Partagez | 
 

 ⊱ you can always run away — heaven.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

◭ Age du joueur : 23
◭ SOS : 120
◭ District : District un — les bijoux.
◭ Arrivée à Panem : 12/07/2012
◭ Double compte : Nope.

MessageSujet: ⊱ you can always run away — heaven.    Sam 14 Juil - 15:49


En posant un pied sur le sol à mon réveil, une drôle de sensation m'envahit. J'allais vivre ma première Moisson.C'était terrible à ce qu'on m'avait raconté et le pire c'était que j'allais peut-être être tirée au sort. La peur, voilà ce que je ressentais, même si c'était dur à admettre, surtout venant d'une fille comme moi. Quelqu'un de normalement courageuse, n'ayant pas peur de la Mort puisque je l'avais vue emporter mon frère juste devant mes yeux.

Quelques heures plus tard, nous sortions tous de la maison. Elle était en mauvais état, humide, insalubre et sale ; pour tout dire, elle faisait tâche au milieu des belles maisons qui l'entourait. Tout le monde parlait de la tenue qu'ils allaient porter le jour même et encore une fois, la famille Monroe était la pomme pourrie du panier. Nous faisions encore exception à la régle lorsque nous nous présentions sur la place publique en découvrant que tout le monde étaient habillés avec des robes, des rubans, des pantalons repassés à merveille, des cravates. Comment peuvent-ils faire pour se plier aux régles du Capitole? Ils veulent simplement emporter les enfants des districts pour leur faire connaître souffrances et mort dans l'aréne, maintenant il faudrait se faire le plus beau possible pour voir partir deux personnes en destinations des portes de l'enfer juste pour amuser certaines personnes? C'est une chose que je ne parviendrais jamais à accepter. Dans le passé, nous étions connus pour notre rebéllion. C'est mon arrière grand-père qui avait mener l'opposition jusqu'à faire tomber le Capitole et retrouver un semblant de Liberté. Le dictateur venait de réduire en poussière le travail et la mort de milliers de personnes en remettant en place les Hunger Games. Je n'étais pas non plus prête à accepter ça, j'allais reprendre le flambeau et ce qui est sur, c'est que les Jeux ne se passeront pas du tout comme prévu. Un réseau de rebelle était déjà en place et n'attendait qu'à passer à l'acte.

Portés par la foule jusqu'à la place publique, nous patientions en silence dans un brouhaha incessant lorsqu'une femme tout droit sortie du Capitole portant des couleurs que je n'avais encore jamais eu l'occasion de voir se mit à parler d'une voix bien trop joyeuse à mon gout. Plongeant sa main parfaitement manucurée dans la boule de verre, elle tira le nom de la fille qui allait devoir se battre dans l'aréne.

Wooling. Ce nom me disait quelque chose. Qui ça pouvait bien être?... La voix annonçant qu'elle se portait volontaire me percuta de plein fouet et j'en reconnu immédiatement l'auteur. Heaven.
Alors elle voulait mourir... Je savais très bien qu'ici, les volontaires prenaient la place des autres non pas par amour ni par courage, mais bien parce qu'ils s'étaient entraînés durant toute leur adolescence pour enfin recevoir l'honneur d'être tirés au sort. Et si ils ne l'étaient pas, ils se portaient volontaires. C'est eux qui avaient été terriblement heureux lors du retour des Hunger Games.

Tout nous séparait. Elle était riche, elle avait toujours tout eu et c'était une Carriére... mais pourtant, je l'avais toujours particuliérement bien aimée. Non, elle n'avait absolument rien de méchant en elle... je ne voulais pas qu'elle parte pour aller se battre, je devais aller la voir, essayer de la convaincre de renoncer même s'il était déjà trop tard et que je savais pertinemment qu'elle ne m'écouterais pas. Elle allait peut-être mourir, et j'allais perdre encore quelqu'un de cher à mon coeur.

Je ne tenais plus en place, bouillonnant intérieurement. A cause d'eux, elle allait mourir, elle ne savait pas dans quoi elle s'engageait en se portant volontaire ! Pas plus que moi d'ailleurs, mais je repoussai cette idée bien loin de moi et courus jusqu'à la scéne. Une porte ouverte puis un escalier et enfin un couloir et une porte. Les parents d'Heaven étaient présents avec ses frères et soeurs, une personne que je ne connaissais que de vue sortit de la piéce et s'en alla, emmenant avec elle les parents de la blonde.

