Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 INTRIGUE ◭ Bal de la parade & défilé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage

◭ SOS : 78
◭ District : District 11
◭ Arrivée à Panem : 17/05/2012
◭ Double compte : Aucun
◭ Localisation : Quelque part entrain de vomir, de boire ou de faire des cauchemars

MessageSujet: Re: INTRIGUE ◭ Bal de la parade & défilé   Sam 21 Juil - 11:06



Andreas avait regardé Sean et Hécate partir en courant. Une partie d'elle lui criait de les suivre mais au fond d'elle, elle savait qu'elle n'avait rien à faire avec eux. Ce n'était pas sa place. A vrai dire, elle n'avait plus sa place nulle part dans ce bordel. Elle n'était pas une rebelle, n'était pas un pacificateur. Que pouvait-elle faire ? Elle resta debout, immobile sur son char, paralysée par les cris, par le bruit, par toutes ses choses qui l'agressaient, qui lui donnaient presque envie de mourir. Elle regarda autour d'elle, observa avec terreur la fuite désespérée des tributs et des spectateurs, la lutte des rebelles contre les pacificateurs. Des corps gisaient déjà sur le sol. Elle se demanda pourquoi les rebelles avaient fait ça. Pensaient-ils avoir la moindre chance ? Andreas frissonna. Elle savait qu'ils n'en avaient aucune contre cet effroyable Capitole dont la force implacable les écraseraient sans problème.

Andreas sentit une main qui attrapait son bras. Elle se retourna, pensant voir un Pacificateur. A la place, c'était une adolescente, tout juste sortie de l'enfance, qui tentait de la faire descendre de son char. La jeune femme se demanda pourquoi elle tenait à l'aider comme ça. C'était sûrement une rebelle. Ou alors, elle deavit penser qu'elle était une tribut. Etait-ce réellement important ? Andreas la suivit sans rien dire, laissant cette étrangère l'aider comme elle pouvait. Alors qu'elles posaient le pied au sol, la jeune fille poussa un cri. Un pacificateur marchait vers elle, braquant son arme dans sa direction. Andreas observa la jeune fille, terrorisé, la regardait avec une frayeur non dissimulée. La jeune mentor comprit qu'elle n'avait pas pensé à ça, à la possibilité que quelqu'un essaye de l'arrêter dans sa tentative enfantine de vaincre le Capitol. Elle n'était qu'une enfant, une enfant avec des rêves un peu trop grand pour elle. Alors que le Pacificateur commençait à levait sa main pour abattre sa main sur la petite rebelle, Andreas se glissa entre les deux, le bourreau et la victime, et attrapa le bras du militaire avec toute la délicatesse dont elle était capable. « Ne vous en faites pas, elle est avec moi. ». Mensonge. Mensonge grossièrement déguisé derrière un petit sourire en coin. Bien sûr, le Pacificateur ne se laissa pas tromper, frappant violemment la mentor au visage. Andreas tomba par terre. Sa lèvre saignait. Elle aurait sans doute un bel hématome. Si elle parvenait à survivre. Elle entendit le cri de la rebelle. Elle entendit ses sanglots, ses supplications. Et puis ce fut le bruit sourd d'un corps qui tombe par terre. Andreas suffoquait. Le Pacificateur revint vers elle, la releva sans ménagement. Il avait du la reconnaître, comprendre qu'elle, il ne pouvait pas la tuer. La jeune femme lança un regard en arrière, vit le cadavre de la petite rebelle. Elle déglutit, se retourna vers le Pacificateur qui l'entraînait déjà quelque part, sans doute vers la tour où elle logeait. Andreas sentait le pression de sa main sur son bras. Elle détestait son contact. Elle glissa sa main sur sa cuisse, trouva le couteau qu'elle ne quittait jamais. C'était idiot mais quelque chose en elle voulait venger la rebelle qui venait de mourir, très certainement par sa faute.

Le couteau dans sa main, elle patienta. Si elle tuait le pacificateur au milieu de la foule, un autre le remplacerait à la minute où son collègue serait tomber sur le sol. Elle attendit qu'ils arrivent au pied de la tour des tributs, que la foule deviennent moins importante. A cet instant, elle planta son couteau dans la nuque dégagée du serviteur du Capitol. Elle le regarda tomber au sol avec un mélange de satisfaction et de honte. Elle le regarda se vider de son sang en s'agitant. Sous lui, une flaque rouge ne cessait de s'étendre. Quand il arrêta de tressaillir, elle récupéra son couteau, à présent carmin et courut, courut jusqu'à trouver un ascenseur.

Une fois à l'intérieur, pendant l’ascension jusqu'au onzième étage, elle étouffa un sanglot. Pourquoi sa vie devait-elle être si détraqué ? Pourquoi ne pouvait-elle pas tourner la page ? Les portes s'ouvrirent. Elle était de retour dans ce semblant de chez elle qu'elle occuperait jusqu'à la fin des Jeux. Elle entra avec des petits pas, vit Sean et Hécate en train de discuter. « Dieu merci, vous êtes en vie ! ». Elle avait lâcher cela avec soulagement. Elle n'aurait certainement pas su quoi faire s'ils n'avaient pas été là. Sans cesser de les regarder, comme pour s'assurer que c'étaient bien eux qu'elle avait sous les yeux, elle se dirigea vers la table où ils prenaient leurs repas. Elle attrapa le premier verre qu'elle avait sous la main et versa dedans le contenu de la première carafe qu'elle trouva, sans se soucier de ce que c'était. Elle le porta à sa bouche, but avec précipitation. Le goût sucré et doucereux de la boisson se mélangea avec celui du métallique du sang qui continuait à couler de sa lèvre inférieur, l'infectant avec cette saveur étrange et dérangeante. Elle attrapa une serviette et tamponnant la plaie. Plus tard, elle s'occuperait de la désinfecter. Pour le moment, elle vérifia discrètement qu'aucun de ses tributs n'était blessé. Elle savait que le Capitole les mettraient dans l'arène peu importe leur état et elle ne voulait pas qu'ils aient un désavantage qui affaiblirait encore un peu plus leurs chances. Elle allait se réfugier dans sa chambre quand elle se dit qu'ele devait tenir son rôle de mentor une dernière fois. « Vous devriez aller vous coucher. Révolte ou non, demain débute l'entraînement et je pense que vous en avez besoin. Vu ce qu'il s'est passé ce soir, vous allez avoir besoin d'une bonne note à défaut d'avoir fait bonne impression sur le Capitole. ». Elle aurait voulu être plus crédible. Décidément, elle n'était pas faite pour être mentor. Finalement, elle entra dans sa chambre. En se préparant pour se coucher, elle se demanda s'il se passait quelque chose entre ses tributs. Tomber amoureux était dans leur situation la pire chose qui pouvait arriver. Elle inspira profondément, espérant qu'ils étaient conscient de cela. Enfin, elle s'en chargerait plus tard.

