coup n'arriva jamais jusqu'à moi. J'entendis un corps tomber mais je n'ouvris pas les yeux pour autant. Ma vie venait-elle d'être sauvée ? Je n'allais pas tarder à le savoir en tout cas.

___________________________________________________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

◭ SOS : 43
◭ District : District 3 - Technologie
◭ Arrivée à Panem : 15/07/2012
◭ Double compte : Non
◭ Localisation : Dans un recoin, à regarder la lune

MessageSujet: Re: INTRIGUE ◭ Bal de la parade & défilé   Dim 15 Juil - 23:55

    « Inspire. Expire. Tu peux le faire, Lilly. Tu dois le faire. » Ces mots que je me répète, et qui me semblent vides de sens. Ce long regard, que je me lance dans la glace, ne me renvoyant qu’un pâle reflet, sans âme. J’ai envie de pleurer, mais je sais que je ne peux pas. Je n’ai pas le droit de pleurer. Je suis un tribut. Les tributs ne pleurent pas. C’est ainsi. J’entends qu’on frappe à la porte de ma chambre, et je ne me retourne pas. Je sais de quoi il s’agit, je sais ce qu’ils me veulent. Les stylistes forcent le passage, m’attrapent, m’emportent, et je les suis, mes pas s’enchaînant, les uns après les autres. Je n’ai plus de volonté. Je me laisse faire, me laisse malaxer, modeler comme une poupée de son, comme une marionnette. Leurs gloussements résonnent à mes oreilles, pourtant, c’est comme si je n’étais pas vraiment là. Je souris, mes yeux bleus se posent sur l’un, sur l’autre, cette jeune femme aux cheveux rouges flamboyants. Je suis chez moi. Je suis au Capitole. Je suis chez moi, et pourtant, je ne me suis jamais sentie aussi étrangère. Les stylistes s’extasient, sur ma taille de guêpe, mes jambes épilées. Ça leur fera toujours ça de moins à faire. L’eau vient me brûler le crâne, et je ferme les yeux. Mon esprit s’envole, et pour les heures à venir, je ne suis plus là. Seule reste mon enveloppe corporelle, laissée en pâture aux gens du Capitole.
    « Lilly… » Je tourne la tête. A mes côtés, mon compagnon d’infortune. Sa main se pose sur la mienne, et j’esquisse un bref sourire. « Je sais. » Je sais. Nous sommes sur le chariot. A attendre, attendre l’ébranlement. Attendre d’être jeté en pâture aux loups, à ces chiens affamés. « Ils ne veulent que du spectacle. Ils n’attendent que ça. Il faut les éblouir, c’est tout. » Le capitole. Ma maison. Tous ces visages, que je connais. Ces gens, que je croisais, chaque jours, avant que mon père ne décide qu’il devait gagner le district un pour son travail. Mon destin, scellé. Je lève les yeux, et croise le regard de Blake, posé sur moi. Mon cœur bondit dans ma poitrine, et je sens les larmes monter. Je les chasse d’un sourire, et lui envoie un baiser. Je vois la bague, briller à son doigt, et ma gorge se noue. Je me suis jurée de ne pas pleurer. Je ne pleurerai pas. Mais c’est de plus en plus difficile de les contenir. « Ca va être à nous… » Je reste stoïque, sobre. Je sais ce que j’ai à faire. « Je sais. » Les deux premiers charriots disparaissent. District Trois. Technologie. Moi. J’entre dans la lumière. La foule hurle, gronde tout autour de moi, de nous. Applaudit les tributs. Applaudit ces pantins qu’on leur jette sous les feux des projecteurs. Qu’ils vont prendre plaisir à regarder s’entretuer. Dont ils vont applaudir et rire aux morts. Je les regarde, et ils me répugnent. Et plus le dégoût monte en moi, plus mon sourire est éblouissant, plus mes salutations sont gaies, et plus je joue, parade, prétends. Des baisers, à la foule. Des sourires, des clins d’œil, des gestes de la main. Ils doivent m’aimer. Ils doivent m’aimer pour que je vive. C’est pitoyable. Et je souris.
    BOUM. AAAAAAAAAH. Une explosion, des cris. L’agitation, qui règne. Les hennissements. Je me raccroche au bord du chariot. « Qu’est-ce qu’il se passe ?! » Je ne sais pas, je n’en sais rien ! La foule cri. Blake, Blake ! Où est-il ! Où es-tu ! Je saute du chariot, tentant vainement de courir, avec ma longue robe rouge fendue. Pratique, finalement, cette jambe découverte. Mes escarprins grissent sur le sol. Je bouscule, suis bousculée, c’est la débandade. Blake, Blake ! Un pacificateur, devant moi. Je cherche à l’esquiver, je crois, mais je glisse sur le sol, et me retrouve à le pousser vivement, pour me rattraper sans doute. Ne s’y attendant pas, il s’écrase, son casque rebondissant avec un bruit étrange. Je porte la main à ma bouche. « Pa…. Pardon ! Je suis désolée je… » Je vois la jeune femme, faisant rempart de son corps, au sol, protégeant un jeune homme. Je la regarde. Elle me regarde. Je la regarde, blémis. « Je euh… Faîtes attention à vous ! » Geste désespéré. C’est moi qui devrait faire attention. Après tout, c’est moi qui vais mourir dans l’arène. Mon nom retentit derrière moi. Lilly ! Je me retourne, cherche, qui m’appelle. Je cours. Vers la délivrance ? … Vers la mort, certaine. Il n’y a pas d’issue. Il n’y en a jamais eu.



Dernière édition par O. Lilly Williams le Mar 17 Juil - 0:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

◭ SOS : 25
◭ District : Capitole
◭ Arrivée à Panem : 28/04/2012
◭ Double compte : Milan Adamson