Je ne voyais personne aux alentours, c'était mon tour. Je n'osais pas vraiment entrer, on ne s'était jamais vraiment beaucoup parlé et à chaque que l'on s'étaient vues, je n'avais jamais été vraiment gentille avec elle. Je m'approchai de la porte puis fini par la pousser. Heaven se trouvait devant moi. Je ne voulais pas lui laisser le temps de parler, surtout pas pour qu'elle me demande ce que je faisais ici. « N'y va pas, tu vas te faire tuer. » lui lançai-je. Renonçant subitement à la faire changer d'avis, je continuai : « On ne pourra pas sauver tout le monde, et peut-être même qu'on ne sauvera personne. Trouve un moyen de survivre... ». Evidemment, je parlais des rebelles, peut-être qu'elle ne savait pas que j'en faisais partie mais à maintenant, je m'en fichais, elle pouvait bien me dénoncer, cela ne servirait qu'à mettre le feu au poudre. Nous ne pouvions pas laisser faire ça, ce n'était pas possible, le Capitole ne pouvait pas reprendre le contrôle sur nous comme ça. « ... Je t'en supplie. » terminai-je en finissant par lui accorder le premier timide sourire depuis que nous nous connaissons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

ADMIN - Burn out

◭ Age du joueur : 23
◭ SOS : 467
◭ District : Un
◭ Arrivée à Panem : 12/04/2012
◭ Double compte : Amelya L. Kennedy
◭ Localisation : Je ne sais plus trop où je suis...

MessageSujet: Re: ⊱ you can always run away — heaven.    Dim 15 Juil - 18:44

« you can always run away »


Aujourd’hui, c’est le grand jour. Celui où ma vie va complètement changé. J’étais heureuse, tellement heureuse. Je m’étais portée volontaire pour les Jeux de la Faim. Je me rappelle encore avoir monté sur l’estrade, après avoir crié que j’étais volontaire. Pourtant, quelque chose en moi faisait en sorte que je n’allais pas au mieux de ma forme. Après tout, je savais que j’allais mourir. J’avais pris cette décision dès que Milicen m’avait avoué qu’elle irait aux jeux elle aussi. Je ne me pardonnerais pas de rester en vie si elle ne l’ait pas elle aussi. C’est donc pour ça que j’ai pris la place de ma cousine. Aussi, elle m’avait avoué ses craintes pour les jeux, même si elle s’est toujours entrainée. Elle a peur de mourir, voilà tout. Mais moi, non.

Je suis assise dans l’hôtel de ville. Je regarde par la fenêtre. Il fait beau dehors. C’est dans une température similaire que j’aime voir la mort… J’entendis la porte s’ouvrir. Je savais que ma famille viendrait me voir. Pourtant je ne voulais pas les voir. Le simple fiat de devoir me séparer d’eux est insupportable… Mais je n’ai pas le choix. La première personne que j’aperçois, c’est Pucine. Ah ma Pucine… Comme tu vas me manquer… Elle me grimpe dessus et me sert fort dans ses bras d’enfant. Elle pleure, car elle sait que je ne reviendrai pas. Je la regarde, elle est si jolie… Ça m’en brise le cœur. Pourtant je me refuse de pleurer avec elle. Non, je dois rester forte. Je lui donne un dernier bisou sur le haut de sa tête et je lui murmure dans l’oreille : « Reste forte, et surtout, n’arrête pas de t’entrainer, pour moi. » Elle se dégagea et me fit un dernier petit sourire. Elle me dit : « Je te le promets. »

Ensuite, je finis par apercevoir mon frère et sa femme. Ils étaient là tout les deux, ensemble, mais ils étaient bouleversé. Je n’avais jamais appréciez la femme de mon frère, mais quand la mort approche, tu ne t’en soucis plus. Je me jetai dans leurs bras et les serrai fort. Je dis doucement à ses deux-là une chose de très importante pour moi, ils devaient respecter ce que je leur demandais. « Vous devez me promettre que Capucine n’ira jamais dans l’arène, d’accord ? JAMAIS. » Ils me dirent oui de la tête. Un pacificateur, vint interrompe notre petite discussion en leur demandant de partir.

Les prochaines personnes qui entrèrent, étaient mes parents. Ils pleuraient manifestement. Mon père n’était pas d’accord quand je lui avais dit que j’allais me porter volontaire, mais aujourd’hui il doit croire que c’était pour sauver ma cousine… En fait c’est aussi pour ça… Sans rien dire, il s’approcha et me donna un bisou sur la joue, comme il faisait quand j’étais petite. Ça me fit rire un peu, mais tristement bien sur. Ma mère, elle ne se retenait pas de pleurer, mais elle me lançait des insultes aussi. Elle me disait que j’étais une sale peste et que je n’avais pas à faire ça. Au moins, le même pacificateur entra quelques minutes plus tard. Il l’a transporta de force hors de la pièce fermer.