Fini pour Andreas ♪

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ADMIN - Burn out

◭ SOS : 1092
◭ District : Neuf.
◭ Arrivée à Panem : 27/03/2012
◭ Double compte : Alayna Tomàs

MessageSujet: Re: INTRIGUE ◭ Bal de la parade & défilé   Dim 22 Juil - 0:15


Mes phalanges lâchent prise. Raphaël. Léandre crie son prénom. Comme si sa présence réglait tout. Comme si sa vie en dépendait. Comme si je n'existais plus. Je n'ose même pas poser mes prunelles sur la poupée brune. J'ai encore du mal à m'extirper du passé qui nous lie. Visiblement ce n'est pas son cas. Elle a fait ce que j'aurai du faire depuis un moment. Elle a tout oublié. Chassé nos souvenirs. Passé à autre chose. A quelqu'un d'autre. Pourquoi la grossesse de Natalee n'a rien changé de mon côté ? Pourquoi j'accorde toujours de l'importance à cette inconnue surgie de nul part ? A celle qui a débarqué dans mon quotidien en m'apportant tant de désordre et tellement de stabilité. Finalement, je me suis accroché à du vent. Je ne la connais pas tant que ça. Je n'aurai plus l'occasion d'en savoir plus sur elle. Alors que Natalee représente mon passé. Mon présent. Et mon avenir. Elle fait chavirer mon cœur. Bien plus que les yeux de Léandre ont pu le faire.

Je m'écarte. M'éloigne du piège qu'incarne ma coéquipière. Sans un mot. Sans un regard. Raphaël viendra la trouver. Comme dans les films. Peu importe. Elle n'est pas mon problème. Elle ne l'est plus. J'ai promis de pas essayer de sauver sa vie au détriment de la mienne. Je dois retrouver Natalee. Je suis certain de l'avoir vu. Elle n'est pas en sécurité ici. Avec notre enfant. Elle ne doit pas être bien loin, sûrement que … « Tu as vu Milan et Lean ? » J'arrive à entendre sa voix stridente à travers le brouhaha de la foule. Mes opales la cherchent. Pas pour lui courir après. Mais pour savoir dans quel sens me diriger. Pour l'éviter. Cette partisan du Capitole qui se prend trop au sérieux. Elle a réponse à tout, elle croit tout savoir. Mieux que tout le monde. Elle se croit invincible. N'éprouve aucune compassion. N'est qu'une femme perfide, bien trop heureuse de participer comme elle le peut aux Jeux de la Faim. Je la trouve enfin. Je ne suis pas très loin. A quatre-cinq mètres. Pas plus. Avalon me tourne le dos. Une hache à la main. Mais mes mirettes sont attirées par quelqu'un d'autre. Mon palpitant s'arrête. Net. Lorsqu'il comprend de qui il s'agit. Aux côtés de ma mentor se tient ma meilleure amie. Je franchis la distance qui nous sépare. Manque d'écraser un corps. Encore en vie. Le bras ensanglanté. Ce rebelle à deux balles n'a que ce qu'il mérite. Il s'est foutu dans ce pétrin. S'est lancé tête baissé dans un piège. Tout ça pour quoi ? La liberté ? La paix ? Mais quel con. Peut-être que sa blessure le fera réfléchir. A moins qu'il se vide de son sang. Sa mort ne m'affecterait pas. Je le déteste trop pour ça. Par contre, la souffrance qu'éprouvera Adrastée … Mais je n'arrive pas à me réjouir de la voir. De prendre pitié de leur situation. La colère m'aveugle. La rage coule furieusement dans mes veines. « Mais qu'est ce qui vous a pris ? » Elle m'avait promis. Promis de ne pas se mettre dans une situation dangereuse. De rester prudente. Et elle a suivit cet abruti. Cet utopiste lui a fait risquer sa vie. Pour rien. Pour faire mourir des innocents.

Mes doigts agrippent le col de Cameron. Je le fais se redresser légèrement. Pas pour l'aider. Bien sûr que non. Si je pouvais l'achever moi-même, je le ferai. Mais pas sous les yeux de sa femme. « Espèce de con. Tu va finir par tuer Adrastée, imbécile. » Le désir de le voir mourir devient oppressant. Effrayant. Il a changé ma meilleure amie. L'emmène risquer sa vie. Il a presque détruit mon couple. Il a osé toucher Natalee. Ce blondinet va tout me prendre.

___________________________________________________________



    I lost my invitation to the funeral of love

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

◭ Age du joueur : 30
◭ SOS : 100
◭ District : Neuf
◭ Arrivée à Panem : 12/04/2012
◭ Double compte : Aucun
◭ Localisation : District 9.

MessageSujet: Re: INTRIGUE ◭ Bal de la parade & défilé   Dim 22 Juil - 8:20

Aucun son ne semblait parvenir à mes oreilles. Ni les cris des habitants, ni les paroles d’Adrastée qui tentait de me faire ouvrir les yeux. Je ne voulais pas, je ne pouvais pas. Je mourrais là, et tout serait tellement mieux pour tout le monde… Je n’avais pas voulu d’une guerre. Je n’avais pas voulu faire souffrir les gens. Et pourtant, je me retrouvais aujourd’hui face à face avec le monstre que j’avais engendré. Un monstre de haine, de rage, de violence, qui s’il avait été créé par moi uniquement, n’aurait sans doute jamais eu cette forme. Je n’étais pas quelqu’un de mauvais, ni belliqueux. Je voulais sauver des vies. Mais pas les autres rebelles. Eux souhaitaient faire couler le sang du Capitole. Eux souhaitaient sacrifier des êtres humains. J’avais été tellement stupide de leur faire confiance. Et d’ailleurs, quelqu’un était là pour me le rappeler…
Je sentis des mains saisir mon col et me hisser légèrement. Mes yeux se rouvrirent sur ce visage que je détestais tant, mais que je souhaitais pourtant sauver de toutes mes forces. Pour Adrastée, oui, et puis aussi pour Natalee. Elle attendait son enfant. Ce dernier ne pouvait pas grandir sans père, je le refusais. Bien sûr, j’en voulais toujours à la blondinette, et bien sûr, je n’étais plus son ami. Mais je devais faire ça pour elle, c’était plus fort que moi. Je luttais de toutes mes forces avec cette envie irrépressible de détruire ce gosse. Je le détestais. Et c’était réciproque. Peut-être parce que je lui avais « pris » Adrastée. Peut-être parce que Natalee et moi nous étions embrassés. Sûrement parce que Natalee n’avait pas raconté toute la vérité, ou avait tourné l’histoire à son avantage. Lui avait-elle seulement dit que nous n’avions pas couché ensemble ? C’était quelque chose qui me paraissait insensé, l’idée que Milan s’imagine que nous avions fait l’amour. Et pourtant, connaissant Natalee, c’était tout à fait possible. Enfin, je n’avais pas le temps de me poser toutes ces questions. Alors que l’indifférence m’avait submergé depuis plusieurs minutes, je me redressai difficilement, et arrachai les mains de Milan de mon col. Et dire que je faisais tout cela pour lui, cette petite merde égocentrique. Je faisais ça pour que ma femme n’ait jamais à pleurer son meilleur ami, pour que mon ancienne confidente puisse élever son enfant avec quelqu’un. Pour lui, pour elles, uniquement. J’aurais tellement préféré le savoir au fond d’un trou, si ça n’avait tenu qu’à moi…