MessageSujet: Re: INTRIGUE ◭ Bal de la parade & défilé   Lun 16 Juil - 12:48


Les opales virées sur l'écran géant, je m'impatiente. La caméra ne montre pas autant que je le désirais ma tribute. Elle n'accapare pas la présentation comme je l'avais prévu. On la voit, certes, difficile de passer à côté, mais pas suffisamment à mon goût. Dans la salle des chars, des intrus investissent des lieux. Les yeux ronds, je me détache de l'écran, muette. Qu'est ce que c'est que ça encore ? Des rebelles ? Mais où sont les pacificateurs ? Quelle incompétence. Comment le nouveau dirigeant de Panem, peut-il laisser passer ça ? Je ne comprend pas ce que cherche à faire ces imbéciles, mais ils vont réussir à gâcher la parade. Ils sont si proches des tributes et des spectateurs. Une seule porte les séparent. Elle est imposante. Moderne. Très bien protégée par sa couverture d'acier. Et surtout, fermée à clé. Ils ne pourront pas passer. Impossible de la défoncer. Il n'y a plus qu'à attendre que des pacificateurs s'occupent d'eux. Le reste de Panem n'en sauront rien si ils agissent vite. Mais d'autres rebelles rejoignent ceux déjà présents. Je suis amenée à m'écarter. Si docilement. Le dos contre le paroi froide, j'assiste impuissante à leur petit jeu. Je ne peux pas intervenir. Pas moi. Perchée sur mes talons. La force d'une mouche. Avec un courage inexistant. Je suis réduit. Amoindrit. Humiliée. Je n'aime pas ça. Alors que je m'avance vers la porte, pour montrer à tous que j'existe, un fort et autoritaire ''à terre'' s'infiltrent violemment dans mes oreilles. Les intrus s'écartent. Se jettent sur le sol. Je n'ai pas le temps de comprendre ce qu'il se passe. Mes pieds se décollent de la plateforme. Mon corps est brutalement soufflé par l'explosion. Il vient se heurter un peu plus loin, contre le sol dur. Ma silhouette, cassée, douloureuse, se recouvre de suie chaude. Des débris me brûle par endroit. Mon épiderme hurle de souffrance. Mes muscles raidis, crispés, agonisent. Mes poumons noircis par l'explosion et broyés par ma chute, ne me fournissent plus assez d'air. Devant mes prunelles, les rebelles se précipitent dans le cirque. Ils pourraient me marcher dessus dans leur frénésie. C'est peut-être le cas. Mon corps est bien trop accaparé par les douleurs provoqués par l'explosion. Paralysée, allongée par terre, je me demande combien de temps je vais rester là. Peut-être est-ce ma fin ? Ces Jeux de la Faim allaient faire des morts, mais pas un seul instant je m'étais douté que j'allais faire partie de cette liste.

Des mains se glissent sous mes aisselles. Un pacificateur me remet sur pied. Mes jambes tremblent. Être debout me relance plus vivement ma douleur. Ma vue se brouille. Les renforts arrivent. Un bourdonnement bouche mes oreilles. Sans réfléchir, je me lance dans le cirque. Mes talons butent contre des débris. Les paupières closes par la fumée, j'avance à l'aveugle. Ma tribute. Je dois m'assurer qu'elle va bien. Elle ne doit pas mourir. Pas maintenant. Elle doit remporter ces jeux. Elle le mérite. Je marche. Encore. Une bousculade me fait ouvrir les yeux. Un autre corps heurte le mien. Je crois que j'ai du me casser quelques os en plus. Au milieu de la piste, de la foule paniquée, je hurle son prénom. « Lucy ! » Je prie. Supplie qu'elle vienne me rejoindre. Mon crie ne surplombe pas ceux des autres. Mais peut-être m'a t'elle entendue. Je continue de l'appeler. Ma gorge incendiée me casse la voix. Mes poumons réduisent ma sonorité. Je continue. Lucy. Lucy. Je continue. Encore. Je continue. Lucy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

◭ SOS : 209
◭ District : District 11 Ҩ L'agriculture
◭ Arrivée à Panem : 19/04/2012
◭ Double compte : Adam R. Blackson

MessageSujet: Re: INTRIGUE ◭ Bal de la parade & défilé   Lun 16 Juil - 19:20

« Nous devons nous y habituer :
Aux plus importantes croisées des chemins de notre vie,
Il n’y a pas de signalisation. »
Ernest Hemingway

Ma respiration devenait lente, cet instant d’incompréhension s’apaisant sans que les cris ne cessent. Je n’aimais pas donner l’impression d’être faible, pourtant je paraissais si frêle en cet instant, un sourire serein étirant mes lèvres derrières mes genoux à l’idée de voir ce grand spectacle prit d’assaut, et toute cette beauté abstraite s’anéantir devant mes yeux. L’instinct de survie… Une sensation que les habitants du capitole n’avaient sans doute jamais ressentis jusqu’à ce jour. Pourtant les voir ainsi courir telles des souris prisent au piège retranscrivait cette peur d’être touché par le feu qui consumait peu à peu la grande salle. Je vivais la scène mais mon esprit restait ailleurs, prenant conscience que la mort se resserrait en étau autour de moi à chaque seconde qui s’écoulait.

La main de Sean attrapa la mienne dans une douleur rassurante. Je ne pus m’empêcher de suffoquer alors qu’il me tirait du char, manquant de me faire tomber sous la force et la détermination qu’il employait. Mes os se brisaient sous la pression de ses doigts, cette sensation provenant sans doute de mon imagination. Je lui soufflais silencieusement d’aller doucement, mon murmure se perdant déjà entre les bruits de craquement qui hantaient le lieu sans que personne ne parvienne à les entendre. Ma main se resserra finalement sur la sienne, le goût amer de la poudre dorée sur mes lèvres m’arrachant une grimace pendant que je me mordais la lèvre. Mes jambes heurtaient les corps et les objets éparpillés sur le sol, mon propre corps restant maltraité par la foule en panique. Des hommes criaient des injures en se bousculant contre les autres, mes deux mains s’accrochant alors au bras de Sean de peur de perdre ce contact qui m’empêchait de sombrer dans la torpeur des autres. Etonnement je me sentais plus apaisée que précédemment, plus sereine malgré la peur et l’incompréhension. C’était cette satisfaction intérieur d’échapper aux regards des autres, et à mon propre regard sur mon visage d’or qui ne laissait échapper que mon regard gris comme preuve de vie.

J’inspirais l’air humide et étouffant de la rue comme une libération, relâchant ma prise pour oublier un instant où j’étais. Aucune question n’avait surgis en moi alors que Sean m’avait entrainé jusqu’ici, pourtant à la vue de la bouche d’égout une expression interrogative prit place sur mon visage. Déjà ses mains emprisonnaient celui-ci, son empressement me déstabilisant. Il croyait réellement que j’allais rester seule ici ? Je me réveillais dans ce cauchemar, attrapant ses poignets pour lui faire lâcher prise et ne plus être la gamine apeurée que l’on protège. D’un mouvement je me reculais, retirant les chaussures vertigineuses qui avaient plusieurs fois manquées de me briser les chevilles lors de ma course effrénée, relevant le regard sur Sean en fronçant les sourcils à la vue du sang qui froissait sa peau pailleté.