Je ne pensais pas avoir d’autre visiteur, mais à ma grande surprise, Blue arriva dans la pièce, j’allais lui posé la question pour savoir ce qu’elle faisait ici. Je me le demandais bien, car j’avais essayé plusieurs fois de devenir amie avec elle, mais elle m’avait toujours repoussé… Avant que j’aie pu glisser un mot, elle me dit : « N'y va pas, tu vas te faire tuer. » Oui C’était mon intention, me faire tuer en fait. « Pour dire vrai, ce sait que je vais mourir. J’ai pris cette décision, pour sauver une amie à moi et ma cousine aussi… » Je n’allais pas lui cacher le fait que j’allais mourir… « On ne pourra pas sauver tout le monde, et peut-être même qu'on ne sauvera personne. Trouve un moyen de survivre... » « Mais mais... Je n’ai rien à faire de ma vie, je crois que c’est la meilleure chose… » Elle n’avait pas terminé, ça se voyait… « ... Je t'en supplie. » « Ce que je peux te promettre c’est de me battre jusqu’à mon dernier souffle… Mais je peux te poser une question… Pourquoi tu es venue me voir ? Tu as toujours été distante avec moi… »

___________________________________________________________

♠️♠️♠️
Ce qui me touche, c'est toi, et le bruit de tes pas, ce qui fait mal, c'est toi, quand tu es loin de moi. C'est pour ça que tu dois partir. Me laisser seule. Car je suis forte et ma vie n'a point d'importance à comparer à la tienne. Cours cours ! Va ! Et je m'attends pas. Car je serai à jamais loin de toi. Mais avant je dois te dire quelque chose... Je t'aime.

♠️♠️♠️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

◭ Age du joueur : 23
◭ SOS : 120
◭ District : District un — les bijoux.
◭ Arrivée à Panem : 12/07/2012
◭ Double compte : Nope.

MessageSujet: Re: ⊱ you can always run away — heaven.    Sam 21 Juil - 20:32


J'avais toujours été distante avec Heaven. Pourquoi? Je n'en avais aucune idée. Certainement le fait que nous ne faisions pas partie de la même classe sociale... je traînais en bas de la pyramide et elle était presque au sommet. Au fond de moi, je l'enviais pour ça... mais il n'y avait pas de place pour la jalousie et lorsqu'elle s'approchait de moi pour me parler, je me débrouillais pour être froide et distante, bien malgré moi certaines fois. C'était ma personnalité et je ne pouvais pas aller contre elle.

Je m'étais pointée à l'hôtel de justice pour lui faire mes adieux. Sans vraiment y avoir réfléchit, je l'avoue. Certes, nous ne nous étions jamais parlé puisque je l'en avait toujours empêchée mais il avait fallut qu'elle se porte volontaire à la place de sa cousine pour me montrer qu'en fait, j'aurais bien aimée la connaître. Peut-être serions-nous devenues amies? J'aurais peut-être pû l'empêcher de se porter volontaire même si je me doutais qu'une simple fille comme moi aurait pu l'en dissuader. Aller aux Jeux, c'était ancré en eux, gravé dans leurs coeurs et dans leurs têtes. L'accomplissement d'une vie qui n'aura durer qu'une dizaines d'années pour certains. Mais c'était comme ça et je ne pouvais pas aller contre leurs volontés même si au fond, je les haïssais pour ça.
Je ne doutais pas un instant qu'Heaven allait me demander ce que je faisais ici, mais je n'avais pas envie d'y penser. Toutes ces questions inutiles me faisaient tourner la tête.

Elle prit la parole. Elle n'avait rien à faire de sa vie et elle pensait que mourir était la meilleure des choses... j'avais envie de crier, hurler au monde que c'était faux. Une fille comme elle, jolie, intelligente et ayant les moyens d'arriver au sommet ne devrait pas dire ça. Et à bien y réfléchir, c'est plutôt moi qui devrait tenir ce discours... mais la rebellion me tenait en vie. C'était l'espoir. Mais visiblement, elle n'en avait pas. Cependant, sa dernière phrase me laissa afficher un sourire. Elle allait se battre jusqu'à son dernier souffle. Ça allait mieux déjà, mourir dignement, c'était tout ce que je lui souhaitais. Mais vint la question fatidique, celle que je m'étais préparée à entendre. « Je suis venue te voir parce que... » commençai-je d'un ton plutôt mal assuré. Pourquoi étais-je venue la voir? Pourquoi avais-je été distante avec elle? Il n'y avait pas vraiment de raison, mais j'allais devoir lui répondre. Et pendant un temps, l'idée d'éluder la question me traversa l'esprit, mais il lui fallait une vraie réponse. Je n'allais pas la laisser partie avec une mauvaise image de moi. « Je t'ai toujours appréciée, au fond. Même si je ne te le montrais pas, c'est mon caractére... Mais maintenant je regrette, j'aurais aimais mieux te connaître. » lui avouai-je. C'était sincére, tout ce que je pensais. Puis dans un geste qui ne me ressemblait pas vraiment, enfin juste dans les moments de détresse les plus poussés, je m'approchai d'elle et la pris dans mes bras, la première et sûrement la dernière fois de ma vie. Même si tout ce que j'espérai c'était qu'elle revienne, en vie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: ⊱ you can always run away — heaven.    

Revenir en haut Aller en bas
 

⊱ you can always run away — heaven.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Sawa Konishi [Rockin Heaven]
» Commentaires " South of Heaven "
» Heaven Team 3.1
» Ichigo Heaven (IH) // RBL
» Kingdom of Heaven : Director's Cut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HUNGER GAMES — REAPER :: 
Panem - Côté Ouest
 :: DISTRICT UN :: Place publique
-