- Je n’ai pas forcé Adrastée à ve…

Je n’eus pas le temps de finir ma phrase. Son poing vint s’écraser sur ma mâchoire. OK, il pensait peut-être que je l’avais mérité pour avoir embrassé sa précieuse Natalee. Mais lui, n’en méritait-il pas autant, voire davantage ? C’était à cause de lui que tout était arrivé. À cause de ses incartades avec d’autres femmes que Natalee était venue me voir. À cause de sa sélection aux Jeux que ma femme avait perdu le sourire. À cause de cela aussi que j’avais décidé que je le sauverais, au détriment de ma propre vie, alors qu’il ne le méritait absolument pas. Je levai les yeux vers lui, tout en portant une main à ma bouche. Je voulais qu’il souffre. Aussi stupide que cela puisse paraître, surtout à un instant comme celui-ci. Mais il n’avait pas le droit de se victimiser de la sorte, alors que des tas de gens attendaient le retour de leurs enfants, et priaient pour qu’une révolution éclate et les libère définitivement. Je regardai autour de moi, serrant les dents sous l’effet de la douleur. Je reposai mes yeux sur lui après quelques secondes.

- Tu dois tellement aimer Natalee pour être ici, en train de me frapper, plutôt que de la chercher pour sauver sa peau…

Je n’allais pas le frapper. J’avais toujours pensé que les mots étaient bien plus puissants que la violence physique. Si je pouvais lui faire mal avec quelques phrases, c’était beaucoup mieux pour moi. Et puis, pouvait-il me reprocher ce que je venais de dire ? C’était vrai, après tout. Il avait une chance de la revoir avant de partir aux Jeux, une dernière chance. Vu la tournure que prenait la Rébellion, je doutais qu’elle connaisse un franc succès immédiatement. Au lieu de profiter du peu de temps qu’il lui restait, il préférait me casser la gueule. C’était son droit, mais c’était tellement stupide.
Pour la première fois depuis que je m’étais relevé, je portai ma main à mon bras blessé. Le sang en dégoulinait toujours, et je sentais que je me vidais de toute énergie. J’avais besoin de soins urgents. Je chancelai un instant, puis me rétablis. Vas-y Adamson. Achève-moi si tu veux. De toute façon, au point où j’en suis…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ADMIN - Burn out

◭ Age du joueur : 29
◭ SOS : 863
◭ District : Neuf
◭ Arrivée à Panem : 31/03/2012
◭ Double compte : aucun
◭ Localisation : D9

MessageSujet: Re: INTRIGUE ◭ Bal de la parade & défilé   Dim 22 Juil - 12:59

Tout est arrivé si vite. Pas besoin de dire que je suis complètement perdue. Les cris, les larmes, les rires. Tous ces sons se mélangent mais rien ne me parvient. Pas un son familier, rien. Je me sens étrangère, comme si je ne me trouvais même pas ici en cet instant. Et pourtant, je suis bel et bien là. Il me faut vivre et non me laisser tuer. Cela aurait très bien pu arriver si une jeune femme n'avait pas bousculé le pacificateur nous attaquant et si Avalon ne l'avait pas achevé, mettant fin à sa vie et surtout, à son envie de me détruire. J'ouvre une paupière, puis une autre. Ma jeune amie du district 9 se tient désormais devant moi. Elle me propose de l'aide et me demande si j'ai vu Milan et Lean. Je secoue la tête négativement, encore sous le choc. Tout ira mieux dans quelques minutes. Pour le moment, je dois me faire à ce climat de tension et de stress. La mort règne, le Capitole s'amuse avec nos vies. Je ne pourrais en supporter davantage. Nous qui n'avons pourtant rien demandé ! Je ferme les yeux une fois encore et m'accroupi. Je réfléchis. Le corps de Cameron à ma gauche, le reste de la bataille autour de moi. Oh mon Dieu, Cameron ! Mes pensées se remettent en place, une seconde de plus & j'aurais pu perdre la raison. Je me jette sur le corps de mon mari. Il bouge mais il est très faible. Je crie son nom, une fois, deux fois, trois fois. Il ne me répond pas. Non, je ne le laisserai pas mourir ici. Impossible. Il sait lui aussi que me laisser me ferait sombrer dans la déprime. Il doit rester en vie. Je pose une main sur le front de Cameron, me tournant désormais vers Avalon. Elle scrute les horizons, cherchant à nous protéger des futurs agresseurs. Ma voix se fait plus forte afin de couvrir ce brouhaha mais je sais que ma jeune amie a du mal à m'entendre. Avec toutes ces voix qui appellent à l'aide ou qui cherchent amis ou familles, il est difficile de se faire une place.

ADRASTÉE : Par où sont-ils partis, Avalon ?

Milan est là, quelque part. Je le sais, je le sens. Mais sera-t-il là encore longtemps ? Avec tous ces pacificateurs, ces rebelles, il pourrait être blessés. Je me relève, lorsque je sens enfin une présence à mes côtés. Je me tourne, sans un mot. Milan. Il est en vie ! J'aimerais le prendre dans mes bras, lui dire que je suis si heureuse de le voir mais il semble en colère. Il ne comprend sans doute pas ma venue ici même. Il me voit risquer ma vie, alors que j'avais promis. Je m'en souviens maintenant. Mais parfois, il faut rompre ces promesses pour les personnes qui sont importants pour nous. Comme lui, par exemple. Je ne pouvais pas rester à la maison sagement, alors que j'ai une chance de le sauver. Il aurait fait de même. « Mais qu'est ce qui vous a pris ? », hurle-t-il presque. Milan se rue sur Cameron et ses mains agrippent le col de sa chemise. Mon mari se relève bien difficilement, forcé de suivre les mouvements de mon meilleur ami. Un cri de rage sort de ma bouche. Ce n'est pas le moment ! « Espèce de con. Tu vas finir par tuer Adrastée, imbécile ». Voilà que cette guerre idiote entre les deux hommes que j'aime le plus, reprend. Je me tourne vers Avalon, aussi choquée que moi par cette scène. Cameron essaye de se défendre, affirmant à Milan que jamais je n'ai été forcée à venir ici. Mais trop tard, le coup part. En plein dans la mâchoire, là où la douleur sera la plus forte.

ADRASTÉE : Milan ! Milan, arrête !