« Je ne vais pas t’attendre toute la nuit dans une bouche d’égout dégueulasse avec des rats. N’essaye pas de jouer les super héros… »

C’est avec détermination que je m’approchais de lui, me grandissant sur moi-même. J’essayais d’oublier que j’étais folle de vouloir retourner là-bas, consciente que s’il me laissait là, il y aurait peu de chance pour que je le vois revenir. Andréas ayant disparue, j’étais loin de vouloir me recroqueviller seule dans le coin le plus répugnant de la ville. Parlant plus calmement je rajoutais :

« Je n’ai pas envie d’être celle que l’on met dans un coin car elle est incapable d’être utile… Mes motivations ne sont sans doute pas aussi héroïques que les tiennent mais je suis capable de venir avec toi… »


Mon entêtement me désespérait, mes mains s’agrippant aux volants de ma robe avec nervosité. Je finis par rouler des yeux en soupirant, baissant ceux-ci sans attendre de réponse pour finalement déclarer avec un certain malaise.

« C’est débile ce que je dis… Va y je me débrouille... »

Je me forçais à sourire en relevant le regard pour qu’il y voit de la sincérité. Il s’en sortirait sans doute mieux sans moi pour le freiner. C’était peut-être ça qu’il cherchait au fond à faire en m’amenant jusqu’ici…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

◭ SOS : 212
◭ District : 11, l'agriculture
◭ Arrivée à Panem : 17/04/2012
◭ Localisation : Caché dans les hautes herbes

MessageSujet: Re: INTRIGUE ◭ Bal de la parade & défilé   Lun 16 Juil - 20:52



    « Mon cœur tambourinait dans ma poitrine, le sang perlait sur ma lèvre inférieure qui était violacée par la peur et le froid. Elle attrapa mes poignets, se rapprochant de moi de manière à ce que je sente sa respiration saccadée sur ma peau dorée et calcinée par les explosions. Je pouvais encore entendre les cris d’effrois, je revoyais la peur sur tous ces visages, peur qui se reflétait sur la jeune femme en face de moi qui semblait demeurée effarée. Elle ressemblait un petit peu à ma mère, le jour de la Moisson, lorsque mon nom est sorti du bocal. Elle m’expliqua alors qu’il était inutile d’être un héro, qu’elle refusait rester seule ici et désirait m’accompagner dans ce que j’appelais le combat contre la mort. C’est alors que je pris conscience de mon incompétence, de mon insouciance. Comment pouvais-je laisser une jeune femme seule près d’un caniveau ? Elle pourrait se faire enlever par un taré, ou un pacificateur, il pourrait lui arriver n’importe quoi. Mais que suis-je bête. Si je l’emmenai avec moi elle pourrait mourir dans la bataille et je ne me le pardonnerais jamais. Mon temps de réflexion intense fut trop long au goût d’Hécate, elle avait pris une décision avant moi et acceptait d’être seule dans cette ruelle sombre et puante. Elle m’adressa tant bien de mal un sourire, je m’approchai pour embrasser sa joue poudreuse, avalant la dorure que j’avais pu aspirer et m’asseyais au sol, adossé au mur, je ramenai mes genoux contre ma poitrine afin de préserver tant bien que mal ma chaleur corporelle et tamponna maladroitement mon nez qui cessait peu à peu de saigner.

    « Je ne suis pas un héro, mais ce que je peux faire de bien c’est rester ici avec toi, je me sentirai plus serein en sachant que tu vas bien »

    J’adressai un sourire à Hécate, si je pouvais accomplir quelque chose de bien en cette soirée c’était bien de rester avec elle, et non pas aller jouer les héros parmi les rebelles comme je l’avais si bien promis. La sûreté d'Hécate me semblait être la chose la plus importante en ce moment précis.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

◭ SOS : 19
◭ District : 5
◭ Arrivée à Panem : 13/07/2012
◭ Double compte : Nope

MessageSujet: Re: INTRIGUE ◭ Bal de la parade & défilé   Lun 16 Juil - 21:46

Le défilé. Un événement important pour tout Hunger Games. Primordial, car c'était durant ces instants que les Tributs apparaissaient enfin aux yeux de tous les habitants du Capitole. Déterminant car c'était durant cette unique soirée que les sponsors choisissaient quels tributs emporteraient leurs faveurs et obtiendraient des cadeaux de leur part dans l'arène. Aussi devions-nous être irréprochables sous tous rapports. Parfaits. Et pour cela, Loki et moi pouvions compter sur notre styliste. Alayna Tomàs. Cette femme était une véritable déesse dans son métier, capable de sublimer même l'adolescente banale que j'étais. Un regard sur ma tenue me le confirma: mes cheveux paraissaient rougeoyer, sous une couronne en métal semblable à la tenue somptueuse dont on m'avait habillée après avoir couverte ma peau d'une fine poudre argentée. La tenue en elle-même était constituée d'un bustier, d'un pantalon et de bottes en cuir. Tout cela également comme recouvert d'argent bien entendu. Même si m'occuper de mon physique n'avait jamais vraiment été ma plus grande priorité, je me trouvais belle. Belle comme jamais je ne l'avais été. Mais le moment était enfin venu de parader, d'éblouir les Capitoliens, de leur laisser un souvenir marquant de notre passage au cas où nous ne serions bientôt plus que des boîtes en bois renvoyées dans nos districts pour que nos familles puissent nous pleurer.