Si Cameron n'était pas dans cet état, je suis certaine qu'il aurait chargé. Ils se détestent tellement tous les deux. Mais il est vrai que les deux ne se sont pas expliqués, par rapport à cette histoire avec Natalee. Je n'ai pas pu dire à Milan ô combien Cameron est désolé. Mais même si je l'avais fait, il n'aurait pas écouté. Cette histoire lui a donné une raison de plus de le détester. Je ne peux plus supporter leur haine. Je ne peux plus supporter cette ambiance alors que nous sommes tous sur un champ de bataille. Cameron s'adresse désormais à Milan, désirant lui faire mal en lui prouvant une fois encore qu'il n'est pas digne de Natalee. Mon meilleur ami s'apprête à répliquer, mais je me poste entre eux.

ADRASTÉE : Arrêtez immédiatement ! Vous m'entendez ? Fermez-la !

Je ne suis jamais vulgaire, habituellement. Mais là, il le fallait.

ADRASTÉE : J'avais promis, Milan, je sais. Mais je ne pouvais pas rester au district alors que nous avions peut-être la possibilité de te sauver. Je sais ce que tu vas me dire ! Mais comprends-moi. Tu aurais fait la même chose !

Je me tourne désormais vers Cameron. Il saigne, son visage est blanc et il n'est pas loin de se trouver mal. Non, ce n'est pas le moment non plus. Si mon mari tombe, nous sommes perdus. Milan me forcerait sans doute à le laisser, afin de sauver ma vie, qui plus est. Alors par pitié, il lui faut tenir bon.

ADRASTÉE : Ca va aller ?

J'arrache un morceau de ma veste, afin de l'attacher autour de la blessure de Cameron. Il serre les dents, sous la douleur. Je déglutis.

ADRASTÉE : Bien. Il va falloir faire vite ! Plus de bagarre, maintenant. Nous devons tous coopérer pour partir loin de cet endroit ! Peu importe si venir ici était une erreur, nous devons trouver un moyen de nous enfuir. Avalon ?

Je l'invite à nous suivre, persuadée qu'elle me sera d'une aide précieuse. Elle sait se battre mieux que moi et elle pourra toujours assommer Milan et Cameron si ces derniers se disputent encore. Car je suis certaine que mes conseils ne seront pas écoutés. Ils vont forcément chercher à se faire entendre. Comme toujours.

___________________________________________________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

◭ SOS : 63
◭ District : 9 la mentor avec une touche de rébellion..
◭ Arrivée à Panem : 30/04/2012
◭ Double compte : Milicen ♥

MessageSujet: Re: INTRIGUE ◭ Bal de la parade & défilé   Dim 22 Juil - 18:42

C'est la pleine cohue. Je ne sais pas quoi faire. Enfin, si, si je sais qu'il faut que je trouve une personne. Une rebelle, une amie. Une confidente. Adrastrée. Je dois vraiment la retrouver avant qu'un pacificateur s'en prenne à elle. Seulement foncer dans le cirque sans arme c'est pratiquement du suicide, je ne veux pas. Il me faut quelque chose. Je cours dans un couloir adjacent au hangar d'où sont partis les chars. Je trouve rapidement une zone avec extincteur, lance et une hanche. Je brise la petite vitre et je la saisie sans réfléchir. Une hache c'est tranchant, pas besoin de savoir la manier avec une agilité parfaite. Je cours, - oui même en talons - dans le cirque. J'appelle à plusieurs reprises mes tributs sans réponse. J'essaie de trouver mon amie, c'est mon but principal. Je cherche partout, la poussière me fait tousser, j'ai l'impression de brûler à l'intérieur. Mes poumons me démangent.

Je vois alors un pacificateur, il me tourne le dos et semble en pleine action pour tuer une personne. Il se bat avec des gens. Je reconnais la chevelure blonde d'Adra et elle semble en difficulté. Je fonce avant que cet homme ne fasse un geste irreverssible. Hors de question qu'il touche un cheveux d'elle. Je vois en fonçant son mari, Cameron allongé au sol et semble blessé. Je l'entends dire qu'il n'aura aucun soucis à lui passer sur le corps. Ne me voyant pas arriver je lui plante la hache dans le dos. Le voilà en sale posture maintenant.. Il tombe au sol, surement entre la vie et la mort, mais au moins il ne nous causera plus aucun problème. Je regarde Adra, lui demandant si elle a besoin d'aide mais surtout si elle a vu Milan et Leandre. Elle me demande par où ils sont partis, mais le problème c'est que je n'en ai pas la moindre idée. Je regarde autour de nous rapidement.. J'allais lui répondre que je ne savais pas lorsque je le vois débouler sur nous. Milan.. J'ai crus qu'il allait me foncer dessus, jusqu'à ce qu'il voit Cameron au sol. Alors il devient presque comme fou et s'énerve sur le pauvre Cameron déjà bien blessé ! Et bien, si j'avais pu voir un Milan comme ça, il est sûr que là, on aurait pu tirer quelque chose d'intéressant.. mais je ne l'ai jamais vu aussi énerver. Je ne sais pas ce qui se passe mais en tout cas il est furieux. Adra intervient avant moi qui reste un peu sur le cul de découvrir qu'il peut être agressif. Je vois Cameron qui ne va pas super bien et Milan qui en remet une couche. Je fronce les sourcils, Adrastée tente de calmer l'hémorragie qui émane de son bras avec un morceau de tissu provenant de son manteau.

On ne doit pas tarder, et je suis d'accord avec mon amie, les bagarres c'est pour plus tard, je ne sais pas ce qu'a Milan contre Cameron mais ils régleront leurs comptes lorsque nous seront tirés d'affaire. Je sais comment sortir d'ici, je me suis assez baladée pendant la préparation de mes tributs, et je me suis rendue quelques semaines avant aux minis jeux pour devenir leur mentor. Je connais assez bien le Capitol, disons l'enceinte ou nous nous trouvons pour sortir.

- Oui Milan calme tes ardeurs, tu te battras plus tard, ou dans l'arène si on n'arrive pas à sortir ! Mais ça on va éviter.

Je sais pertinemment qu'il ne m'aime pas, j'ignore pourquoi, il pense surement que je suis une pro capitol, mais il ne connait rien de moi, il me juge sans savoir, et puis je l'ai peut-être traumatisé lors des cours de sports que je donnais avant d'être recrutée. En tout cas, là il va devoir se calmer, on doit sortir d'ici avant que le bâtiment ne prenne totalement feu.

- On peut prendre les couloirs des mentors, je suppose. Ils vont jusqu'à une salle de repos lorsque nous attendons les tributs lors de leur préparation. Nous avons une globale. De là on devrait pouvoir sortir d'ici. En espérant de pas croiser d'autres pacificateurs, dans le cas contraire nous sommes plus nombreux. Cameron tu vas tenir le coup ?

Je me tourne vers Milan.

- Elle est où Leandre ? Pourquoi tu n'es pas avec elle ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ADMIN - Burn out

◭ SOS : 1092
◭ District : Neuf.
◭ Arrivée à Panem : 27/03/2012
◭ Double compte : Alayna Tomàs

MessageSujet: Re: INTRIGUE ◭ Bal de la parade & défilé   Mer 25 Juil - 19:55


Mon poing s'écrase contre la mâchoire de Cameron. J'hésite. Un instant. A lui casser le nez. Lui éclater le crâne contre le sol. A glisser mes phalanges autour de son cou. A contempler sa vie s'éteindre sur son visage de con. Une bulle se forme. Elle nous enveloppe. Le blondinet et moi. Plus aucun son extérieur ne me parvient. Les cris ont disparus. La foule aussi. Il n'existe plus que nous deux. Et ce désir brûlant de le tuer. « Tu dois tellement aimer Natalee pour être ici, en train de me frapper, plutôt que de la chercher pour sauver sa peau… » Je n'avais donc pas rêvé. Je l'ai bien vu. Ma poupée blonde. Au milieu de ce merdier. « Parce que tu es venue risquer la vie de Natalee en plus ? » Et celle de mon bébé. « Mais pour quel genre de héros tu te prends ? Crève si ça te chante mais laisse Adrastée et Natalee en dehors de ça. » Une rage incontrôlable tempête. La fureur me raidit les muscles. Mes doigts ne sont plus qu'à quelques centimètres de sa crinière. De sa vie. Il pourrait mourir sur le coup. Si sa tête heurte violemment sur le sol. Je veux le tuer. Je veux que cet abruti meurt. « Arrêtez immédiatement ! Vous m'entendez ? Fermez-la ! » La bulle éclate. « J'avais promis, Milan, je sais. Mais je ne pouvais pas rester au district alors que nous avions peut-être la possibilité de te sauver. » Si ! Évidemment que si ! Ce n'est pourtant pas si compliqué de se tenir tranquille. Mais à quoi pense-t-elle ? Je ne lui demande pourtant pas grand chose. Juste de rester sage. Loin de ces risques inutiles. Et qu'elle ne me fasse pas croire qu'il s'agit uniquement de moi. Cette opération ridicule n'est pas pour les tributes. Ce n'est évidemment pas leur mission principales. Certains d'entre nous pourrait mourir. Ici. Dans ce cirque. A cause de leur caprice. Il ne s'agit pas de nous. Pauvres agneaux condamnés. Non, c'est le président. Et uniquement lui qu'ils essayent d'atteindre. « Je sais ce que tu vas me dire ! Mais comprends-moi. Tu aurais fait la même chose ! » Elle ne comprend donc pas. Elle ne comprend pas que sa vie a plus d'importance que la mienne. Et que la situation n'est pas inversé. On peut l'imaginer. Mais elle n'aura jamais lieu. Elle n'est pas condamnée. Elle a toute une vie devant elle. Il va falloir qu'elle accepte. Qu'elle accepte que je vais mourir. Qu'il n'y a plus aucun moyen de me sauver. « Elle est où Léandre ? Pourquoi tu n'es pas avec elle ? » Elle ne cessera jamais d'être désagréable celle-là. « Elle est avec Raphaël. » Comme si ça pouvait bien lui faire quelque chose. Qu'elle aille bien ou non, ce n'est pas son problème. Qu'elle se rassure, elle aura toujours une tribute à conseiller. A emmener dans les bras de la faucheuse. « Toutes les issues sont bloquées. On a plus qu'à attendre que les pacificateurs capturent les rebelles … » Si seulement ils pouvaient mettre la main sur Cameron ...

___________________________________________________________



    I lost my invitation to the funeral of love

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

◭ Age du joueur : 30
◭ SOS : 100
◭ District : Neuf
◭ Arrivée à Panem : 12/04/2012
◭ Double compte : Aucun
◭ Localisation : District 9.

MessageSujet: Re: INTRIGUE ◭ Bal de la parade & défilé   Mer 25 Juil - 21:11

Je me demandais déjà pourquoi je voulais le sauver. Pourquoi sa vie avait de l’importance. Je le détestais, je le haïssais de toutes mes forces. Milan n’était qu’une espèce de gamin gâté, qui ne se rendait pas compte du mal qu’il faisait autour de lui. Il s’était fait à l’idée de mourir, oui. Et tout se passerait bien après sa mort, parce que la vie d’Adrastée était ô combien précieuse. Mais pensait-il à elle une seule seconde ? Pensait-il à la douleur atroce qu’elle ressentirait en le perdant pour de bon ? Il ne le savait pas et, j’en étais sûr, s’en contrefichait. Tant qu’il ne perdait personne. Tant qu’il était celui qui disparaissait avant tous les autres. Il laisserait les deux femmes les plus importantes de ma vie. Et de la sienne. Mais lui s’en moquait totalement. Alors que je faisais tout pour le sauver, pour qu’Adrastée n’ait jamais à connaître la douleur de perdre son meilleur ami, pour que Natalee élève son enfant avec un père, il me frappait et m’accusait de tout. Étais-je responsable du comportement des deux jeunes-femmes ? Elles étaient comme des étalons. Libres, fougueuses, impétueuses. Elles n’en faisaient qu’à leurs têtes. Même si je l’avais voulu, je n’aurais pas réussi à les canaliser. J’avais appris à faire avec, mais je refusais qu’il m’accuse de tout.

- Je suis venu risquer la vie de Natalee ? Et celle d’Adrastée ? Elles seront heureuses de savoir que tu ne les estimes pas assez intelligentes pour faire des choix par elles-mêmes… Je ne les ai forcées à rien. De toute évidence, je ne peux pas les empêcher de vouloir te retrouver.

« Connard », m’empêchai-je d’ajouter. C’était à cause de lui qu’elles faisaient n’importe quoi. Qu’elles prenaient des risques. Il n’était même pas capable d’admettre sa part de responsabilité. Moi, je savais que j’en avais une. Le fait que je veuille prendre des risques encourageait l’imprudence d’Adrastée. Elle m’avait déjà fait comprendre que me perdre serait pire que de perdre Milan. Mais je ne voulais pas qu’elle connaisse cela. J’avais besoin de ma femme entière, pas de son ombre, déchirée par la mort de son confident. Alors, je me retins de toutes mes forces pour ne pas le frapper. Mes bras étaient en trop sale état de toute manière. Seules mes jambes fonctionnaient parfaitement. Adrastée se dressa entre nous et nous somma d’arrêter. Ça ne tenait qu’à lui. À vrai dire, si elle m’avait demandé mon avis, je l’aurais sûrement tué sur place. Même avec seulement mes membres inférieurs valides, je savais que je pourrais avoir l’avantage sur lui. La douleur du choc passée, je retrouvais une allure presque normale, et ne chancelais presque plus. J’étais prêt à assommer le jeune homme si l’envie me prenait. Et puis, de toute façon, ma femme avait beau lui expliquer qu’elle était venue de son plein gré, je voyais bien qu’il ne la croyait pas. Soit. S’il voulait jouer à ça…
Rapidement, nous réfléchîmes à un moyen de sortir. C’était essentiel, vital même. Nous étions là pour nous en tirer vivants, et non pour mourir dans cet endroit trop propre pour être honnête. Avalon suggéra le couloir des Mentors. Cela semblait une bonne idée. Mais je le savais, les Pacificateurs s’y trouveraient aussi. Même si je pourrais peut-être en faire tomber un, je doutais d’être suffisamment puissant devant une poignée d’entre eux. Sans compter que je voyais mal Milan m’assister. Il n’avait qu’une envie : me voir mourir comme un chien. « Toutes les issues sont bloquées. On a plus qu'à attendre que les pacificateurs capturent les rebelles… », déclara Milan. C’en était trop. Non seulement, nous faisions cela en grande partie pour les tributs – tuer le président n’étais qu’une étape formelle – mais en plus, il n’était même pas reconnaissant. Il voulait que nous mourions. Que je meure. Je me retins de toutes mes forces de le frapper. Le poing de mon bras valide se serra, jusqu’à ce que mes phalanges deviennent blanches. Mes lèvres étaient crispées, mon souffle quasiment coupé. Il insultait mes amis, il insultait les gens qui voulaient le sauver. Il voulait qu’ils soient capturés, comme s’ils étaient des criminels. Comment osait-il ?