Le bruit était assourdissant, l'ambiance étourdissante, mais je me pris à aimer ça. Voir les regards de nombreux Capitoliens s'accrocher à moi me grisait. Et encore plus quand je me vis sur l'écran geant. Rectifications, je n'était pas simplement belle, j'étais...Aucun mot ne me semblait assez fort pour décrire la flamme argentée qui paradait avec fierté sur le char tiré par deux chevaux blancs comme la neige la plus pure, couronnée d'une couronne en métal qui semblait parcourue d'électricité sous la lumière des projecteurs. Je ressemblais à une étoile filante, ce qui ne pouvait pas être plus vrai puisque tel le passage de cet astre dans le ciel étoilé, mon propre passage dans l'arène des jeux pouvait être tout aussi bref. Aussi bref que brillant, du moins pouvais-je l'espérer même si tout dépendait de moi. Mais soudain, tout l'univers que cette parade m'avait permis de créer vola en éclats comme un rêve qui meurt sous les rayons du soleil au petit matin: les cris de joie des habitants du Capitole se changèrent en cris de terreur suite à plusieurs petites explosions pendant que de nombreuses personnes envahissaient la piste. Et je n'avais pas besoin d'une intense réflexion pour reconnaître les rebelles. Eux seuls pouvaient oser s'attaquer au Capitole peu avant le début des Jeux alors que la seule issue possible pour eux était la torture ou la mort. La piste fût bientôt couverte d'une multitude de débris et je sautais à temps de mon char pour éviter d'être broyée quand les chevaux s'emballèrent avec violence. Mon bras émis un bruit inquiétant quand je tombais en plein sur lui mais je fis abstraction de la douleur qui le parcourais en entendant une voix crier mon prénom au loin. Alayna, c'était elle. Elle aurait pu partir, s'échapper du cirque en feu, mais elle était restée. Pour moi. Bien qu'avec difficultés, je traversais la foule compacte des gens totalement paniqués et, c'est peut-être idiot, mais je me jette à son cou en manquant de me mettre à pleurer de joie en la voyant. Nous devons toutes deux former un beau tableau, aussi décoiffées l'une que l'autre, ma couronne depuis longtemps perdue au milieu de l'agitation, et le visage noirci par la fumée qui s'amoncelle mais je ne perds pas de temps et la soutient en voyant qu'elle était loin d'être au mieux de sa forme. Je me tendis en voyant quelqu'un nous rejoindre mais et fût soulagée de voir qu'il ne s'agissait que de la Tribut du District 3 qui s'accrocha à la main d'Alayna. Je croisais brièvement son regard, où inquiétude et colère s'entremêlaient, et compris que nous pensions toutes deux à la même chose: sortir d'ici.


HJ: Message modifié pour inclure les "retrouvailles" entre Lilly et Alayna.


Dernière édition par Lucy "Foxy" Song le Mar 17 Juil - 12:12, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

◭ SOS : 209
◭ District : District 11 Ҩ L'agriculture
◭ Arrivée à Panem : 19/04/2012
◭ Double compte : Adam R. Blackson

MessageSujet: Re: INTRIGUE ◭ Bal de la parade & défilé   Lun 16 Juil - 22:12

« L’avenir est un présent
Que nous fait le passé. »
André Malraux

Je ne pus m’empêcher de me raidir en sentant son baiser, ressentant malgré moi une sorte de dégoût que j’aurai voulu faire taire. Mes mains restaient crispées sur le tissu de ma robe, à deux doigt de le percer des ongles. Etrangement je ne fis rien, le laissant faire sans avoir cette peur enfouis qui refaisait surface. Je fermais les yeux, inspirant profondément jusqu’à sentir l’étouffement du vêtement qui compressait mon ventre. Sa présence était pourtant toujours présente, mes paupières se rouvrant sur sa silhouette sombre. Je ressentais un certain soulagement à ne pas me retrouver seule, et en même temps de la culpabilité à l’avoir inconsciemment amené à changer d’avis. Je laissais mes doigts tombées de leur prise, mes bras à l’abandon dans leur chute contre mes hanches. Que fallait-il faire ? Cette panique me semblait rimer à rien. J’aurai suivit Sean par stupidité dans la foule sans pour autant savoir ce qu’il avait l’intention de faire. Je n’osais pas même lui demander, écoutant le chaos étouffé tout en restant ailleurs. Ses paroles me semblaient lointainement déplacées alors que j’imaginais que la lâcheté prenait part de nous et que nous avions un plus grand devoir que d’attendre dans notre obscurité. Je ne voulais pourtant voir comme solution que la fuite. Une fuite qui serait pourtant vaine avec le nombre incalculable de pacificateurs qui devaient arpenter les rues pour faire de cette horreur, une terreur encore plus grande.

Avec un sourire je finis par m’approcher de Sean, appuyant mon dos contre la paroi humide pour lentement glisser contre et prendre place à ses côtés. Mes bras dorés reflétaient la lumière la lune qui se frayait un passage au travers de la fumée qui s’évaporait dans le ciel. Je me sentais sale de cette poudre qui tâchait ma peau, de ce maquillage qui masquait mon visage et de cette robe à la fois trop légère et encombrante. J’étais parcourue de frissons imperceptibles sous le contact avec le sol, protégeant comme je le pouvais mes jambes du sol glacial.

« C’est surtout que tu ne peux pas grand-chose à ce qui se passe à l’intérieur. Et puis… Que je meurs ici ou dans l’arène il n’y aura pas de grande différence... »

Je tournais la tête vers lui en me mordant la lèvre, observant sa blessure avant d’arracher un bout de ma robe et de lui tendre pour son nez. Mon regard se détournant ensuite, mes mains frottant mes bras doucement pour oublier l’humidité de la rue. J'étais désormais calme, apaisée de ne plus ressentir ce stress, de ne plus entendre les cris bourdonner dans mes oreilles. Même ma voix avait faiblit, presque silencieuse dans les échos qui émanaient de l’intérieur.

« Il y en aura forcément un de nous qui mourra… Alors cesse d’éprouver de la compassion… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

◭ SOS : 43
◭ District : District 3 - Technologie
◭ Arrivée à Panem : 15/07/2012
◭ Double compte : Non
◭ Localisation : Dans un recoin, à regarder la lune