Je sentis le regard d’Adrastée se tourner vers moi, alors que je ne quittais pas Milan des yeux.

- Tu n’aurais jamais dû venir ici Adrastée. Milan a raison. Partez sans moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

◭ SOS : 36
◭ District : District N°4 ~ La pêche
◭ Arrivée à Panem : 05/07/2012

MessageSujet: Re: INTRIGUE ◭ Bal de la parade & défilé   Jeu 26 Juil - 11:41

Des cris. Des pleurs. C’est l’enfer. Le chao total. On me bouscule. On m’écrase. Je trébuche, mais je ne lâche pas Thybalt. Non, je m’agrippe à lui comme à une bouée de sauvetage. C’est ce qu’il est, au fond. Il est en ce moment ma seule chance de ne pas m’écraser par terre et me faire piétiner. Je ne sais pas comment il fait pour réussir à passer à travers la foule qui nous secoue dans tous les sens, mais ça n’a pas d’importance, je me contente de le suivre. Enfin, on s’arrête. J’en profite pour reprendre ma respiration. J’ai l’impression d’étouffer. La fumée empoisonne mes poumons. Je tousse et j’ai l’impression que tous mon corps brûle. De l’intérieur, ce qui est pire. Je me demande comment je fais pour ne pas avoir de crise d’asthme. L’adrénaline peut-être. Ou peut-être pas. Je n’en sais rien. Je n’arrive pas à réfléchir. Pas avec tout ce bruit autour de moi. Tout ce que je sais, c’est que je dois continuer à suivre Thybalt, si nan, je suis perdue. Je me ferrais engloutir dans cette marée humaine…

Bon, je dois me ressaisir. Que c’est-il passé ? Je n’en sais rien. J’étais dans le char, avec Thybalt. On a commencé à avancer. Le publique nous a vu et nous a applaudi. Il nous adorait déjà. Non, le mot est trop faible. Ils nous aimaient. Ils nous adulaient presque. Nous étions leurs nouvelles stars. On était devenu leur nouveau joujou, et tandis qu’ils nous observaient et criaient les noms des nouveaux tributs, mon dégout pour eux augmentait. Je me suis forcé à sourire. J’ai joué la comédie à la perfection. Des bisous par-ci des bisous par-là. Quelques gestes de la main, quelques clins d’œil. J’étais parfaite. Je ressemblais à une vraie princesse, surtout avec cette robe splendide qu’avait faite Loucian pour moi. L’effet qu’elle avait voulu donné à mes habits et à ceux de Thybalt marchait. En jetant un œil à l’écran qui faisait un zoom sur nous, j’en restais bouche-bée. Mon co-tribut n’était pas mal non plus. Et puis une explosion. Tout devient noir. Du feu. Thybalt saute du char et commence à partir, mais pas sans moi. Je saute à mon tour l’attrape. Et je me laisse guidée… Et voilà ou j’en suis. Je ne comprends rien à ce qu’il se passe. Des pacificateurs de partout. Ils frappent des gens. Ils vont les tuer. Je m’en moque, du moment qu’il ne touche ni à moi ni à Thybalt.

Je me regarde un instant, et découvre avec tristesse ma robe déchiquetée. Dommage, je l’aimais bien. Mais ce n’est qu’un détail. Je soupire et essaye d’arracher le ventilo qui tourne toujours dans mon dos, pour cet effet « sous la mer ». Mais je dois m’y reprendre à plusieurs reprises avant de réussir à l’arracher. Et puis soudain, Thybalt s’enfonce dans la foule. Il me semble qu’il a crié le nom de quelqu’un, mais je n’en suis pas sûre. En fait, là, je ne suis sûre de rien. Je reste quelques instants plantée dans mon coin sans réagir. Puis mon cerveau se réveil. Thybalt. Partit. Ma bouée. Disparu. Je panique, et à mon tour, je m’engouffre à travers les corps. Je joue des coudes et des poings pour ne pas perdre la crinière blonde du garçon, mais je n’arrive pas à progresser assez vite. Il est déjà loin. Je commence vraiment à paniquer, et je me tords la cheville. Un cri m’échappe. Je dois avoir l’air pathétique. Une tribute qui cri, et qui est au bord des larmes. Parce que c’est le cas. Ce n’est pas ce que l’on attend de moi. D’habitude, je ne panique pas comme ça, je sais garder mon sang froid. Quoi que.

Pendant une seconde, je vois une longue chevelure blonde passer devant moi en courant. Elizabeth. Ma petite sœur. Mais qu’est-ce qu’elle fait là ? Je m’élance à sa poursuite, mais avec ma cheville qui me fait mal, mes poumons qui me brulent et une crise d’asthme qui se prépare, je ne tiens pas assez longtemps. Et elle aussi je la perd. C’est horrible. Ma petite sœur chérie. Elle va se blesser ; Se faire mal. Se perdre. Se faire emprisonner par le capitole. Il ne faut pas qu’elle tombe sur un pacificateur. Elle doit retrouver Papa ou Maman. Ils doivent bien être quelque part. Je regarde dans la mêlée, mais ne vois personne de ma famille.