MessageSujet: Re: INTRIGUE ◭ Bal de la parade & défilé   Mar 17 Juil - 11:32

    Mes talons frappent le sol alors que je tente de me faufiler entre les gens, pour le rejoindre. Là, devant, je le vois. Je crois que je le vois. Je le sens. Tentative désespérée pour le retrouver, tentative avortée. Bousculée, de toute part. Un rebelle qui m’attrape par le bras. Je pousse un cri, manque de tomber, me laisse porter, ne comprenant pas ce qu’il se passe. J’ai les cheveux devant les yeux. Un bruit de tissu déchiré, je baisse les yeux vers mes pieds tremblants, dont je semble n’avoir plus le contrôle. Quelqu’un a marché sur ma robe. Déchirée. Merde. Le rebelle me cri des choses que je ne comprends pas. J’ai les oreilles qui sifflent, la vue qui se brouille, la tête qui bourdonne. Je ne sais même plus mon nom. Je cours, derrière lui, en criant le nom de Blake. Blake, Blake ! Sauve moi ! Rejoins moi ! Fuyons ! Sauve moi, viens m’aider. Je ne sais pas. Est-ce un sauvetage ou un kidnapping, je ne sais pas, ne sais plus. Mais la course s’achève, brusquement. Devant nous, des pacificateurs. Choc violent, vif, rude. Le rebelle s’écroule sous le coup vif du Pacificateur. Leurs yeux se tournent vers moi. Hésitation. Je suis une tribute. Je courrais derrière un rebelle. Je les regarde, terrifiée. Mes jambes tremblent, et ma poitrine comprimée dans ma robe est douloureuse. Respiration saccadée. Mes cheveux sont décoiffés, sur mes joues diaphane, mon maquillage ne ressemble plus à rien. Je recule, et suis brusquement projetée en avant. Je m’écroule sur le sol, à leur pied. Mais ils n’ont pas le temps de s’occuper de moi, de me relever, ou de m’anéantir, leurs yeux sont attirés ailleurs : ils doivent aller faire leur boulot. Protéger le Capitol, protéger le président, et mater les rebelles. Ecroulée, à terre, je me replie sur moi-même, pleurant en silence. La peur, la douleur, tout ça se mêle en moi. Je gémis : on me rentre dedans, on bute sur moi. Je gémis, me replie plus encore. J’appelle Blake, d’une voix faible, mon père. Morte écrasée par la foule ? Quelle tribute pitoyable je fais là. Je ferme les yeux, et adresse une prière muette à je ne sais quelle force supérieure. La suite, je ne sais plus. Je sens encore deux bras qui m’attrapent, me soulève, me remettent sur mes pieds. Un visage devant moi, des mains qui viennent essuyer mes joues « Est-ce que ça va ? », articulent ses lèvres. Je hoche la tête, non ça ne va pas, mais je suis une Tribute, je suis forte. Je ne comprends pas ce qu’il dit, je ne sais pas, ne saisit pas le sens de ses paroles. Ses lèvres bougent, je les regarde, hypnotisée, cherchant à mettre de l’ordre dans mes esprits. Un mot, un geste, je le suis des yeux, le regarde s’éloigner, le cœur débordant de reconnaissance. Et puis une voix. Une voix qui résonne. « L…y » Je tourne la tête, une décharge électrique parcourant mon corps, alors que je reconnais cette intonation, ce cri, je reconnais ces octaves. Mes yeux s’ouvrent ronds, et puis, je me dis que c’est normal. Ce n’est pas moi qu’elle appelait, je le sais. Mais j’ai besoin d’aller vers elle. Hagard, je passe une main sur mon visage, perdue, au milieu de la foule. Les gens me bousculent, je tangue, vers la droite, la gauche, en avant et en arrière, et je scrute cette foule dense, compacte. Des Pacificateurs. Des rebelles. Des citoyens du Capitol apeurés. Et moi, droite, au milieu de tout ça. Je regarde cette mascarade s’écrouler, et je ne pense plus qu’à elle. Je ferme les yeux, me concentre, et me met à courir, ou plutôt boiter, dans la direction que je pense sienne. C’est une chevelure rousse qui attire mon regard. L…y. Lucy. La Tribute du District 5. Et là, dans ses bras, Elle. Ma déesse. Alayna. Je m’avance, d’un pas chancelant. « Ala… » Bousculée, je manque de m’écrouler à terre, me rattrapant à une femme sur ma droite, qui tombe sous le choc de notre collision. Je relève les yeux, mes yeux bleus, perçant. Posés sur son visage. « Alayna ! » Il ne faut pas qu’elle reste ici. C’est dangereux pour elle. Elle risquerai d’être ble… Mon regard glisse le long de son corps, mes pupilles se dilatent, et je sens une bouffée de rage s’emparer de ma gorge. Elle est blessée. Elle est blessée, merde ! J’avance, vers elle, tend la main. « Reste… pas là ! » Il faut qu’elle parte, qu’elle s’en aille, qu’elle aille faire soigner ses blessures ! Mon cœur bat fort dans ma poitrine, et je le regarde. Je ne laisse pas le temps aux souvenirs d’affluer, je ne pense plus qu’à la sortir de là. Il ne faut pas qu’elle soit blessée. Pas elle. Non. Pas elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

◭ SOS : 25
◭ District : Capitole
◭ Arrivée à Panem : 28/04/2012
◭ Double compte : Milan Adamson

MessageSujet: Re: INTRIGUE ◭ Bal de la parade & défilé   Mar 17 Juil - 15:53



Lucy. Lucy. Lucy. Reviens moi. Lucy. Des bras. Ils s'enroulent autour de mon cou. M'étouffent presque. Lucy. Des mèches rousses. Un craquement d'os. Un gémissement refoulé. Lucy. Une larme . Elle roule le long de ma joie noircie. Se perd au milieu des brûlures. Celles provoquées par les débris de l'explosion. Celles qui me défigurent. Lucy. Son prénom s'extirpe de mes lèvres. Encore. Encore. Elle est là pourtant. Sa crinière de feu. Elle me chatouille le nez. Lucy s'écarte. Mes hurlements s'arrêtent. Je vais la sortir de là. Je n'ai pas oublié. Je supporte les déchirement de ma peau. De mes muscles. De mes os. Pour elle. Sa fierté. Son district. Pour sa vie. Mes jambes tremblent. Mes poumons. Ils me font cracher de la suie. Craquer mes côtes. J'étouffe. Mon prénom. Je crois l'avoir entendu. Je reprend le contrôle de ma respiration. Lucy. Elle m'est revenue. Il faut que je la mette en sécurité. Ma vue se trouble. Un peu plus. Le décor tangue. Il est flou. Lucy. Je tend ma main vers elle. Je dois l'éloigner de la foule. Je sens sa paume. Dans la mienne. Sa chaleur. Sa douceur. Ce n'est pas la sienne. Mes prunelles se figent. Une silhouette. Plus grande. Plus claire. Une crinière dorée. Ce n'est pas Lucy. Je reprend mes cris. Je l'appelle. On me l'a enlevé. Volé. Arraché. Elle est repartie. « Reste… pas là ! » Le bourdonnement, toujours présent, ne m'empêche pas de reconnaître cette voix. Ma poupée. Ma poupée. Mes opales glissent. Le long de son corps. Toujours élancé. En porcelaine. « Ta robe .. Ta robe. » Elle est déchirée. Simple. Grossière. De la main d'un amateur. « Enlève ça. » Tout de suite. Ce n'est pas pour elle. Lilly mérite mieux. Ma poupée. Ma jolie poupée. Elle mérite mieux. Elle n'est qu'une étrangère. Une jeune femme qui a trahit le Capitole. Mais elle mérite mieux Une autre larme. Mon épiderme qui hurle. Ma tête. Elle me fait mal. L'explosion n'a épargné aucune parcelle de mon corps. Ma robe trouée par les débris incandescents. Elle ne ressemble plus à rien.

Lucy. Je me remet à crier son nom. Je ne la vois plus. La douleur me fait perdre la tête. Mes idées s'embrouillent. Mon esprit ne raisonne plus. La logique, la conscience, le jugement, le discernement, ils ont été soufflés en même temps que mon corps. L'explosion m'a tout pris. Il ne me prendra pas ma tribute. Ni ma poupée. Mes mirettes retrouvent la chevelure rousse de Lucy. Je m'efforce à retrouver des pensée ordonnées. Je ne peux pas me laisser aller. Pas maintenant. « On s'en va. » Je m'élance. Je ne peux pas courir. Mes muscles me l'interdisent. Je marche. Je titube. Lucy. Lilly. Je perd la tête. Aidez moi. Il me faut de la chirurgie. Refaire ma silhouette cassée. Carbonisée. « On s'en va. »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

◭ SOS : 19
◭ District : 5
◭ Arrivée à Panem : 13/07/2012
◭ Double compte : Nope

MessageSujet: Re: INTRIGUE ◭ Bal de la parade & défilé   Mar 17 Juil - 19:22

« -Reviens...Reviens en vie petite soeur...S'il te plaît... »

« -Je te le promets... »
, soufflais-je pour moi-même quand la voix de Deeks, mon frère bien-aimé, résonna dans ma tête. Celle-ci était aussi faible que forte, si forte que ne pas lui obéir me semblait impossible. Suppliante et injonctive. Oh Deeks, je voulais tant le revoir. Quitter cet endroit, retourner chez moi, dans mon District pour retrouver l'amour de mon foyer pour me fondre dans les bras protecteurs et chaleureux de mon frère. Nous pourrions fuir, tenter de trouver un endroit où vivre librement. Loin du Capitole et sans les chaînes avec lesquelles il dominait Panam. Mais ce rêve insensé, cette idée complètement folle...Cela nous était interdit. Nous ne pouvions pas fuir. Je ne pouvais pas. Ma seule chance de retrouver mon âme-soeur était de sortir saine et sauve de cet enfer de débris, de hurlements et de flammes, de participer aux Jeux et de les remporter. Alors l'espoir de retrouver mon frère me serait permis. Danger. Ce mot tournoyait à toute vitesse dans mon esprit, encore et encore, comme une tornade impossible à stopper, tandis que je regardais autour de moi en tentant de trouver une issue pour que nous puissions sortir sans plus de dégât. Car la situation était urgente. Non pour moi, malgré une importante brûlure sur la jambe gauche suite à la chute d'un débris, mais pour Alayna. Je n'étais pas médecin mais je n'étais pas idiote au point de ne pas voir qu'il lui fallait être soignée d'urgence en vue de ses multiples brûlures et l'état d'agitation dans lequel elle se trouvait. Pourquoi, pourquoi ces rebelles avaient-ils attaqués ?Bien sûr, sauver les Tributs d'une mort certaine était sans doute le but de cette action désespérée mais avaient-ils seulement conscience de précipiter leur propre fin ?Mais la mienne ne devait pas se dérouler ici. Certainement pas dans ce cirque. Mais bien au contraire au sein de l'arène ou aux cotés de Deeks, de la paisible vieillesse. Pas ici, pas ici, pas ici. « -COURS ! » hurla Deeks dans ma tête, à qui j'obéit. Ma styliste. Alayna. La mettre à l'abri est primordial. D'elle dépend ma survie. Assurer la sienne d'abord. Nous enfuir d'ici, de cet endroit qui empeste la mort encore un peu plus à chaque instant qui passe tandis que les flammes consument avec toujours plus de violence tout ce qui ce trouve sur leur passage. Nous enfuir, suffisamment loin pour sauver nos vies, mais rester au sein du Capitole pour ne pas sembler vouloir le fuir. Soigner nos blessures avant d'entrer dans l'arène, du moins l'autre tribut et moi. Avec un peu de chance, cela nous vaudra une certaine indulgence de la part de l'ensemble des Juges dans l'arène. Qui sait ?Personne ne peut deviner...Mais par où, comment sortir ?Quel chemin prendre pour retrouver l'air libre ?Je ne peux et ne veux mourir ici. Pas ici, pas dans cet avant-goût de ce qui m'attend, peut-être, dans l'arène. Certainement pas. J'espère que l'autre tribut - j'ignore son nom et ne veux le connaître - a une idée pour sortir de ce cauchemar éveillé. Une alliance temporaire pour sauver ma styliste avant que l'arène ne nous force à nous entretuer...


Dernière édition par Lucy "Foxy" Song le Mar 17 Juil - 21:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

◭ SOS : 212
◭ District : 11, l'agriculture
◭ Arrivée à Panem : 17/04/2012
◭ Localisation : Caché dans les hautes herbes

MessageSujet: Re: INTRIGUE ◭ Bal de la parade & défilé   Mar 17 Juil - 20:36




    « Un jour une personne m’a dit que l’amour était éphémère, je n’y croyais pas, mais c’est une fois assis là, sur ce sol caillouteux et glacial, que je commençai à y remédier. Loin des yeux, loin du cœur, je n’y croyais pas non plus, mais peu à peu le visage de Sarah s’effaçait de ma mémoire pour être remplacé par une forme flouté, la silhouette d’une autre femme. Je refusai simplement d’admettre que Sarah était partie pour toujours, et que mon cœur commençait à battre pour se qui me semblait être quelqu’un d’autre. Je regardai la lune et sa beauté, tentant de chasser ces étranges pensés de mon esprits encore troublé. Hécate tentait de se convaincre elle-même en me disant que de toute manière je n’aurai rien pu faire là-bas. J’eus un sourire en coin, dieu merci elle ne savait pas encore que j’étais dans la magouille. Elle me tendit amicalement un pan de sa robe déchirée pour que je puisse effacer les dernières traces de notre course effrénée vers la survie, je lui adressai un sourire béat, touché par son geste. Cette fille qui avait un aspect si froid, si hypocrite pouvait s’avérer une toute personne en ma présence. Seulement mon sourire disparu bien vite lorsque la vérité me rattrapa au grand galop.

    « Il y en aura forcément un de nous qui mourra… Alors cesse d’éprouver de la compassion… »

    Mon cœur manqua un battement, cette petite étincelle, ce brin de vie, cette lumière d’espoir c’était lâchement effondrée en ces quelques paroles. Peut-être que la jeune femme avait peur des jeux ou je ne sais pas. Je regardai le gravier, pas la peine de me voiler la face, Hécate ne me considérait même pas comme un ami, juste comme un tribut, un homme à éliminer pour sa propre survie. Alors que moi si je meurs ma mère touchera de l’argent et pourra nourrir mes frères, avec la mort de mon père nous avions reçu un peu d’argent et si je meurs elle en recevra encore plus. Je sais que je vais mourir, je dois mourir, pour la vie de mes frères. Je regardais la jeune fille dorée et la consolais d’un sourire, je ne savais pas quoi faire d’autre, elle n’était pas le genre de fille à se laisser border d’un câlin affectif et d’une caresse dans les cheveux, j’en eu un léger pincement au cœur d’ailleurs, parce que c’était ce que je faisais avec ma mère. Je lui répondis simplement.