Je dois trouver quelqu’un pour la sauver. Je tourne. Je trouve. Un garçon. Un tribut. Je l’ai vu sur les chars. Il n’est pas seul. Il est accompagné d’une femme -armée, en plus de ça- que j’ai déjà vu avec lui, sans doute sa mentor où sa styliste. Ca me rappelle qu’il faudra que je trouve mon mentor. Ou quelqu’un de mon équipe. Il y a aussi un homme à terre, et une femme. Eux deux, je ne les connais pas. Mais je m’en fous. Je boitille vers eux, et me jette presque sur le tribut. Le visage couvert de larmes. J’inspire et j’essaye de lui demander de m’aider, mais tout ce qui sort de ma bouche, c’est un grognement étrange. Je me racle la gorge, attrape le poignet du garçon, et hurle pour me faire entendre, en faisant attention d’être comprise :


« -Aidez-moi s’il vous plait ! Ma petite sœur ! Elle ne devrait pas être là, je sais pas comment elle est venue. C’est dangereux. Je vous en supplie, par pitié aidez-moi à la sauver. Il faut la sauver elle est en danger… »

Je ne m’arrête que parce que je suis à bout de souffle, et parce que je sens qu’une nouvelle armée de larme va déborder. Mon visage se transforme en grimace quand j’essaye de m’appuyer sur ma cheville. Mais je ne lâche pas le tribut des yeux. Et puis je tilt. Que je dois lui faire peur, décoiffée et habillée avec une robe déchiquetée. Que je viens demander de l’aide à un ennemi, quelqu’un que je tuerai peut-être de mes mains. Mais je m’en fous. Je suis désespérée à se point.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

◭ SOS : 215
◭ District : District 9
◭ Arrivée à Panem : 13/04/2012

MessageSujet: Re: INTRIGUE ◭ Bal de la parade & défilé   Lun 30 Juil - 11:44

L’incompréhension totale. Le monde s’écroulait autour de nous. Le bal de la parade m’avait semblé une idée absurde mais à laquelle je ne pouvais échapper. Voir Milan, rien que quelques secondes. C’est cela qui me décida. Je rêvais de lui chaque nuit. Entre cauchemars, rêves et réalité, je me perdais. Tout était confus. Etait-il vraiment parti ? Avec Léandre ? Allait-il bien ? Je ne savais plus rien, j’avais simplement besoin de le voir, le retrouver, le toucher. J’étais simplement effrayée d’oublier son visage, son odeur. Alors, je m’étais rendue au capitole. Seule. J’avais refusé que ma famille m’accompagne, je n’aurais pas supporté de les voir à mes côtés. Surtout, je continuais à les éviter puisqu’ils ignoraient tout de ma grossesse. J’étais incapable de leur avouer. Je n’en avais pas envie, cela me semblait encore trop irréel. Tant que Milan ne serait pas revenu, je m’étais promis de garder le secret.

Vêtue d’une simple robe beige, je m’étais faufilée entre la foule, en essayant d’apercevoir les quelques images de la parade. Milan apparut, à l’écran. Je l’observai, tout en gardant un certain recul. J’essayai de ne pas fulminer en le voyant aux côtés de Léandre. Après tout, ils étaient maintenant ensemble dans cette histoire. Tous deux risquaient de mourir, et je m’interdisais de détester une fille, dont la vie ne tenait plus qu’à un fil. Mais les images s’interrompent. Tout se passe très vite, je n’ai pas le temps de réagir. Je ne comprends plus rien. Le chaos s’installe autour de nous. Je ne cherche pas à comprendre, je suis le mouvement de foule. Les pacificateurs semblent furieux. J’entends les rumeurs de la foule : « Des rebelles… » Je me mords la lèvre. Si les rebelles sont réellement à l’origine de cette attaque, Cameron ne devait pas être loin. Il faisait forcément partie de toutes les missions importantes. Je soupire. Sa vie est forcément en danger. Mais je m’interdis d’y penser. Pour le moment, il me faut m’échapper de cet endroit. Pour me protéger. Pour mon enfant. On me bouscule, je manque de tomber, je sens des ongles sur ma joue. Je me rattrape à quelqu’un, et me mets à courir. Je n’ai pas le temps de penser à la douleur de la griffure. Je saigne un peu, sûrement, mais je ne me rends pas compte. J’avance à l’aveugle, les gens m’empêchant d’y voir quelque chose. Au loin, j’entends des éclats de voix, malgré la cohue. Je reconnais celle de Cameron, plus forte que les autres. Je bouscule des dizaines de gens, suivant le son de sa voix. Enfin, sa silhouette se dessine devant moi. La sienne, et celle d’Adrastée, et de Milan. Mon Milan. Malgré l’agitation, les battements de mon cœur s’accélèrent. Sans hésiter une seule seconde, je me dirige vers eux. Vers Milan, d’abord. « Milan… » criai-je dans un souffle. Il ne m’entend pas. Semble focalisé sur Cameron. Je m’élance vers lui. Interrompt certainement ce qui ressemblait à une dispute. « Milan » répétai-je, désormais arrivée à sa hauteur. Ses yeux se dirigent inconsciemment vers moi. Je vois son visage se détendre, la colère se dissiper peu à peu. J’hausse légèrement les épaules, en guise d’excuse. Je m’approche encore, prends son visage entre mes mains avant de l’embrasser doucement. Soudain, le monde n’a plus aucune importance. Cameron, Adrastée, les rebelles et les pacificateurs ont disparu. J’oublie tout, avant de me reculer. Je jette un regard vers mon meilleur ami, ou mon ancien meilleur ami, je ne sais plus vraiment. Il a le visage fermé, une attitude froide. « Il est temps que tu nous sortes de là, Cameron. » Et par nous, j’entends tous. Lui comme nous. Il a beau me détester, je ne le laisserai pas enfermé ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

◭ Age du joueur : 30
◭ SOS : 100
◭ District : Neuf
◭ Arrivée à Panem : 12/04/2012
◭ Double compte : Aucun
◭ Localisation : District 9.

MessageSujet: Re: INTRIGUE ◭ Bal de la parade & défilé   Mer 1 Aoû - 14:26

Une voix interrompit la dispute. Natalee. Je m’étonnai un instant de sa présence, puis je me rendis compte que c’était normal. Elle n’en faisait qu’à sa tête, quitte à risquer sa vie. Mon visage se tourna vers elle. Je ne savais plus vraiment quoi ressentir ; de la rancœur, de la peine. Elle embrassa Milan ; de la jalousie. Je baissai les yeux. Et puis, elle s’adressa à moi, d’un ton ferme et certain. Je devais les sortir de là ? Il fallait qu’elle se mette en tête que je ne pourrais pas sauver son cher et tendre. Pas ce soir. Cela m’était impossible, tout simplement parce que nous étions vaincus. Et même si mon but ultime était de ramener les tributs sains et saufs, je savais pertinemment que je n’y arriverais pas. Pas tout seul. Pas de cette manière. Comment voulait-elle que je les sauve, alors que je n’arrivais même pas à me sauver moi-même ? Je relevai les yeux vers elle. L’issue de cette soirée était claire. Peut-être ne voulait-elle simplement pas l’admettre.

- Je ne pourrai pas m’échapper avec vous, Natalee.