    « Hécate, je sais déjà qui vivra et qui mourra. J’espère juste ne pas me sacrifier pour rien »

    J’appréhendais déjà sa réaction, je l’imaginais déjà me dire que je n’avais pas à dicter sa conduite, qu’elle était assez grande pour se débrouiller toute seule, mais là où nous allons personne ne peux se débrouiller seul, je sais que je n’aurais droit ni à de la compassion ni même à des remerciements de sa part, mais étrangement je me sentais obligé de le faire. Un lien nous unissait, seulement je ne voulais pas encore déterminer sa nature, pas maintenant.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ADMIN - Burn out

◭ Age du joueur : 22
◭ SOS : 467
◭ District : Un
◭ Arrivée à Panem : 12/04/2012
◭ Double compte : Amelya L. Kennedy
◭ Localisation : Je ne sais plus trop où je suis...

MessageSujet: Re: INTRIGUE ◭ Bal de la parade & défilé   Mar 17 Juil - 20:45





J’étais paniqué. Tout le monde se bousculait autour de moi. Je ne savais plus quoi faire. Je cherchais quelqu’un des yeux. Quelqu’un qui pourrait m’aider. Mais je ne savais pas qui se passait. Il y avait ce boum et puis tout à coup la panique a commencé. Je tombe sur le regard de Milicen. Oui, je vais aller la voir. Mais je ne peux pas abandonner Blake. Je le regarde et lui dit un simple « Suis-moi. » J’espère réellement qu’il va m’écouter, mais sinon, c’est à lui de voir. Je débarque à toute vitesse de mon char. Je ne peux pas rester là à rien faire, pas vrai ? Je rejoins Milicen le plus rapidement possible. Je vois des Pacificateurs partout, je ne veux pas qu’ils viennent me voir. Non, je ne veux pas.

Malheureusement, quelqu’un me prend par le bras. Je lui cris à tue tête qu’il me fiat mal, mais il ne semble pas m’écouter. Peut-être qu’ils veulent me faire du mal. Non, personne ne peut faire du mal à un tribut, sinon, je ne serai pas en mesure de me battre dans l’arène. Pourtant le Pacificateur semble obstiner et me tien d’une poigne de fer. Je n’ai donc pas le choix. Je le mords si fort que son sang commence à couler de son bras. Il me lâche bien entendu. J’ai son sang à la bouche. Le goût est salé, amer, c’est dégoutant. Je ne me retiens pas pour cracher par terre. Je ne vois plus personne que je connaisse autour de moi. Je cours, pourtant. J’y mettrais ma vie pour fuir d’ici. Pour la première fois de mon existence, j’ai peur. J’ai peur qu’il arrive quelque chose de grave. J’ai aussi peur de mourir. Je ne sais pas pourquoi cependant…

Tout le monde me pose d’un côté et de l’autre, moi je tremble et je suis figée sur place. Je ne bouge pas, je suis complètement immobile. Je vois cependant tout autour de moi. C’est quand j’aperçois mon mentor que je sais que tout va bien aller après. Je cris son nom, en espérant qu’il va venir me rejoindre. « ADAM ! » Je pousse les gens autour de moi, je m’élance vers lui. Quand je suis assez près pour qu’il m’attende, je lui dis : « J’ai perdu Blake de vue, je ne sais pas où il est… Qu’est-ce qui se passe ? »




___________________________________________________________

♠️♠️♠️
Ce qui me touche, c'est toi, et le bruit de tes pas, ce qui fait mal, c'est toi, quand tu es loin de moi. C'est pour ça que tu dois partir. Me laisser seule. Car je suis forte et ma vie n'a point d'importance à comparer à la tienne. Cours cours ! Va ! Et je m'attends pas. Car je serai à jamais loin de toi. Mais avant je dois te dire quelque chose... Je t'aime.

♠️♠️♠️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

◭ SOS : 209
◭ District : District 11 Ҩ L'agriculture
◭ Arrivée à Panem : 19/04/2012
◭ Double compte : Adam R. Blackson

MessageSujet: Re: INTRIGUE ◭ Bal de la parade & défilé   Mar 17 Juil - 22:36

« Le meilleur de la vie se passe à dire
"Il est trop tôt" puis "il est trop tard". »
Gustave Flaubert[/size]

Mes doigts se frayaient lentement un chemin entre les graviers, des frissons glacés les parcourant pour s’échapper dans mon bras. Je n’osais regarder Sean, réfléchissant à ses paroles en silence. Quelque part j’aurais aimée avoir la force de lui en vouloir. Lui en vouloir pour son inconscience, pour la sympathie qu’il semblait éprouver à mon égard. Mais je ne pouvais ignorer cette forme de chaleur qui me berçait à l’idée que je n’étais pas si seule que je pouvais le croire. Au fond j’avais construit cette solitude dans le seul but de me protéger du reste du monde, de ces regards qui paraissaient connaitre mes peurs et que je redoutais. Mais ces barrières se brisaient chaque jour un peu plus, m’effrayant aussi bien qu’elles me libéraient de la mutilation que je m’infligeais. La souffrance était bien trop abstraite pour que je puisse y échapper, malgré tout je souriais, soupirant paisiblement en prenant conscience que je me sentais bien ici, malgré le froid, les cris, la sensation malsaine que m’inspirait la ville… Comme si je réussissais enfin à voir le bon côté des choses, la seule lueur qu’il nous restait avant de voir notre avenir s’assombrir définitivement. Les derniers jours des condamnés comme diraient certains.

« Arrête de dire n’importe quoi Sean. »

Mon sourire s’étira un peu plus, une fausse moquerie émanant de ma phrase. Je détournais la tête du sol humide pour enfin affronter son regard, sombre dans l’obscurité, lumineux sous la lumière du ciel. Je ne parvenais pas à atténuer la froideur que je laissais paraître envers lui, les quelques preuves de mon attachement passant inaperçues. Il ne me connaissait pas assez pour le comprendre, mais j’espérais qu’il finirait par comprendre la valeur de ce que je lui offrais inconsciemment, aussi insignifiant puisse-t-il paraitre.

« Ça ne sert à rien de parler de ça. Autant profiter du peu de temps qu’ils nous laissent… »

Ma voix avait faiblit aux dernières syllabes, marquant la mélancolie que je pouvais éprouver à l’idée d’avoir vu toute la noirceur du monde sans jamais être parvenue à voir ce qu’il y avait de bien. Le lieu me pesait un peu plus à chaque seconde, ma peau parcourut des effets du vent qui la fouettait. Je soupirais en rapprochant à mon tour mes jambes contre ma poitrine, appuyant mes lèvres contre mes genoux pour y souffler mon air chaud. Je glissais ma main droite dans mes cheveux, détachant la tresse qu’Andreas m’avait soigneusement faite pour les laisser retomber autour de mon visage poudré.

« On fait quoi ? »

Le froid se faisait chaque fois un peu plus intense, mon corps tout entier répondant à la fraicheur de la nuit pendant que je faisais mon possible pour profiter de la chaleur que laissait échapper mon corps. Je priais pour que la nuit se termine enfin, pour retrouver la chaleur de mon lit et ne plus penser à cette soirée absurde. Nous étions pourtant bloqués ici, incapables d’imaginer le chaos qui régnait à l’intérieur. Je tentais d’oublier celui-ci, m’appuyant sans un mot contre le bras gauche de Sean, les yeux rivés pensivement devant moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

◭ SOS : 16
◭ District : 1
◭ Arrivée à Panem : 16/07/2012
◭ Double compte : Hécate D. Winslet

MessageSujet: Re: INTRIGUE ◭ Bal de la parade & défilé   Mar 17 Juil - 23:38

On attends pas Adam ?


Adam observait les chars avec malice, son manque de raffinement l’empêchant d’admirer les lieux du capitole comme il se devait. Son mauvais goût l’avait même amené à se demander si ses tributs avaient une réelle chance d’attirer des regards favorables avec leurs tenues de cirques. Il avait bien proposé à la styliste d’envoyer ses deux protégés nus en prônant l’efficacité de la nudité mais il n’avait réussis qu’à attirer les foudres de celle-ci en critiquant son « art ». Le mentor avait tout de même eu la présence de retenir son fou rire en voyant des fleurs poussées dans les cheveux de sa tribut, gardant tout de même un rictus expressif pour faire rager l’auteur de cette coiffure. Tout s’était déroulé favorablement, le calme masqué par l’agitation dans les coulisses marquant le début de la parade. Adam avait finalement encouragé Heaven et Blake avant de suivre le mouvement qui le séparerait des deux adolescents et lui permettrait d’admirer leur entrée. Fièrement il ne regardait qu’eux, une pointe d’anxiété naissant en lui à l’idée que quelque chose ne tourne mal. Cela faisait des années que personne n’avait foulé cette carrière pour y représenter son district, et en tant que mentor du numéro un, il restait hypnotisé sur l’entrée de son char, ce sourire toujours présent sur ses lèvres.

Son regard ne s’attarda que très furtivement sur les autres chars, sa main droite se tendant déjà pour attraper un verre d’alcool qui trainait par là. Mais celui-ci atteignit à peine ses lèvres qu’une secousse fit trembler la boisson contre la bouche du mentor. Fronçant les sourcils il tourna la tête vers le spectacle, une curiosité dérangeante animant ses pupilles en même temps que son amusement grandissait. La petite fête ne s’annonçait pas si ennuyante que ça après tout, et puis maintenant que le char de ses tributs avait eu le temps de faire son entré, il ne pouvait que se féliciter d’assister à une telle mascarade. Il termina son verre d’une traite, s’élançant sans empressement jusqu’au lieu de la tourmente pour y retrouver ses tributs. Adam comprit malgré tout en voyant l’ampleur du désastre qu’il serait plus difficile qu’il n’y pensait de retrouver ses protégés. Mais d’un côté ce ne serait pas difficile de voir un jardin sur pâte au milieu de cette foule. Se brandissant sur ses pieds il scruta l’horizon, cherchant un visage familier au milieu de toutes ses personnes qui s’affolaient. Se raclant la gorge il finit par s’exclamer mélodiquement :

« Heaven ? Blake ? Les enfants ! »

Sa voix ironiquement maternelle ne parvenait pour autant pas à se frayer un passage parmi le brouhaha du lieu. Il prit une grande inspiration en se grandissant sur lui-même avant de s’avancer d’une démarche faussement ironique vers les chars, bousculés par la foule qui s’éparpillait dans la salle sans pour autant perdre de son calme. Ca l’amusait toujours autant de se retrouver dans de tes circonstances. Il aperçut quelques mentors courir après leurs tributs, les siens restant toujours hors de sa vus. Une voix familière retentit alors à quelques mètres de lui, l’appellation de son nom l’invitant à se tourner vers celle qui l’acclamait ainsi. Heaven s’élançait vers lui la bouche ensanglantée, prête à faire le remake d’un film cannibale. Adam haussa les sourcils de surprise, écoutant ses mots avec attention sans pour autant y répondre.

« C’est charmant cette petite touche de pourpre tiens… ! »

Il n’attendit pas de réponse pour la prendre par le bras et l’entraîner un peu plus loin à l’abri du mouvement perturbé de la foule. Il cherchait toujours du regard son deuxième tribut tout en s’estimant heureux d’en avoir retrouvé un sur deux. Sans compter qu’il ne serait pas difficile de retrouver le jeune Blake vu la touche qu’il avait. Mais ça ne restait que des paroles. Il répondit aussitôt après avoir amenée sa tribute à l’abri.

« Apparemment y a des petits malins qui décident de se rebeller. Mais ça met un peu d’ambiance tu ne crois pas ? Et puis Blake ne doit pas être pas loin. »

On avait vraiment l’impression qu’il prenait ce qui se passait à la légère, gardant pourtant Heaven sous sa protection comme conscient du danger qu’ils pouvaient courir. Mais ce qui l’inquiétait désormais restait la disparition de Blake. Il parcourut rapidement la salle du regard pour se pencher vers sa tribute avec un sourire qui se voulait rassurant.

« Alors. Un bobo quelque part ? »


Dernière édition par Adam R. Blackson le Mer 18 Juil - 0:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: INTRIGUE ◭ Bal de la parade & défilé   

Revenir en haut Aller en bas
 

INTRIGUE ◭ Bal de la parade & défilé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» La Zinneke Parade 2010 !
» Parade militaire 60° anniversaire de la République de Chine
» parade nuptiale hérisson
» Comment baser une intrigue...
» Adrien Goetz : "Intrigue à l'anglaise" et autres livres
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HUNGER GAMES — REAPER :: 
Panem & ses lieux importants
 :: CAPITOLE :: Téléréalité
-