Je me raclai la gorge. Je n’étais pas persuadé de mourir tout de suite, non. Tout simplement parce que s’ils avaient voulu me tuer, ils l’auraient déjà fait. Mais alors justement, pourquoi m’épargnaient-ils ? Quelle espèce d’importance pouvais-je avoir à leurs yeux ? Ou non-importance ? Ils avaient pourtant cherché à me tuer, il y a quelques jours. J’avais reçu une flèche dans le flanc gauche, à quelques pouces de mon cœur. Mais je m’en étais bien sorti. Ou alors, avais-je sous-estimé les dégâts causés par cette arme blanche ? Tout à coup, le monde autour de moi avait disparu. Je réfléchissais. J’avais dû louper quelque chose. Un détail, un infime détail, qui m’expliquerait la raison pour laquelle j’étais encore en vie. Je n’arrivais pas à rassembler mes idées. Je ne savais plus, je ne souvenais plus. Ou alors, je ne voulais pas vraiment me souvenir. Je jetai un regard à Natalee. Ce que je voulais dire lui déplairait profondément, mais j’étais presque sûr de ne pouvoir sauver ni Milan, ni moi-même. Comment Adrastée et elle le supporteraient-elles ? Comment réagiraient-elles à tout cela ? Nous allions tous les deux mourir ici, comme les autres. Et nous serions heureux s’il s’agissait de notre unique sentence. La seule toute dernière torture…
Soudain, je compris. Je compris pourquoi me tuer ne leur servirait à rien. Ils m’avaient fait pire. Je voulais savoir ce qui pouvait être pire que la mort, je voulais connaître la réponse, mais cela m’était impossible. J’avais pourtant une hypothèse qui s’imposait à moi. Pire que la mort : perdre Adrastée, sans aucun doute. Pourtant, le Pacificateur l’avait épargnée. Perdre Natalee, alors ? Elle n’avait rien eu non plus, à part une légère griffure sur la joue. Je secouai la tête. J’y réfléchirais plus tard.

Je me tournai vers Adrastée. Ma main plongea dans ma poche et en sortit ma dague. Je la glissai entre les doigts de ma femme.

- Je vais essayer de trouver une sortie de mon côté… Mais vous, il vaut mieux que vous ne soyez pas vus avec moi. On ne vous laissera pas partir, sinon.

Je les regardai un à un. Je ne savais pas vraiment quoi leur conseiller, à part se faufiler là où ils le pourraient. Certaines issues étaient encore accessibles. Par moments, on pouvait voir des Pacificateurs lâcher prise et laisser les gens partir.

- Essayez de ne tuer personne. Ça vous évitera de vous faire remarquer.

Puis je saisis doucement le menton d’Adrastée entre mes doigts pour lui voler un baiser. Nous n’avions pas le choix. Nous devions nous séparer. Sinon, nous risquions tous d’être emmenés par le Capitole. Je préférais qu’ils me capturent moi seul. Je ne voulais pas savoir Adrastée ou Natalee dans leurs filets, cela m’était impossible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ADMIN - Burn out

◭ Age du joueur : 29
◭ SOS : 863
◭ District : Neuf
◭ Arrivée à Panem : 31/03/2012
◭ Double compte : aucun
◭ Localisation : D9

MessageSujet: Re: INTRIGUE ◭ Bal de la parade & défilé   Jeu 2 Aoû - 20:08

La tension montait. Entre Milan qui insinuait que tous les rebelles devaient mourir, et moi avec donc puisque je n'allais pas laisser mon mari se faire capturer aussi facilement & Cameron qui me faisait presque la morale car il pensait que je n'aurais jamais dû venir, nous ne nous en sortions pas. Ces deux-là n'étaient décidément pas faits pour s'entendre. Vraiment pas même. Ils passaient leur temps à se rentrer dedans, à se provoquer. Et cela était insupportable. A quoi bon ? Nous n'avions pas le temps de savoir qui avait tord et qui avait raison ; pas le temps de savoir si il était sage que je sois au coeur de cette rébellion. Non. Il fallait être rapides. Trouver une solution afin de sortir de là. Vivants. Et je savais que cela était possible. Même si j'étais sans aucun doute la seule à le penser. Pas le temps d'ouvrir la bouche cependant, car une jeune femme se lance sur Milan, comme si ce dernier était son sauveur. Elle lui hurle des mots que je ne comprends pas vraiment, parce que je ne l'écoute pas. Que fait-elle ? Elle va nous empêcher de nous en sortir tous. Mais il faut être solidaires. Après tout, elle est ici car elle a été choisie, pas parce qu'elle le veut. Pauvre tribut. Je soupire, me tournant vers Milan. Puis je hausse les épaules. Quelle décision va-t-il prendre ? Mais de nouveau, une autre jeune femme se place devant lui, prononçant clairement son nom. Je connais cette voix, cette chevelure. La jolie blonde, la très charmante Natalee. Je laisse mon meilleur ami profiter de ses retrouvailles avec sa douce mais déjà la jeune femme se tourne vers nous. Elle lui demande de nous sortir de là. Cameron ne met pas longtemps à donner sa réponse ; réponse que je n'apprécie pas d'ailleurs.

ADRASTÉE : Je te demande pardon ?

Comment ça ? Que veut-il dire ? Impossible. Je ne le laisserai pas ici, seul. C'est nous tous ou personne. J'espère qu'il en est conscient. Il ne me fera pas ce coup-là. Il a voulu venir, il en repartira. J'en fais la promesse. Cameron est en train de réfléchir, quant à lui. Sans doute à une solution pour les personnes qui pourront s'échapper. Mais pas pour lui. Je le connais. Il pense mourir ici, parmi tant d'autres. Je secoue la tête, négativement. Il ne doit pas se sacrifier. Il ne doit pas rester ici. Il est notre meilleure chance de nous échapper. Il est notre meilleur élément. Même Milan ne peut le nier. Mon mari se tourne enfin vers moi. Il me donne sa dague, cette si précieuse dague. Il me la glisse entre les doits. « Je vais essayer de trouver une sortie de mon côté … ». Je déglutis. Alors il veut vraiment que nous formions deux groupes ; deux groupes qui prendront deux directions opposées sans aucun doute. « Mais vous, il vaut mieux que vous ne soyez pas vus avec moi. On ne vous laissera pas partir, sinon ». J'ai une soudaine envie de pleurer. Je ne peux pas me résoudre à le laisser partir de son côté. Mais je sais que je n'ai pas le choix. Il nous regarde un à un. Il nous conseille de ne tuer personne, pour ne pas nous faire remarquer. Cameron se rapproche de moi, tout doucement. Comme si le monde s'arrêtait alors de tourner. Je ferme les yeux quelques secondes. Il embrasse mes lèvres et j'en profite donc pour lui murmurer ceci :

ADRASTÉE : Pas d'autre solution, c'est sûr ?

Il secoue la tête. Je souris tristement, embrasse une fois de plus ses lèvres et serre la dague entre mes doigts. J'attends ses dernières recommandations et allons-y. Il le faut. Nous pouvons nous en sortir. Nous le devons.

___________________________________________________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: INTRIGUE ◭ Bal de la parade & défilé   

Revenir en haut Aller en bas
 

INTRIGUE ◭ Bal de la parade & défilé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» La Zinneke Parade 2010 !
» Parade militaire 60° anniversaire de la République de Chine
» parade nuptiale hérisson
» Comment baser une intrigue...
» Adrien Goetz : "Intrigue à l'anglaise" et autres livres
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HUNGER GAMES — REAPER :: 
Panem & ses lieux importants
 :: CAPITOLE :: Téléréalité
-